La Ville-aux-Clercs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Ville-aux-Clercs
L'église Saint-Barthélemy.
L'église Saint-Barthélemy.
Blason de La Ville-aux-Clercs
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Le Perche
Intercommunalité Pays de Vendôme
Maire
Mandat
Isabelle Maincion
2014-2020
Code postal 41160
Code commune 41275
Démographie
Gentilé Villauclergeois
Population
municipale
1 298 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 09″ nord, 1° 05′ 09″ est
Altitude Min. 115 m – Max. 195 m
Superficie 26,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
La Ville-aux-Clercs

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
La Ville-aux-Clercs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ville-aux-Clercs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ville-aux-Clercs

La Ville-aux-Clercs est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants s'appellent les Villauclergeoises et Villauclergeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Ville-aux-Clercs est située à la frontière du Perche et du Vendômois.

Son altitude varie de 115 m à 195 m, la mairie se situant à 140 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[1], dont La Ville-aux-Clercs (au lieu-dit La Gaudinière)[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[4].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La place de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Paul Bensimon -  
mars 2001 réélue en 2008 Isabelle Maincion DVD puis NC-UDI Vice-présidente de la communauté de communes du Pays de Vendôme, conseillère régionale

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 298 habitants, en diminution de -2,63 % par rapport à 2009 (Loir-et-Cher : 1,71 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636 863 789 1 009 923 968 973 1 024 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 090 1 165 1 330 1 116 1 045 964 965 1 053 997
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 033 1 016 1 039 990 1 122 947 878 849 807
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
802 846 870 967 1 114 1 197 1 313 1 307 1 298
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 24,8 %) ;
  • 53,1 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 11,7 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 32,7 %).
Pyramide des âges à La Ville-aux-Clercs en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90  ans ou +
3,5 
12,5 
75 à 89 ans
17,7 
11,5 
60 à 74 ans
11,5 
19,1 
45 à 59 ans
17,9 
21,4 
30 à 44 ans
19,8 
13,5 
15 à 29 ans
11,7 
21,1 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

85 odonymes recensés à La Ville-aux-Clercs
au 22 février 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Pont Route Rue Ruelle Venelle Autres Total
1 [N 1] 0 0 3 [N 2] 0 7 0 0 6 [N 3] 0 6 28 [N 4] 0 0 34 [N 5] 85
Notes « N »
  1. Allée des Acacias.
  2. Chemin de la Thomasserie, Chemin des Aubépines et Chemin du Marchais d'Auvergne.
  3. Dont Place du 11-Novembre.
  4. Dont Rue du 8-Mai et Rue du 18-Juin.
  5. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Barthélemy des XIIe siècle, XVIIe siècle et XIXe siècle, renfermant plusieurs objets classés aux Monuments Historiques : Le Christ en Croix, statut en bois polychrome, du XVIIe siècle ; La Mort de La Vierge, huile sur toile du XVIIe siècle ; L'Incrédulité de saint Thomas, huile sur toile du XVIIe siècle ; plaque funéraire de Michel de Verthamon, chevalier de Malte, en pierre et marbre (épitaphe en latin et armoiries), du XVIIe siècle (1674) et une cloche en bronze, de note fa, du XVIe siècle (1580).
  • Château de La Gaudinière (ruine).
  • Fort Girard.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr ville aux clercs (loir-et-cher).svg

Les armoiries de La Ville-aux-Clercs se blasonnent ainsi :

Écartelé d'or et d'azur, au portail de gueules maçonné et ajouré de sable, ouvert du champ, brochant sur le tout.

Création J.-P. Fernon - P. Bensimon (1987)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, en juin : organisation du trail « sur les traces du loup » ; en 2013, cette édition attira plus de 1 500 athlètes venus de nombreux pays. Ce fut la 6e étape du Trail Tour National.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population à La Ville-aux-Clercs en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]