Valette (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valette.
Valette
Village de Valette
Village de Valette
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Mauriac
Canton Riom-ès-Montagnes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Gentiane
Maire
Mandat
Valérie Cabecas-Roquier
2014-2020
Code postal 15400
Code commune 15246
Démographie
Population
municipale
273 hab. (2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 07″ N 2° 36′ 14″ E / 45.2686, 2.603945° 16′ 07″ Nord 2° 36′ 14″ Est / 45.2686, 2.6039  
Altitude Min. 677 m – Max. 1 133 m
Superficie 14,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valette

Valette est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage depuis Valette (Cantal).
Route principale dans Valette (Cantal).

Valette appartient à la communauté de communes du pays Gentiane. Elle est située au nord-ouest du Cantal, à quatre kilomètres de Riom-ès-Montagnes. L'altitude du bourg est de 892 m.

Le Violon, affluent de la Sumène, borde le territoire communal à l'ouest, sur environ trois kilomètres.

Communes voisines : Riom-ès-Montagnes, Menet, Trizac, Collandres

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1790, la commune d'Albanies voit le jour. Nous sommes alors sur le territoire de Menet. Albanies disparaîtra en 1836, absorbée par Menet. C'est seulement en 1871 que Valette est créée, à l'emplacement de l'ancienne commune d'Albanies. Il y eut donc une certaine rivalité entre Menet et Valette, mais les deux villages sont aujourd'hui associés dans le cadre du regroupement pédagogique intercommunal Menet-Valette : Menet abrite l'école maternelle, les CP et CE1 alors que Valette accueille les CE2, CM1 et CM2...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Pierre Fouillade PS Conseiller général (2001-2008)
avril 2014 en cours Mme Valérie Cabecas[1] SE Conseillère départementale

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 273 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
647 626 646 748 548 582 568 523 535
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
513 522 563 532 443 392 378 359 289
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2012 - -
307 284 261 257 255 262 273 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Valette
  • Le pont de la Cliotte et le pont de Pradal sur la Sumène
  • Le moulin de Pradal, le dernier vestige des quatre moulins qui peuplaient la vallée de la Sumène au début du XXe siècle sur le territoire de Valette (Pradal, Tronchoux, Vez Croucon, le bourg).
  • Peyre Grosse, village templier construit en arête de poisson (panneau d'interprétation au cœur du village)
  • Roche, village typique, et sa chapelle
  • La cascade du Gour
  • La vallée de la Sumène

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mallouet, (Paris, 1928 - Valette, 2004). Professeur de mathématiques puis écrivain. Valette est le village d'adoption de Jacques Mallouet : il y rédigea plusieurs ouvrages sur le Cantal, dans lesquels il évoqua ses souvenirs d'enfance, les traditions locales, le patrimoine oral...

Radio : Jacques Mallouet a été l'invité de la collection "Les Contes de la Mémoire" enregistrée par FR3 AUVERGNE RADIO (1977/1978) Presse écrite : l'écrivain fut chroniqueur pour le journal La Montagne.

  • Emile Refouvelet. Il est le créateur de la boisson Auvergne Gentiane, qui est commercialisée à partir de 1929. Cette liqueur, rebaptisée plus tard Avèze, est réalisée à partir de racines de gentiane fraîches, récoltées à la main par les gentianaires sur les plateaux cantaliens. L'Avèze, qui est élaborée à Riom-ès-Montagnes, bénéficie aujourd'hui de la marque Parc (PNR Volcans d'Auvergne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 août 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :