Juan Manuel Eguiagaray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan Manuel Eguiagaray
Image illustrative de l'article Juan Manuel Eguiagaray
Fonctions
Porte-parole du groupe PSOE
au Congrès des députés espagnol
Législature VIe
Prédécesseur Joaquín Almunia
Successeur Josep Borrell
Ministre de l'Industrie et de l'Énergie
Président du gouvernement Felipe González
Gouvernement González IV
Prédécesseur José Claudio Aranzadi
Successeur Josep Piqué
Ministre des Administrations publiques
Président du gouvernement Felipe González
Gouvernement González III
Prédécesseur Joaquín Almunia
Successeur Jerónimo Saavedra
Biographie
Nom de naissance Juan Manuel Eguiagaray Ucelay
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Bilbao (Espagne)
Parti politique PSOE
Diplômé de Université de Deusto
Profession Universitaire

Juan Manuel Eguiagaray
Ministres de l'Industrie espagnols
Ministres de la Politique territoriale espagnols

Juan Manuel Eguiagaray Ucelay, né le à Bilbao, est un homme politique espagnol, membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Élu député au Parlement basque en 1980, il devient vice-secrétaire général du Parti socialiste du Pays basque-PSOE cinq ans plus tard, mais renonce à toutes ses fonctions en 1988, lorsqu'il est nommé délégué du gouvernement, d'abord en Murcie, puis au Pays basque.

En 1991, il entre au gouvernement, en tant que ministre des Administrations publiques. Nommé, deux ans plus tard, ministre de l'Industrie, il est élu au Congrès des députés en 1996, où il exerce, pendant huit mois, la direction du groupe socialiste. Il se retire de la vie politique en 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est diplômé en droit et en sciences économiques de l'université de Deusto, où il a enseigné, ayant poursuivi son cursus économiques à l'université de Nancy.

Carrière au Pays basque[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti socialiste ouvrier espagnol en 1977 et est élu, trois ans plus tard, député régional au Parlement basque. En , il remplace Txiki Benegas en tant que porte-parole du groupe du Parti socialiste du Pays basque-PSOE (PSE-PSOE), mais cède sa place après sa réélection, en 1984.

Lors du congrès du PSE-PSOE, organisé en , il est désigné vice-secrétaire général, sous la direction de Benegas[1]. Il est réélu lors du congrès de , Ramón Jáuregui devenant secrétaire général[2].

Délégué du gouvernement[modifier | modifier le code]

À peine trois mois plus tard, le , il devient délégué du gouvernement dans la Région de Murcie, causant une certaine surprise au sein de la classe politique basque, étant donné le pouvoir qu'il exerçait, de facto, au sein du PSE-PSOE[3].

Toutefois, bénéficiant de toute la confiance du ministre José Luis Corcuera et du secrétaire d'État Rafael Vera, avec qui il a participé à des négociations avec l'ETA, il retourne au Pays basque le , plus d'un mois et demi après la destitution du précédent délégué du gouvernement[4].

Ministre de González[modifier | modifier le code]

Lors de l'important remaniement ministériel du , il est nommé ministre des Administrations publiques, en remplacement de Joaquín Almunia et à la suite du refus de Txiki Benegas d'assumer ce portefeuille ministériel[5]. Après les élections générales anticipées du 6 juin 1993, auxquelles il n'est pas candidat, il devient ministre de l'Industrie et de l'Énergie[6].

Député et fin de parcours[modifier | modifier le code]

Candidat aux élections générales anticipées du 3 mars 1996 dans la Région de Murcie, il est élu au Congrès des députés, alors que le Parti socialiste est défait, de justesse, par le Parti populaire (PP). Environ un an et demi plus tard, le , il est élu, par acclamation, porte-parole du groupe PSOE, avec Jesús Caldera au poste de secrétaire général[7]. Josep Borrell, élu candidat à la présidence du gouvernement au cours d'une élection primaire, lui succède le [8]. À la suite des élections générales du 12 mars 2000, il est désigné premier vice-président de la commission de l'Économie et des Finances du Congrès. Il ne se représente pas aux élections générales du 14 mars 2004 et rejoint le secteur privé, comme EADS CASA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Benegas, reelegido secretario general de los socialistas vascos », El País,‎ (lire en ligne)
  2. (es) « Jáuregui consigue una exigua victoria sobre García Damborenea en el congreso del PSOE vasco », El País,‎ (lire en ligne)
  3. (es) « El traslado de Eguiagaray a Murcia causa sorpresa en Euskadi », El País,‎ (lire en ligne)
  4. (es) « El Gobierno nombra delegado en el País Vasco a Juan Manuel Eguiagaray », El País,‎ (lire en ligne)
  5. (es) « Benegas rechaza tres veces la oferta de González para ministro de Administraciones Públicas », El País,‎ (lire en ligne)
  6. (es) « Felipe González cambia la mitad de su Gobierno », El País,‎ (lire en ligne)
  7. (es) « Eguiagaray dice que "el Gobierno hace con Telefónica lo que no puede con el Boletín Oficial del Estado" », El País,‎ (lire en ligne)
  8. (es) « Apoyo unánime del PSOE a la nueva dirección del Grupo Parlamentario », El País,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]