Monsieur Hire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monsieur Hire
Réalisation Patrice Leconte
Scénario Patrice Leconte, Patrick Dewolf, d'après l'œuvre de Georges Simenon
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Durée 81 minutes (1 h 21)
Sortie 1989

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Monsieur Hire est un film français réalisé par Patrice Leconte, sorti en 1989.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Monsieur Hire est un tailleur misanthrope, qui espionne par la fenêtre sa voisine d'en face dont il est tombé amoureux. En arrière-plan se déroule une enquête sur le meurtre non résolu d'une jeune femme. Monsieur Hire est soupçonné par l'inspecteur chargé de l'affaire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Avant de tourner ce film, Patrice Leconte plaisantait souvent en disant qu'un jour il ferait un remake du film Panique d'un de ses réalisateurs préférés, Julien Duvivier, sorti en 1946. Un producteur lui propose alors d'acheter les droits du livre de Georges Simenon, Les Fiançailles de M. Hire, dont le film s'inspire, Patrice Leconte se précipite alors pour le lire et accepte.
  • Les scènes d'intérieur ont été jouées en studio, les contraintes étant trop importantes pour trouver deux appartements appropriés, en vis-à-vis.
  • L'idée de faire passer un disque, par Monsieur Hire quand il espionne sa voisine, pour jouer le thème musical extrait d'un quatuor de Brahms (arrangé et interprété par Michael Nyman), était de la monteuse Joëlle Hache. Des gros plans du tourne-disque ont donc été réalisés alors que le démontage des décors avait commencé.
  • Patrice Leconte tenait à ce qu'on ne puisse pas identifier avec précision la période et le lieu du film. Ainsi, bien que la « capitale » soit évoquée, on y parle de « Gare centrale », une scène a été tournée dans le tramway bruxellois et à la basilique de Koekelberg. Du point de vue de l'époque, les voitures qui apparaissent contrastent par exemple avec la photo polaroid.
  • Patrice Leconte avait tout d'abord écrit le personnage principal en pensant à Coluche, mais celui-ci est décédé avant de pouvoir le jouer[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Chèze, « Michel Blanc, le grand entretien », Studio Ciné Live n°81,‎ juillet-août 2016, p. 10 à 14

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]