Exo (réseau de transport)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Exo, RTM et AMT.

Exo
logo de Exo (réseau de transport)

Création
Dates clés  : Le Réseau de transport métropolitain devient exo.
Slogan Allo exo
Siège social Montréal
Drapeau : Québec Québec
Drapeau du Canada Canada
Direction Sylvain Yelle
Activité Transports en commun
Société mère Autorité régionale de transport métropolitain
Sociétés sœurs STM, RTL, STL
Site web exo.quebec

Exo (l'identité de marque du Réseau de transport métropolitain ou RTM, publicisée avec la graphie exo) est un organisme public de transport en commun québécois qui dessert principalement la Couronne nord et la Couronne sud de Montréal au Québec, Canada. En plus des services de transport par autobus situés dans ces secteurs, Exo est chargé d'opérer les lignes de train de banlieue de toute la région métropolitaine de Montréal. L'organisme est divisé en douze secteurs qui offrent les services de transport dans une région donnée. Au total, Exo opère 237 lignes d'autobus, 6 lignes de train de banlieue, 52 services de taxibus ainsi que du transport adapté[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'organisme Exo a débuté ses activités le 1er juin 2017. La réorganisation administrative du transport en commun dans la Région métropolitaine de Montréal a occasionné la réduction du nombre d'organismes de transport, le faisant passer de 17 à 5. Les trains de banlieue étaient sous la charge de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) et les services d'autobus sous la charge de 14 organismes de transport locaux, pour la plupart des Conseils intermunicipaux de transport (CIT)[2],[3]. Cette fusion d'organismes autour d'une grande métropole est inspirée d'ailleurs et a pour but de simplifier la gestion du transport public et les déplacements dans la région.

Champ de compétences[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Exo est la Communauté métropolitaine de Montréal (82 municipalités), la réserve indienne de Kahnawake et la ville de Saint-Jérôme. L'organisme dessert ainsi une population de plus de 4 millions de personnes, sur 4 258 kilomètres carrés autour de Montréal.

Exo est supervisé par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), agence responsable de la planification des transports de la Région métropolitaine de Montréal.

Ancien logo avant le changement de nom ( - )

Lors de son entrée en fonction, tous les anciens services des différentes agences qu'il regroupe sont restés inchangés. Les changements apportés par cette fusion se feront progressivement et seront communiqués en temps et lieu.

D'abord connu sous l'appellation de Réseau de transport métropolitain ou RTM, l'organisme annonce le sa nouvelle identité de marque, « exo ». Ce nom se veut plus facile à prononcer et vise à éviter la confusion avec les acronymes des autres sociétés de transport de la région, notamment avec l'AMT et l'ARTM[4]. Le changement d'identité se fera progressivement sur le site web, les trains, les autobus et les installations de l'organisme. Même si invisible pour le public, l'organisme demeure le Réseau de transport métropolitain au niveau de la loi.

Services[modifier | modifier le code]

Réseau de trains[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trains de banlieue de Montréal.

Exo gère six lignes de trains de banlieue : Ligne exo1 Vaudreuil-Hudson, Ligne exo2 Saint-Jérôme, Ligne exo3 Mont-Saint-Hilaire, Ligne exo4 Candiac, Ligne exo5 Mascouche et Ligne exo6 Deux-Montagnes. Ces lignes totalisent 150 départs quotidiens et desservent 62 gares, sur plus de 230 km de voie ferrée (les jours de semaine)[5]. Il y a eu 20 314 800 déplacements en 2017. Ils représentent 45% des déplacements d'Exo.

Réseau d'autobus[modifier | modifier le code]

Exo est responsable de toutes les lignes d'autobus des organismes fusionnés, celles-ci représentent 53% des déplacements de l'organisme.

Le regroupement de plusieurs réseaux de transport distincts au sein d'un même organisme occasionnait plusieurs dédoublements dans la numérotation des lignes d'autobus. Afin d'éviter la confusion, les lignes d'autobus conservent pour la plupart leur numéro et sont attribuées au sein d'une division de l'organisme Exo appelée «secteur» qui correspond bien souvent au territoire de l'organisme de transport qui existait avant la fusion. Par exemple, la ligne 35 du Conseil intermunicipal de transport La Presqu'Île est devenue la ligne 35 d'Exo secteur La Presqu'Île, demeurant identique. Ceci n'empêche pas qu'une ligne 35 puisse exister dans l'un des autres secteurs d'Exo, par exemple, la ligne 35 d'Exo secteur Roussillon.

Réseau d'autobus d'Exo
Secteur Ligne de bus Ligne de Taxi bus Achalandage (2017)[5]
Couronne nord
L'Assomption 13 2 2 390 900
Laurentides 36 9 6 001 000
Terrebonne-Mascouche 33 5 3 820 600
Couronne sud
Chambly-Richelieu-Carignan 16 9 1 318 600
Haut-Saint-Laurent 1 0 205 900
Le Richelain 22 10 1 860 400
La Presqu'Île 26 0 862 300
Roussillon 16 5 1 287 900
Sainte-Julie 12 3 722 800
Sorel-Varennes 15 1 1 280 800
Sud-Ouest 18 3 1 888 000
Vallée du Richelieu 29 5 2 150 900
Total 237 52 23 790 100

Transport adapté[modifier | modifier le code]

Le service de transport adapté d'Exo est séparé en 9 secteurs, ils représentent 2% des déplacements de l'organisme.

Secteur Opérateur Achalandage (2017)[5]
Couronne nord
L'Assomption 98 700
Laurentides 228 500
Terrebonne-Mascouche 80 700
Couronne sud
Candiac/Roussillon TARSO 43 200
Chambly-Richelieu-Carignan Handi-bus 42 800
Châteauguay/Sud-Ouest Transports Accès 56 700
Marguerite-D'Youville 38 900
Vallée du Richelieu RITA 43 100
Vaudreuil-Dorion/La Presqu'Île Transport Soleil 42 200
Total 674 800

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Exo », sur exo.quebec (consulté le 24 décembre 2018)
  2. « RTM - Bienvenue ! », sur rtm.quebec (consulté le 1er juillet 2017)
  3. « RTM - Rôle, mandats et territoire », sur rtm.quebec, (consulté le 8 juin 2017)
  4. « Le Réseau de transport métropolitain devient exo », sur https://www.newswire.ca, (consulté le 28 novembre 2018)
  5. a b et c Rapport annuel 2017, Montréal, Québec, Réseau de transport métropolitain, , 68 p. (ISBN 978-2-550-80850-3, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]