Grégoire Perra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grégoire Perra
Grégoire PERRA.jpg
Grégoire Perra, ex-anthroposophe le 14 novembre 2018, interviewé par la Tronche en Biais au Muséum Aquarium de Nancy.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Grégoire Perra, né le à Paris, est un lanceur d'alerte, ex-anthroposophe et ex-professeur en école Steiner-Waldorf. Il est l'un des principaux critiques de l'anthroposophie en France, particulièrement intéressant par sa position d'apostat, et milite pour une reconnaissance de la « dérive sectaire » du mouvement et de l'endoctrinement qui serait dissimulé via les écoles Steiner[n 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière d'enseignant[modifier | modifier le code]

Grégoire Perra est le fils de parents non-anthroposophes[2]. En 1979, il est scolarisé en école Steiner-Waldorf ou il demeure de ses 9 à ses 18 ans fréquentant d'abord l'école de Verrières-le-Buisson puis l'école Perceval de Chatou[3]. Il fait ensuite des études de philosophie et de théâtre[4].

Il est professeur d’histoire-géographie à l'école Steiner de Verrières-le-Buisson dans les années 1990[4],[3].

En 2002-2003 il obtient un CAPES de philosophie et commence sa carrière d'enseignant à l'Éducation nationale[3]. Parallèlement il est employé à temps partiel à l'école Perceval de Chatou, d'abord comme professeur de philosophie puis de français et de théâtre[3]. Durant ses années d'enseignements, il a des « doutes » et entame « un processus de réflexion et de critiques » vis-à-vis de l'anthroposophie et la pédagogie Steiner[5]. Il démissionne de l'école Perceval en à la suite du signalement par une élève d'une conduite incorrecte à son égard[3].

Adhésion puis démission de la Société anthroposophique en France[modifier | modifier le code]

Grégoire Perra rejoint la Société anthroposophique en France en 1995 et collabore étroitement avec elle, écrivant plusieurs rapports de formation publiés par l'organe de presse officiel et animant des conférences jusqu'en 2010[3]. Il est aussi rédacteur pour la revue anthroposophique L'esprit du temps[4]. À cette époque, il se dit proche des directeurs de la Société Anthroposophique en France ainsi que des membres de la Société anthroposophique universelle[2].

En 2009, à 39 ans, il quitte l'anthroposophie, diffuse un article « L’endoctrinement à l’anthroposophie dans les écoles Steiner-Waldorf » et se consacre à l'écriture d'un blog compilant des critiques attestant ou alléguant de dérives sectaires et de l'endoctrinement organisé selon lui par le mouvement et les écoles : La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf[6].

Critiques de la pédagogie Steiner et de l'anthroposophie[modifier | modifier le code]

Écoles Steiner-Waldorf[modifier | modifier le code]

Grégoire Perra critique de nombreuses facettes de la pédagogie Steiner dénonçant une exposition des enfants « aux idées pseudo-scientifiques de R. Steiner, parfois au travers de cérémonies quasi-religieuses[7] » ainsi que l'initiation des élèves à la biodynamie, pratique agricole mystique déguisée en cours de sciences[8]. Selon Perra, il existe des « spécificités langagières et pédagogiques » qui préparent « les anciens élèves à devenir des futurs parents de ces écoles, ou à accepter plus volontiers que d'autres la logique sectaire du milieu anthroposophique »[9].

Il dénonce également la non-vaccination de plusieurs enfants, évoquant le souvenir de son médecin scolaire qui faisait seulement semblant de procéder à la vaccination des élèves : « Il préparait l'aiguille avec le sérum, mais ne piquait pas, et le sérum s'écoulait juste à côté ». Selon Perra, « les écoles Steiner-Waldorf se savent surveillées et demandent aux parents de choisir leur médecin de famille parmi les médecins anthroposophes. C'est donc lui qui va tenir aux parents un discours antivaccination, dans le secret de son cabinet »[10]. Dans l'anthroposophie[11], « ésotérisme mystique et délirant » selon Perra, la maladie est vue comme un message divin lié au karma et à la réincarnation : « ainsi, un vaccin, en empêchant de faire une maladie que vous devez avoir dans cette vie, sera un handicap dans une prochaine incarnation, car il entrave un processus karmique »[12].

Anthroposophie[modifier | modifier le code]

En 2017, à la suite de l'entrée au gouvernement de Françoise Nyssen associée à l'ouverture de l'école Steiner le Domaine du possible, Grégoire Perra publie un article intitulé « Françoise Nyssen : les anthroposophes entrent au Gouvernement »[13],[14].

Invité d'un séminaire à Marseille en 2018, Charlie Hebdo rapporte des propos de « disciples » qu'a rencontrés Grégoire Perra : « Des jeunes filles à qui l’on interdit de prendre la pilule pour ne pas les couper du cycle cosmique, des malades soignés par la lumière qui filtrait à travers des vitraux rouges. J’ai même rencontré d’anciens adeptes de Steiner qui m’ont affirmé que leurs dermatos avaient refusé de traiter leurs grains de beauté parce qu’ils traduisaient l’imbécillité de leurs vies antérieures »[15].

Les nombreuses conférences et articles signés par Grégoire Perra attirent l'attention sur ce qu'il considère être des dérives sectaires liées à l'anthroposophie. En 2015, il indique lors d'une interview que « la médecine anthroposophique est dangereuse, non seulement par ses méthodes, mais aussi parce que l'anthroposophie est une doctrine qui rend fous ses adeptes »[12],[16]. En 2019, Perra déclare au journal Le Point que « l'anthroposophie est une secte qui menace la société[8] ». Interrogé en 2017 par Les Inrocks, le politologue Stéphane François critiquait néanmoins l'utilisation du terme « secte » pour qualifier l'anthroposophie[14] : « Steiner avait une vision du monde construite, antiscientifique et irrationnelle, avec des discours qui peuvent choquer, mais les gens peuvent quitter et critiquer la société anthroposophique. Ce n’est pas comme la scientologie. Grégoire Perra n’est pas muselé. »

Réception[modifier | modifier le code]

Les propos et les alertes de Grégoire Perra sont relayés par de nombreux journaux et médias français comme France Info[17], Libération[18], Le Point[5], Le Monde diplomatique[6], Charlie Hebdo[19], Arte[20] ou La Croix[1].

Les écoles Steiner visées par Perra se défendent quant à elles de toute dérive sectaire, et lui intentent plusieurs procès pour diffamation, qui sont tous gagnés par Grégoire Perra[21]. Ce dernier déclare vivre ces multiples procès comme du « harcèlement »[8].

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2013, Grégoire Perra est poursuivi par la fédération des écoles Steiner-Waldorf pour diffamation à la suite de la publication d'un rapport à charge sur le site de l'UNADFI intitulé : « L'endoctrinement des élèves à l'Anthroposophie dans les écoles Steiner-Waldorf »[22]. Il est relaxé le par le TGI de Paris[3],[23], le tribunal ayant retenu sa bonne foi, et l'absence d'animosité dans le témoignage, tout en relevant que « le sérieux de l'enquête n'est pas utilement contesté par la partie civile »[9]. La fédération ne fait pas appel[9].

En janvier 2019, il est à nouveau poursuivi pour diffamation par la fédération des écoles Steiner-Waldorf ainsi que par une enseignante d'une école Steiner de Verrières-le-Buisson à la suite d'articles à charge sur son blogue où il dénonce l'endoctrinement aux pseudosciences lors d'un voyage de classe sur le thème « minéralogie et astronomie » à laquelle est conviée René Becker, le secrétaire général de la Société anthroposophique en France[8],[23]. Il gagne en première instance en octobre 2019[24], la fédération fait appel[20].

Une autre plainte a été déposée contre Grégoire Perra par l’association représentante des médecins anthroposophes (CNP MEP SMA)[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Christophe Dekindt et Grégoire Perra, Du spirituel au cinéma : essai sur le cinéma d'action et l'occultisme contemporain, Éd. Pic de la Mirandole, , 158 p. (ISBN 978-2-916089-09-6, notice BnF no FRBNF41239480)
  • Grégoire Perra, L’endoctrinement des élèves à l’Anthroposophie dans les écoles Steiner-Waldorf (2011) publié par l'UNADFI[22].
  • Grégoire Perra, Ma vie chez les anthroposophes (2012) publié en ligne, accès libre[25].
  • Grégoire Perra et Élisabeth Feytit, Une vie en anthroposophie: la face cachée des écoles Steiner-Waldorf, La Route de la Soie, (ISBN 979-10-97042-58-5, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Toutefois, le président de la Miviludes déclare en 2018 n'avoir « jamais eu de signalement de dérives sectaires » au sein des écoles, tout en reconnaissant qu'il y a « une mythologie diffuse chez Steiner qui n’est pas clairement annoncée »[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anaïs Brosseau, « Les écoles Steiner sous le feu des critiques », La croix,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Les secrets de l'anthroposophie (TenL#68) - Grégoire Perra », La Tronche en Biais,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d e f et g TGI de Paris, « Délibéré », Compte rendu de la 17e chambre correctionnelle,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c « Grégoire Perra », sur data.bnf.fr (consulté le 13 juillet 2020)
  5. a et b Thomas Mahler, « Anti-vaccins, délires cosmologiques... les étranges « vérités » des anthroposophes », Le Point,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Jean-Baptiste Malet, « L’anthroposophie, discrète multinationale de l’ésotérisme », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  7. « L’Afis apporte son soutien à l’action d’information de Grégoire Perra sur l’anthroposophie », Association française pour l'information scientifique,‎ (lire en ligne)
  8. a b c d et e Thomas Mahler, « L'anthroposophie est une secte qui menace la société », sur Le Point, (consulté le 5 mai 2020)
  9. a b et c Gilbert Klein, Dignité-liberté: Dérives sectaires et droits fondamentaux, Editions Publibook, (ISBN 978-2-7539-0406-4, lire en ligne), p. 139-140
  10. Isabelle Burgun, « L'anti-vaccination sur les bancs d'école », Agence Science-Presse,‎ (lire en ligne)
  11. « AREMA – Formation en Médecine Anthroposophique » (consulté le 18 mai 2020)
  12. a et b Agence Science-Presse, « Dans les entrailles de l'anthroposophie », (consulté le 15 janvier 2017).
  13. Grégoire Perra, « Françoise Nyssen : les anthroposophes entrent au Gouvernement », sur La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf, (consulté le 6 mai 2020)
  14. a et b Mathieu Dejean, « La nouvelle ministre de la Culture est-elle vraiment proche d'une secte, comme l'a dit Jean-Luc Mélenchon ? », sur lesinrocks.com, Les Inrocks, (consulté le 6 mai 2020)
  15. Claude Ardid et Nadège Hubert, « Les sectes : des start-up en pleine expansion », Charlie Hebdo,‎ (lire en ligne)
  16. Georges Fenech, Gare aux gourous, Editions du Rocher, (ISBN 978-2-268-10397-6, lire en ligne), p. 47
  17. « Anthroposophie : l’étrange médecine », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  18. Guillaume Lecaplain, « L'anthroposophie est-elle une secte ? », Libération,‎ (lire en ligne)
  19. Antonio Fischetti, « De l’ésotérisme enseigné à la fac de Strasbourg », Charlie Hebdo,‎ (lire en ligne)
  20. a et b « Écoles Steiner dans la tourmente - Vox Pop », Arte,‎ (lire en ligne)
  21. Marie-Estelle Pech, « Devant les juges, les écoles Steiner se défendent de toute dérive sectaire », sur Le Figaro.fr, (consulté le 9 juillet 2020)
  22. a et b Grégoire Perra, « L'endoctrinement des élèves à l'Anthroposophie dans les écoles Steiner-Waldorf », UNADFI,‎ (lire en ligne)
  23. a et b Jérémy Royaux, « Grégoire Perra attaqué en procès par les anthroposophes », Comité Para,‎
  24. Rédaction Essonne, « Essonne. L’école Steiner-Waldorf face aux tourments judiciaires », sur Actu.fr, (consulté le 8 juillet 2020).
  25. Grégoire Perra, Ma vie chez les anthroposophes, (lire en ligne)