Demeter (marque de certification)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Label Demeter)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Déméter (homonymie).
Logo de la marque Demeter

Demeter est une marque de certification internationale de produits issus de l'agriculture biodynamique, une pseudo-science agricole inventée dans les années 1920 par l'occultiste autrichien Rudolf Steiner.

Les produits certifiés Demeter doivent respecter à la fois le cahier des charges attaché au label bio de l'Union européenne et le cahier des charges biodynamique attaché à la marque Demeter.

En 2017, cinq cents domaines sont certifiés Demeter, dans cinquante-trois pays.

Cahier des charges[modifier | modifier le code]

La biodynamie se présente comme une étape supérieure à l'agriculture biologique, ajoutant une dimension spirituelle et cosmique, et est ainsi régulièrement critiquée pour être une pseudo-science. Le label AB, certifiant l'utilisation des méthodes de l'agriculture biologique, doit d'abord avoir été obtenu pour candidater au label Demeter[1].

La biodynamie se distingue notamment de l'agriculture biologique parce qu'elle n'englobe pas seulement des techniques agricoles, mais aussi des rituels de nature mystique : « Le paysan qui accepte de se plier au cahier des charges de Demeter, la marque de certification des produits agricoles cultivés en biodynamie, ne se borne pas à produire des fruits ou des légumes biologiques — cette sorte de druidisme lui impose de manipuler des cornes remplies de bouse et des vessies de cerf et de respecter un calendrier cosmique. Comme pour des viandes halal ou kasher, les vins et carottes biodynamiques signalent qu’ils respectent une codification rituelle »[2].

Historique[modifier | modifier le code]

L’origine de Demeter est une coopérative de transformation pour les produits de l’agriculture biodynamique, fondée en septembre 1927 à Berlin. Son administration fut confiée à Erhard Bartsch (1895-1960), qui dirigeait déjà l’Union des agriculteurs biodynamiques en Allemagne. Franz Dreidax fut responsable pour le développement des critères de qualité et pour son contrôle. Lui et Günther Wachsmuth (responsable de la section des Sciences naturelles de l’université libre de science de l’esprit du Goethéanum, et membre du Vorstand de la Société anthroposophique universelle) ont choisi le nom de la déesse de la fécondité et mère de la Terre dans la mythologie grecque, dont la marque de production fut introduite en 1928. Le mensuel de l’Union des agriculteurs biodynamiques allemands s’appela également Demeter.

À la suite de la liquidation de la Coopérative de transformation Demeter en 1930, on créa en 1932 l’Union économique Demeter qui avait son siège à Bad Saarow près de Berlin[3].

L’Union Demeter achetait aussi des céréales qu’elle faisait transformer par des moulins et des boulangeries et assurait la distribution aux représentations régionales qui les distribuaient aux magasins de diététique. Les produits biodynamiques devaient naturellement correspondre aux conditions pour la reconnaissance Demeter. Le logo Demeter fut déposé et la marque Demeter protégée, pour la première fois, auprès de l’administration des marques de Munich en 1932. Pour avoir droit au logo Demeter, les agriculteurs devaient se soumettre à des contrôles.

À partir de 1933, l’Union économique Demeter fut administrée ensemble avec l’Union du Reich pour la méthode de production biodynamique (Reichsverband für biologisch-dynamische Wirtschaftsweise) qui fut interdite et dissoute en 1941 par les nazis alors que son dirigeant principal, Erhard Bartsch, fut arrêté. Toutefois la pratique de la méthode biodynamique en agriculture ne fut jamais interdite. Franz Dreidax, un membre du conseil d’administration de l’Union économique Demeter avait fait passer la protection de la marque sous son propre nom pour ne pas la perdre.

Quelques années après la guerre, le Cercle de recherche pour l’agriculture biodynamique fut recréé, et il lui a été transmis le nom Demeter, protégé par un acte notarié. Le dépôt du nom eut ensuite lieu auprès de l’OMPI (l’Office mondial de la propriété industrielle) à Genève pour assurer sa protection au niveau mondial, après la recréation de l’union Demeter en 1954.

Jusqu’à récemment, le Demeter-Bund allemand attribuait aux pays qui en faisait la demande le droit d’utiliser la marque. Le Congrès de Järna (groupe constitué des représentants de toutes les associations de gérance de la marque Demeter au niveau mondial) proposa qu’une association devienne propriétaire et responsable de la marque. Elle deviendrait l’instance qualifiée pour résoudre tous les litiges. Ainsi fut fondé en 1997, Demeter-International.

Cette marque internationale des produits issus de l’agriculture biodynamique est aujourd’hui présente dans plus de 50 pays[3]. En 2018, elle regroupe 5'000 exploitants agricoles au niveau mondial[4].

La méthode de cristallisation sensible, procédé pseudo-scientifique, est utilisée par le label en tant que méthode de test des procédés agroalimentaires.

En Europe[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Selon le cahier des charges de Demeter France, il ne suffit pas simplement d'adhérer aux règles formelles : « Cependant, si quelqu’un ne veut utiliser ces normes que comme on le fait souvent avec les lois, c’est-à-dire, en ne se préoccupant de ne s’attacher qu’au côté formel ou en cherchant des échappatoires parce qu’il y a économiquement avantage, il ferait mieux de pratiquer un autre type d’agriculture[5]. » On peut aussi noter cette déclaration : « Dans la science spirituelle, développée par Rudolf Steiner, le point de départ est le principe d’évolution suivant: au cours de l’évolution du monde, le physique s’est révélé de plus en plus capable de donner un corps à des êtres supérieurs tels que les animaux et l'être humain. L’incarnation d’êtres beaucoup plus anciens et beaucoup plus élevés est l’étape la plus récente de l’évolution du monde[6]. »

En Suisse[modifier | modifier le code]

En 2016, Demeter a passé des accords de collaboration avec les deux plus grands distributeurs suisses, Coop et Migros[7]. Traditionnellement,les produits Demeter étaient vendus directement à la ferme et dans des magasins spécialisés ; la production des agriculteurs suisses labellisés demeter dépasse cependant les capacités d'absorbsion de ces canaux de distribution, ce qui amenait ces agriculteurs à devoir déclasser une partie de leur production et à la vendre à moindre à moindre coût[7],[4]. En mai 2018, Demeter regroupait 300 exploitants certifiés, pour une surface évaluée à 5'000 hectares[4].

Controverses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Agriculture biodynamique.

L'agriculture biodynamique, que certifie Demeter, est controversée pour ses aspects pseudo-scientifique et ésotérique. L'intérêt de cette technique n'est soutenu par aucun élément factuel, en particulier son apport par rapport à l'agriculture biologique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Binet, Le secret de la corne de bouse et autres subtilités de l'agriculture biodynamique
  2. Jean-Baptiste Malet, « L’anthroposophie, discrète multinationale de l’ésotérisme : Éducation, santé, agriculture, banques : les bonnes affaires des disciples de Rudolf Steiner », Le Monde diplomatique, no 772,‎ , p. 16 - 17 (lire en ligne).
  3. a et b Transitions vers l’agriculture biologique, Éditions Quæ / educagri éditions. 2009
  4. a b et c Claire Muller, « La biodynamie part à la conquête des campagnes et des étals suisses », Terre & Nature,‎ (lire en ligne)
  5. http://www.demeter.fr/wp-content/uploads/2016/02/Cahier-des-charges-Production-ed-janv-2016.pdf p.5
  6. http://www.demeter.fr/wp-content/uploads/2016/02/Cahier-des-charges-Production-ed-janv-2016.pdf p.6
  7. a et b « Le label bio Demeter à l'assaut du marché suisse », 24heures.ch/,‎ (lire en ligne)