La Prairie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Prairie
La Prairie
Chemin de Saint-Jean La Prairie
Blason de La Prairie Drapeau de La Prairie
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Roussillon
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Donat Serres
- indéterminé
Constitution 30 mars 1846
Démographie
Gentilé Laprairien(ne)
Population 24 110 hab. ()
Densité 440 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ nord, 73° 30′ ouest
Superficie 5 480 ha = 54,8 km2
Divers
Code géographique 2467015
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
La Prairie
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
La Prairie
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
La Prairie
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
La Prairie
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

La Prairie est une municipalité du Québec. Elle fait partie de la MRC de Roussillon dans la région de la Montérégie[1]. Elle est située au confluent du fleuve Saint-Laurent, sur la Rive-Sud de Montréal, et de la rivière Saint-Jacques.

Toponymie[modifier | modifier le code]

« La Prairie » est aujourd'hui la graphie officielle; cependant par le passé « Laprairie » était la forme la plus courante, et « LaPrairie » a aussi été employée[2].

La Commission de toponymie du Québec écrit à son propos : « À cette époque, prairie constituait un terme très répandu dans les désignations de fiefs et de terres, connotant un aspect publicitaire, descriptif et même juridique. Lors de la création de la municipalité du village de Laprairie (de la Magdelaine) en 1846, par suite de son détachement de celle de Laprairie créée un an plus tôt, laquelle comprenait la paroisse de Notre-Dame de Laprairie de La Magdelaine (1692), on a mis à contribution à la fois l'élément naturel et l'anthroponyme qui l'identifiait. Lors de l'adoption du deuxième décret d'érection de la paroisse en 1835, on lui attribue le nom de La Nativité de la Sainte-Vierge de Laprairie de la Magdelaine. En 1909, lors de l'obtention du statut de ville, la dénomination était amputée de son second élément en raison de l'usage local[3]. »

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Roussillon.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Bien que chaud l'été comme froid l'hiver, La Prairie se démarque par un climat généralement tempéré. Celui-ci se fait d'ailleurs plus sentir le printemps et l'automne. Les hivers y sont froids et parfois longs (la neige est habituellement présente de la mi-novembre à la mi-avril), avec des températures inférieures allant parfois jusqu'à moins 30 degrés Celsius, sans y ajouter le facteur vent. Les précipitations de neige peuvent souvent atteindre 40 cm d'épaisseur. L'été, les températures annuelles peuvent excéder les 30 degrés, ce qui ponctue la température de canicules fréquentes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Parc du Rampart dans un parc du Vieux-Laprairie.jpg

Ce sont les Jésuites qui occupèrent en premier le site actuel de La Prairie La Prairie de la Magdelaine et antérieurement appelé Saint-François-Xavier-des-Prés. La seigneurie Prairie-de-la-Madeleine leur fut accordé par Jacques de La Ferté de la Compagnie des Cent-Associés en 1647. C'est à La Prairie que se déroule l'histoire de Kateri Tekakwitha. La Prairie fut fondé en 1667[4], date où les premiers colons et les Jésuites vinrent s'y installer.

En 1668, le site était nommé sous le nom iroquois de Kentaké qui signifie « à la prairie ». Dans le début de l'histoire montréalaise, le territoire de La Prairie fut à de nombreuses reprises visité par des Iroquois et des Anglais de New York, entre autres lors de l'expédition anglo-iroquoise en 1691. La bataille de La Prairie eut lieu lorsque, le matin du , les troupes anglaises de Pieter Schuyler décidèrent d'attaquer le fort La Prairie.

Durant la guerre d'indépendance américaine, le quartier-général des mercenaires allemands au Canada est établi sur ce site.

En 1845 est fondée la municipalité du village de Laprairie. Un an plus tard, c'est celle de Laprairie-de-la-Magdelaine qui est créée. C'est en 1909 que La Prairie obtint son statut de ville. La réalisation d'un chemin de fer, le premier au Canada, entre La Prairie et Saint-Jean-sur-Richelieu accéléra grandement le développement commercial du village. Le transport maritime a également joué un rôle très important dans l'histoire laprairienne.

La Collection d'archives de la ville de Laprairie est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[5]. De plus, le centre d'archives de Montréal conserve le fonds d'archives de la paroisse de La-Nativité-de-la-Sainte-Vierge (église de La-Nativité-de-La-Prairie)[6].

Évènements Majeurs[modifier | modifier le code]

L’histoire de la municipalité fût à deux reprises bouleversée par des incendies majeurs, qui ont considérablement affecté son économie et réduit son influence sur la région[7].

Le 4 aout 1846, Laprairie est victime d’un premier incendie qui laisse une majeure partie du vieux bourg (équivalent à ce qui est désigné depuis 1975 comme « l’arrondissement historique »[8]) en ruines. Une forge est suspectée d’être le point d’origine, et l’équipement défectueux de la caserne de pompiers locale n’a pas permis d’empêcher la propagation des flammes, menant à une intervention tardive de volontaires et professionnels originaires de Montréal et Longueuil. Un article du quotidien d’époque La Minerve estime une perte totale d’au moins 75 000 dollars canadiens et qualifie le village au lendemain des évènements d’« immense monceau de ruines »[9]. De son côté, la Société d’Histoire de La Prairie-de-La-Magdeleine note la perte de 350 bâtiments[10]. L’urgence de reconstruire suite au désastre mène à une utilisation accrue de bois dans les nouvelles structures, dû à la facilité de son obtention[11]. Cet évènement, couplé à d'autres facteurs, contribue à réduire de façon significative le succès économique de la municipalité[7]. L’évènement est aujourd’hui peu connu du grand public, mais constitue tout de même un pilier central de l’histoire locale.

Le deuxième incendie, survenu en juillet 1901 dans la section nord de la municipalité, est nettement moins important que le premier et détruit 25 bâtiments[10] dont le couvent original des Sœurs de la Providence[12]. Si peu de détails sont disponibles sur le sujet, il est dit que cet évènement, couplé à la présence de nombreuses briqueteries, initia un tournant architectural favorisant un usage plus considérable de la brique[11]. L'église de La-Nativité-de-la-Sainte-Vierge, outre son apparence distinctive, est également notable pour avoir survécu à ces deux incidents, bien qu'elle ait été altérée à de nombreuses reprises pour d'autres raisons[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
15 23717 12818 89621 76323 35724 110

Le recensement de 2016 y dénombre 24 110 habitants, soit 3,2 % de plus qu'en 2011.

Administration[modifier | modifier le code]

Le poste de maire est assuré par monsieur Donat Serres[16], élu en , suite au décès de madame Lucie F.-Roussel. Cette dernière a succombé à plusieurs piqûres de guêpes[17].

La Prairie
Maires depuis 2003
Élection Maire Qualité Résultat
2003 Guy Dupré Voir
2005 Lucie Roussel Candidate libérale de La Prairie en 2012
Conseillière municipale de 1999 à 2005
Décédée en fonction en 2014
Voir
2009 Voir
2013 Voir
2014 Donat Serres Conseiller municipal de 2005 à 2014 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Personnalités[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Le transport en commun est assuré par l'organisme Exo Le Richelain, également responsable des municipalités voisines de Candiac et de Saint-Philippe. Plusieurs lignes d'autobus internes desservent la municipalité et les autres municipalités voisines, alors que d'autres lignes les relient plutôt à Longueuil ou Montréal. Des lignes de taxibus existent également pour desservir les quartiers les moins densément peuplés[18].

La Prairie est traversée par plusieurs axes routiers provinciaux, notamment les autoroutes 15 et 30 ainsi que les routes 104, 132, 134 et 217.

Éducation[modifier | modifier le code]

La Prairie compte quatre écoles primaires et deux écoles secondaires de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries. Un collège privé se trouve également sur le territoire de la municipalité.

Établissements primaires[19] :

  • École Émilie-Gamelin
  • École Jean-XXIII
  • École Notre-Dame-Saint-Joseph
  • École de la Petite-Gare

Établissements secondaires[20] :

  • l'école secondaire de la Magdeleine, une école publique offrant entre autres le programme d'éducation internationale (PEI);
  • l'école secondaire Saint-François-Xavier, une école publique accueillant les élèves jusqu'à la troisième secondaire, après quoi ceux-ci sont transférés à l'école de la Magdeleine;
  • le Collège Jean de la Mennais, une école secondaire privée mixte du 3e cycle du primaire à la 5e secondaire.

Autres établissements[21],[22] :

  • le Centre d'éducation aux adultes du Goéland;
  • le Centre de formation professionnelle Compétence-de-la-Rive-Sud.

Site patrimonial de La Prairie[modifier | modifier le code]

Le secteur le plus ancien de La Prairie a été déclaré site patrimonial le grâce à la Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine[23]. Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec en dit ceci : « Il couvre une superficie de 220 acres et comprend un noyau villageois ainsi que deux zones tampons qui s'étendent au nord et au sud de celui-ci. Il est délimité par le fleuve Saint-Laurent à l'ouest, la rue Saint-Laurent à l'est, la rivière Saint-Jacques au nord et la rue Longtin au sud. Ce périmètre correspond à l'emplacement de la mission des Jésuites, du fort de La Prairie ainsi que du vieux bourg. Le territoire se compose de basses terres fertiles au relief peu accusé, la partie du vieux bourg se trouvant sur l'une des rares éminences[24]. »

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « La Prairie », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation
  2. Voir par exemple les numéros du bulletin « Le Bastion » de la Société d'histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine
  3. Toponymie : La Prairie
  4. « SHLM - La Prairie », sur www.shlm.info (consulté le 1er septembre 2016)
  5. Collection ville de Laprairie (P460) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  6. Fonds Paroisse de La-Nativité-de-la-Sainte-Vierge, église de La-Nativité-de-La-Prairie (P761) - Bibliothèque et Archives nationales du Quénec (BAnQ).
  7. a et b Mario Brodeur, ÉTUDE DE CARACTÉRISATION DE L’ARRONDISSEMENT HISTORIQUE DE LAPRAIRIE, 225, Grande Allée Est, bloc A, RC Québec (QC) G1R 5G5, Commission des biens culturels du Québec, , 60 p. (lire en ligne), p. 39
  8. « Lieuxpatrimoniaux.ca - HistoricPlaces.ca », sur www.lieuxpatrimoniaux.ca (consulté le 18 octobre 2020)
  9. Hélène Charuest, « Au jour le jour : Bulletin de la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine », Vol. XVI, No 14,‎ , p. 3-4 (file:///C:/Users/Utilisateur/Downloads/bulletin_iihss_1545169914.pdf)
  10. a et b Mario Brodeur, ÉTUDE DE CARACTÉRISATION DE L’ARRONDISSEMENT HISTORIQUE DE LAPRAIRIE, 225, Grande Allée Est, bloc A, RC Québec (QC) G1R 5G5, Commission des biens culturels du Québec, , 60 p. (lire en ligne), p. 31
  11. a et b Mario Brodeur, ÉTUDE DE CARACTÉRISATION DE L’ARRONDISSEMENT HISTORIQUE DE LAPRAIRIE, 225, Grande Allée Est, bloc A, RC Québec (QC) G1R 5G5, Commission des biens culturels du Québec, , 60 p. (lire en ligne), p.48
  12. « Couvent des Soeurs de la Providence - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 18 octobre 2020)
  13. « Église de La-Nativité-de-la-Sainte-Vierge - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 18 octobre 2020)
  14. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - La Prairie, V »
  15. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - La Prairie, V »
  16. « Monsieur Donat Serres | La Prairie », sur www.ville.laprairie.qc.ca (consulté le 19 septembre 2016)
  17. « La mairesse de La Prairie succombe à des piqûres de guêpes | Mélanie Marquis | Politique » (consulté le 19 septembre 2016)
  18. « Exo Secteur Le Richelain », sur exo.quebec (consulté le 3 juin 2020)
  19. « Trouver une école primaire | CSDGS » (consulté le 3 juin 2020)
  20. « Trouver une école secondaire | CSDGS » (consulté le 3 juin 2020)
  21. « Trouver un centre de formation générale aux adultes | CSDGS » (consulté le 3 juin 2020)
  22. « Trouver un centre de formation professionnelle | CSDGS » (consulté le 3 juin 2020)
  23. « SHLM - La société d'histoire », sur www.shlm.info (consulté le 1er septembre 2016)
  24. Répertoire du patrimoine culturel du Québec
  25. « Couvent des Soeurs de la Providence - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 18 octobre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]