Le Chat (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Chat
Réalisation Pierre Granier-Deferre
Scénario Pierre Granier-Deferre
Pascal Jardin
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame psychologique
Durée 86 min.
Sortie 1971


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Chat est un film franco-italien réalisé par Pierre Granier-Deferre, sorti en 1971. C'est l'adaptation du roman Le Chat (1967) de Georges Simenon.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un couple de retraités, les Bouin, habite en banlieue parisienneCourbevoie) dans les années 1970, en plein bouleversement du fait des travaux d'urbanisme moderne d'alors. Julien Bouin est un ancien ouvrier typographe ; sa femme, Clémence Bouin, est une ancienne trapéziste de cirque dont la carrière s'est terminée trop tôt en raison d'une chute lors d'un spectacle. Ils n'ont jamais eu d'enfants.

Après vingt-cinq ans de mariage, les sentiments du couple se sont désagrégés avec le temps, les deux vivant maintenant en huis clos dans leur pavillon de banlieue, avec pour seule forme de communication des notes occasionnelles laissées sur des bouts de papier. Dans cette atmosphère pesante de cohabitation, désormais plus forcée que souhaitée, ni l'un ni l'autre ne désire quitter la maison qui va bientôt être détruite pour laisser la place aux grands ensembles, en construction dans le quartier.

Lorsque Julien recueille un chat errant auquel il voue toute son affection, la jalousie de Clémence atteint un paroxysme et devient de la haine. C'est désormais une guerre silencieuse, âpre et implacable, qui se joue autour de ce chat.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance.

  • Animaux de Daniel Nicolicci
  • Régisseur général : Jean Guillaume, assisté de Lionel de Souza, Mireille Tanguy
  • Régisseur extérieur : Jean Nossereau
  • Ensemblier : Charles Merangel
  • Administrateur comptable : Nicole Savoldelli
  • Attaché de presse : Pierre Hani
  • Mixage : Alex Pront
  • Tournage en 1970 aux Studios de Boulogne et à Courbevoie
  • Générique : S.T.A
  • Pays d'origine : Drapeau de la France France, Drapeau de l'Italie Italie
  • Production (franco-italienne) : Lira Films, Gafer, Comacico, Cinétel (Paris) et Ascot Cineraid (Rome)
  • Directeur de production : Ralph Baum
  • Producteur délégué : Raymond Danon
  • Producteur associé : Maurice Jacquin
  • Distribution : Valoria Films, Connaissance du Cinéma/Les Acacias
  • Format : couleur par Eastmancolor1.66:1monophonique (Westrex Recording System) — 35 mm
  • Laboratoire Franay L.T.C Saint-Cloud
  • Genre : Drame psychologique
  • Durée : 86 minutes
  • Date de sortie : en Drapeau de la France France

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné à Courbevoie, dans le quartier de La Défense (partageant trois quartiers limitrophes de Courbevoie, de Puteaux et de Nanterre) alors en construction :

  • Impasse Dupuis (aujourd'hui disparue, y ont été construit la tour Neptune et le quartier des Damiers) : le pavillon des Bouin ;
  • Place Victor-Hugo ;
  • Ancien square Jean-Jaurès, aujourd'hui square de l'Hôtel-de-Ville ;
  • Rue Jules-Guesde (aujourd'hui disparue) à Puteaux : l'hôtel de Nelly.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Dans ce film, les deux « monstres sacrés » du cinéma français, Simone Signoret et Jean Gabin, s'affrontent dans ce huis clos implacable. Il s'agit du 90e film de Gabin, et celui qu'il considérait comme son meilleur film de l'après-guerre[1].

Le Chat s'inscrit aussi dans une série de films mettant en scène Jean Gabin et témoignant d'une forme de rejet (au cinéma) des grands ensembles en construction[2]. Le Chat est à ce titre emblématique, de la même façon que Mélodie en sous-sol en 1963, ou Rue des prairies en 1959. Ces grands ensembles en train d'être construits détruisent le monde dans lequel les personnages, incarnés par Gabin et Signoret, vivaient, celui des pavillons de banlieue[2].

L'histoire du Chat est supposée provenir de la relation difficile de l'auteur, Georges Simenon, avec sa mère.[réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Moncorgé, la face cachée de Jean Gabin », émission Un jour, un destin sur France 2.
  2. a et b « Filmer les grands ensembles », documentaire en ligne sur les représentations audiovisuelles des grands-ensembles, CHS (CNRS / Paris1), 2014 / Retouches techniques du film en 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]