Le Fruit défendu (film, 1952)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Fruit défendu
Réalisation Henri Verneuil
Scénario d'après un roman de
Georges Simenon
Acteurs principaux
Sociétés de production Gray-Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 99 minutes
Sortie 1952


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Fruit défendu est un film français réalisé par Henri Verneuil, sorti en 1952. C'est l'adaptation au cinéma du roman Lettre à mon juge, de Georges Simenon, publié en 1947.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un médecin, menant une vie convenue de la petite bourgeoisie de province, tombe amoureux d'une jeune femme. Au fil de l'approfondissement de leur relation, il devient violemment jaloux et lui reproche ses sorties et ses relations amicales.

Résumé[modifier | modifier le code]

À Arles, le docteur Charles Pellegrin, veuf d'un premier mariage et père de deux fillettes, a épousé en secondes noces Armande, une femme surtout préoccupée par le statut social que lui procure ce mariage.

À l'occasion d'un déplacement professionnel à Marseille, Pellegrin rate son train et tue le temps en compagnie de Martine, une belle et jeune femme. Assez rapidement elle devient sa maîtresse et il lui donne de l'argent. Il va même jusqu'à l’introduire dans son cercle familial où il la fait passer pour son assistante médicale recommandée par un célèbre professeur de médecine parisien.

Martine a gardé le contact avec Boquet, un patron de bistrot un peu louche, qui d'ailleurs est l'un des patients de Pellegrin. Boquet rend son médecin fou de jalousie, à tel point que la crise couve entre Martine et Pellegrin.

  • Dénouement

À la veille de l'anniversaire de Charles, à la suite d'une énième scène de jalousie, Martine décide de quitter son amant et la ville. Pendant ce temps, Armande Pellegrin reproche à son mari, non pas le fait que Martine soit sa maîtresse, mais que cette situation entraîne des cancans dans la ville. À son tour Pellegrin fait sa valise et tente de rejoindre Martine à la gare où il ne la retrouve pas. Passant devant le café de Boquet il la voit conversant aimablement avec ce dernier, puis s'en aller et monter dans un autocar. Il la regarde partir complètement détruit et rejoint le foyer familial. Les deux époux se retrouvent et décident de continuer ensemble leur vie monotone.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Remarques[modifier | modifier le code]

  • Le roman Lettre à mon juge de Georges Simenon a une fin bien plus dramatique que celle du film, puisque dans le roman le personnage principal tue Martine avant de se suicider.
  • À cause d'une scène de baiser, entre Fernandel et Françoise Arnoul, le film fait l'objet de l'apposition d'un rectangle blanc par l'ORTF, lors de la première diffusion à la télévision française[réf. nécessaire].

Liens externes[modifier | modifier le code]