Jeunes chrétiens-démocrates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeunes chrétiens-démocrates
Présentation
Président Jean Roucher
Fondation
Siège 38, rue de Berri - 75008 Paris
Idéologie Démocratie chrétienne, Gaullisme,Social-libéralisme,
Couleurs bleu, rouge, violet
Site web http://jeunespcd.fr

Les Jeunes chrétiens-démocrates sont la branche jeune du Parti chrétien-démocrate. Ils ont une vision de la politique où « le respect de la vie tient une place prédominante» et où on réaffirme les valeurs de chaque homme »[1].

Responsables successifs[modifier | modifier le code]

  • 2006 - juin 2010 : Jacques Lefort[2]
  • juillet 2010 - septembre 2012 : Maxence Poumaere[2], cadre dans l'industrie
  • 22 septembre 2012 - octobre 2013 : Vivien Richard[3], conservateur du patrimoine (promotion 2010[4].)
  • depuis octobre 2013 : Jean Roucher[5]

Relation avec les autres mouvements[modifier | modifier le code]

Le PCD est associé à l'UMP mais totalement indépendant. Ainsi les Jeunes du PCD sont aussi indépendants des Jeunes Populaires[6],[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Perpignan Les jeunes du PCD 66 avec Christine Boutin », sur le site du quotidien L'Indépendant, (consulté le 4 avril 2013).
  2. a et b « Maxence Poumaere à la présidence du PCD », sur le site d'Europe 1, (consulté le 24 mars 2013).
  3. « Vivien Richard élu président des Jeunes du PCD », sur le site des jeunes PCD, (consulté le 24 mars 2013).
  4. « Les conservateurs du patrimoine de la promotion 2010 », sur le site de l'Institut national du patrimoine, (consulté le 24 mars 2013).
  5. http://latableronde.wordpress.com/2013/11/12/entretien-jean-roucher-president-jeunes-pcd/
  6. Vivien Richard, « La nouvelle campagne de Christine Boutin et du PCD », sur le site plus.lefigaro.fr, (consulté le 4 avril 2013).
  7. Éric Martin, « Le dérapage de Lancar dérange au PCD », sur le site ndf.fr, (consulté le 4 avril 2013).
  8. Bertrand Lescure, « Maxence Poumaere (PCD) : « Les responsables des jeunes populaires sont déconnectés des vrais enjeux pour notre pays » », sur le site de l'agence de presse InfosBordeaux, (consulté le 4 avril 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]