Aunac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aunac
Mairie d'Aunac
Mairie d'Aunac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Manslois
Commune Aunac-sur-Charente
Code postal 16460
Code commune 16023
Démographie
Gentilé Aunacois
Population 337 hab. (2014)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 07″ nord, 0° 14′ 31″ est
Altitude Min. 64 m – Max. 104 m
Superficie 4,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Aunac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Aunac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Aunac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Aunac

Aunac est une ancienne commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine). Depuis le 1er janvier 2017, elle est intégrée à la commune nouvelle d'Aunac-sur-Charente.

Ses habitants sont les Aunacois et les Aunacoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Aunac est une commune du Nord-Charente située sur la Charente à 7 km au nord de Mansle, 13 km au sud de Ruffec, et à 31 km au nord d'Angoulême.

Aunac est aussi à 7 km au sud de Verteuil[2].

La N.10 entre Angoulême et Poitiers passe à 4 km à l'ouest. Elle est aménagée en voie express 2x2 voies et on y accède par Bayers, la D 27 et l'échangeur des Maisons Rouges.

La commune, en dehors des grands axes, est traversée par la D 27 qui va de Villefagnan à Chasseneuil, ainsi que les D 102 et D 187[3].

La gare la plus proche est celle de Luxé (TER vers Angoulême et Poitiers), et la gare TGV d'Angoulême.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune ne compte qu'un seul hameau important, le Vieil-Aunac, quasiment collé au bourg d'Aunac, à l'est.

Elle compte aussi deux lieux-dits, situés le long de la Charente au pied du bourg : le Moulin d'Aunac et la Féronne[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aunac
Bayers Chenommet Couture
Moutonneau Aunac Saint-Front
Lichères Mouton

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, le Callovien occupe la surface communale. La vallée de la Charente, à l'ouest, est couverte par des alluvions dont les plus anciennes ont formé une basse terrasse au bourg[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau descendant vers la vallée de la Charente qui occupe l'ouest. Le point culminant de la commune est à une altitude de 104 m, situé au sud-est du Vieil-Aunac. Le point le plus bas est à 64 m, situé le long de la Charente au sud, non loin de Moutonneau. Le bourg, situé dans la vallée, est à 75 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée à l'ouest par la Charente, qui passe au bourg. La commune est sur la rive gauche.

La Tiarde, petit ruisseau à sec en été et qui se jette dans le Son-Sonnette à Mouton, borde la commune à l'est.

Au pied du Vieil-Aunac, la Font des Grives donne naissance au Fontaniou, court affluent du fleuve qui longe le rebord sud de sa vallée[3],[Note 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Hanaco en 1330 et 1374, Hanado en 1376, Onaco (non daté) et Ounaco au XIVe siècle[7].

Selon Talbert, l'origine du nom d'Aunac remonterait à un personnage gallo-roman Aunus auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine d'Aunus »[8], et selon Dauzat, il proviendrait du latin alnus (aulne)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1250, Aubert du Chastenet, gentilhomme de Saint-Amant-de-Bonnieure, fonde une dynastie par mariage avec une noble dame d'Aunac qui sera établie jusqu'au XIVe siècle. Cette seigneurie, qui rend hommage aux La Rochefoucauld, passe par alliance aux Torsay. Guillaume de Torsay fut fait prisonnier des Anglais en 1423 et ne recouvre la liberté qu'après versement d'une pension. Sa fille unique épouse Guillaume de La Rochefoucauld, fils de Guy, seigneur de Barbezieux[10].

En 1477 Aunac fut érigé en châtellenie avec haute, moyenne et basse justice par lettres patentes du comte Charles d'Angoulême en faveur de Guillaume de La Rochefoucauld. Elle dépendait de la baronnie de Verteuil et comprenait les quatre paroisses d'Aunac, Saint-Front, Lichères et Chenommet.

La seigneurie d'Aunac passa aux mains de la famille de Voluire[Note 2] en 1491, par mariage de Marguerite de La Rochefoucauld avec Charles de Voluire, et elle y resta jusqu'en 1710, où elle passa aux de Villedon et en 1760 elle fut la propriété du comte de Saint-Pern, puis les Préveraud de Charbonnaud.

Le château d'Aunac, situé non loin du bourg, a été détruit en 1860 par son propriétaire. Il avait été construit par Guillaume de La Rochefoucauld à la fin du XVe siècle et possédait un donjon et deux tours, rondes à l'extérieur et carrées à l'intérieur[11],[10].

Avant la Première Guerre mondiale il y avait à Aunac une importante filature de laine dirigée par M. Fontanaud[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 2001 en cours Anne-Marie Cheminade SE Commerçante retraitée
Les données manquantes sont à compléter.
Monument aux morts d'Aunac

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 337 habitants, en diminution de -4,53 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
348 381 332 313 446 441 506 527 537
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
504 464 502 503 505 519 530 452 431
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
439 409 348 352 354 388 337 317 340
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
318 317 327 292 297 346 335 337 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Aunac en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,6 
10,2 
75 à 89 ans
15,0 
17,5 
60 à 74 ans
17,8 
21,1 
45 à 59 ans
17,2 
17,5 
30 à 44 ans
21,1 
14,5 
15 à 29 ans
13,3 
19,3 
0 à 14 ans
15,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aunac possède une école primaire comprenant quatre classes. Le secteur du collège est Mansle[18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sixte

L'église paroissiale Saint-Sixte est d'origine romane et dépendait de l'archidiaconé d'Angoulême. Elle fut ruinée lors des guerres de religion et ne fut restaurée qu'à la fin du XVIIe siècle. Sa façade est percée de deux portes, l'une correspondant au bas-côté. Sa cloche, refondue, fut baptisée en 1874 par l'abbé Nanglard[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La commune voisine de Lichères a aussi un autre ruisseau de mêmes nom et configuration, issu d'une source mais se jetant sur l'autre rive, ainsi qu'à Taizé-Aizie.
  2. De Ruffec, aussi orthographiée de Volvire
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises », (consulté le 15 mars 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le 7 janvier 2012)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 46,146,283,366,121
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 20.
  10. a et b Jean-Paul Gaillard, Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, Paris, librairie Bruno Sépulchre, (réimpr. 2005), 893 p., p. 87-88
  11. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 64
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Evolution et structure de la population à Aunac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  18. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 20 mars 2011)
  19. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 53-54

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]