Jeune Garde de Villefranche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeune Garde de Villefranche

Sport(s) représenté(s) Activités gymniques et d’entretien
Boules lyonnaises
Éveil de l'enfant
Création 1912
Président Anne-Cécile Bouillard, Fabrice Rivière
Siège 3 Rue des Remparts
69400 Villefranche-sur-Saône
Affiliation Fédération sportive et culturelle de France
Fédération française de gymnastique

La Jeune Garde de Villefranche (plus communément appelée JGV) est un club créé en 1912 à Villefranche-sur-Saône (Rhône) dont la principale activité est la gymnastique masculine. Historiquement affilié à la Fédération sportive et culturelle de France, il prend également part aux compétitions de la Fédération française de gymnastique.

Historique[modifier | modifier le code]

Création et premières compétitions[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 1912, la déclaration des statuts de la JGV est déposée à la sous-préfecture de Villefranche. La création effective figure au journal officiel du 7 mai 1912. La Jeune Garde participe au concours de Tarare les 29 et 30 juin 1912. Cette compétition rassemble 50 sociétés et 3 000 gymnastes. Pour sa première participation à un concours régional la JGV obtient un prix d'excellence en deuxième division alternatif avec 453 points. Dès 1913, le premier président de la JGV Pierre Dupont et son vice-président Henri Jacquet prennent en main l'organisation d'un concours de gymnastique de grande facture. Sur cet élan, les dirigeants caladois n'hésitent pas à faire franchir les Alpes aux sociétaires de la toute nouvelle JGV pour participer au concours international de Rome.

La guerre de 14-18 stoppe pratiquement toutes les activités sportives et endeuille la JGV qui voit 19 de ses sociétaires tomber au champ d'honneur, ainsi que son aumônier l'abbé Bertrand. À cette époque la JGV est affiliée à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF), fédération catholique, dans laquelle chaque club dispose d'un aumônier.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

C'est en 1921, à Strasbourg — un symbole — que la vie fédérale reprend ses droits avec l'organisation d'un grand concours international. La Jeune Garde fait partie des 266 sociétés présentes, colonne 9 lors du défilé. En 1923, au concours de Tarare, les fanions des pupilles et des adultes récompensent la JGV qui récidive au concours de Paris.

En 1924, la JGV, toujours en pointe et présidée par François Fougerat, se voit confier l'organisation d'un concours inter-régional regroupant 83 clubs représentés par 4 000 gymnastes. Au fil des années, plusieurs concours se succèdent:

  • 1927 (à Amplepuis) : la JGV remporte le fanion des adultes ;
  • 1928 (à Vienne) : la JGV remporte le drapeau régional ;
  • 1932 (à Nice) : la JGV remporte le championnat international ;
  • 1941 (à Lyon) : la JGV remporte le fanion des adultes ;
  • 1942 (à Mâcon): la JGV remporte le fanion des pupilles.

À nouveau, en 1939, la guerre passe par là et fait une victime dans les rangs de la JGV ainsi que 9 prisonniers cruellement marqués par une détention difficilement supportable. À cette époque, 13 adultes du club sont incorporés au 9e régiment de cuirassiers de l'armée française.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

En 1946 a lieu le concours de Tarare, suivi du premier championnat fédéral de la Fédération sportive de France (FSF)[N 1] à Paris, où l'équipe adulte de la JGV décroche la seconde place, derrière la Nicolaïte de Chaillot, pour la plus grande satisfaction du président Camille Buchet.

Présentation du club[modifier | modifier le code]

Équipe dirigeante : le bureau[modifier | modifier le code]

L'ensemble de l'équipe dirigeante est constituée de bénévoles, bien souvent parents de gymnastes du club, actuels ou anciens, ou qui tout simplement se retrouvent dans l'esprit du club.

Équipe matériel et logistique[modifier | modifier le code]

Sans elle, bien souvent, rien ne serait possible. L'équipe matériel et logistique est présente à chacune des manifestations organisées par le club. Composée exclusivement de bénévoles, elle est chargée de la gestion du matériel en tous genres : changement des décors et des équipements gymniques (tapis de réception, tremplins, ...) ainsi que la tenue de la buvette lors du gala organisé chaque saison par le club en fin d'année, participation à l'organisation des plateaux des compétitions prises en charge par la JGV, intendance des repas lors des championnats fédéraux par équipes,tenue de stands de jeux lors de la kermesse de fin de saison et bien d'autres activités de l'ombre qui font que la JGV est ce qu'elle peut être aujourd'hui.

Locaux et salles d'entraînement[modifier | modifier le code]

Historiquement, la salle d'entraînement de la JGV est située à Villefranche-sur-Saône, au 3 rue des remparts. Cette salle, surnommée "le local", est plutôt vétuste et a nécessité de nombreux travaux de rénovation, le plus souvent aux frais du club. On n'y trouve aucune fosse et les agrès y sont relativement désuets.

Avec la création du gymnase spécialisé René Jardin à proximité du palais des sports de Villefranche-sur-Saône rue Auguiot, les entraînements ont peu à peu déserté le « local ». En effet, la salle spécialisée offre des conditions de travail optimales : deux fosses de réception, un trampoline géant, des agrès multiples et neufs, un praticable et une piste de tumbling. L'utilisation de cette salle a globalement permis à la JGV de franchir un cap, le niveau général de ses équipes ayant fortement progressé.

Aujourd'hui, le local sert de salle d'entraînement uniquement à certaines catégories : l'école de gymnastique pour les enfants, filles et garçons, de trois à six ans (découverte de la gymnastique et initiation aux éléments de base au sol et sur agrès) et la gymnastique d'entretien (séances de fitness et de relaxation dispensées dans la convivialité et la bonne humeur). Le local sert également de salle de réception pour certaines manifestations du club (célébration des conscrits du club, élection des membres du bureau, festivités de fin d'année). À l'étage supérieur se trouve la salle de réunion du bureau qui y tient ses réunions techniques et les inscriptions en début de saison.

Activités[modifier | modifier le code]

Outre la gymnastique artistique masculine, d'autres activités sont également pratiquées à la Jeune garde : boules lyonnaises, éveil de l'enfant, gymnastique de détente.

Esprit de la Jeune Garde[modifier | modifier le code]

Depuis toujours la JGV a pour leitmotiv la formation. Ainsi, beaucoup de jeunes gymnastes restent au club jusqu'à atteindre les catégories d'adultes où, soit pour raisons professionnelles soit pour raisons familiales, ils se retrouvent amenés à prendre un peu de distance avec le sport mais pas toujours avec le club. Cet attachement au club [N 2] est rendu possible par l'esprit qu'est celui de la JGV qui peut se résumer par : « peu importe ton niveau, tu as ta place dans l'équipe et tu peux servir l'équipe ». En effet, bien que la gymnastique soit considérée par beaucoup comme un sport individuel, la JGV accorde autant voire plus d'importance aux compétitions par équipes car elles permettent à chacun de se sentir investi et utile pour le club.

Au-delà des résultats qui sont importants et nécessaires pour la bonne santé du club — ne serait-ce que pour l'obtention de subventions ou pour le prestige auprès des plus jeunes — c'est également cette mentalité qui est de « prendre du plaisir avant tout » qu'essaient de transmettre les entraineurs aux plus jeunes. Cet état d'esprit permet aux équipes d'être soudées et de progresser de façon plus homogène.

Enfin, comme pour le rugby, une troisième mi-temps vient souvent conclure les grandes compétitions où tous les acteurs du club (gymnastes, entraîneurs, dirigeants, juges, équipe matériel et logistique, parents) peuvent se retrouver dans une ambiance festive et amicale.

Présentation des compétitions de gymnastique masculine[modifier | modifier le code]

Compétitions de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF)[modifier | modifier le code]

Coupes fédérales[modifier | modifier le code]

Coupes interclubs[modifier | modifier le code]

La coupe interclubs regroupe des équipes constituées de 8 gyms au maximum : 2 pupilles, 2 cadets, 2 juniors et 2 seniors. Cette compétition a pour intérêt de regrouper l'ensemble des catégories d'âges de gymnastique à partir de 10 ans, ce qui fait également que pour gagner cette compétition, un club se doit d'avoir des gymnastes de qualité à tous les âges.

En division 1, les mouvements sont libres : chaque gymnaste effectue aux six agrès (sol, cheval d'arçons, anneaux, saut de cheval, barres parallèles, barre fixe dans cet ordre) un enchainement de figures de valeurs plus ou moins élevées sans restriction aucune.

En division 2, les mouvements sont imposés : chaque gymnaste choisit un degré de difficulté des mouvements édictés par la commission technique de la FSCF et effectue le mouvement correspondant à ce degré de difficulté à tous les agrès ; il est ainsi impossible de faire un 4e degré en barre fixe, barres parallèles, sol, cheval d'arçons et anneaux et de faire un 5e degré au saut de cheval.

Championnats fédéraux[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2008-2009, la JGV est élue club FSCF de l'année à la suite de sa victoire aux championnats fédéraux (catégorie adultes fédéral 1) organisés à Saint-Sébastien-sur-Loire en Loire-Atlantique.

Compétitions de la Fédération française de gymnastique (FFG)[modifier | modifier le code]

Palmarès de la section de gymnastique masculine[modifier | modifier le code]

FSCF[modifier | modifier le code]

  • Championnat fédéral pupilles division fédérale 1 :
    • Gold medal icon.svg 2002, 2003, 2004, 2005 ;
    • Silver medal icon.svg 2001, 2006, 2008 ;
    • Bronze medal icon.svg 1999, 2007.
  • Championnat fédéral adultes division fédérale 1 :
    • Gold medal icon.svg 2009 ;
    • Silver medal icon.svg 1946.
  • Championnat fédéral adultes division fédérale 2 :
    • Silver medal icon.svg 1996, 1999, 2002 ;
    • Bronze medal icon.svg 1997, 1998, 2000.
  • Championnat adultes promotion :
    • Gold medal icon.svg 1974 ;
    • Silver medal icon.svg 1972, 1973.
  • Coupe interclubs division 1 :
    • Gold medal icon.svg 1987, 1988, 1989, 1991, 1993, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009 ;
    • Silver medal icon.svg 1992, 1999 ;
    • Bronze medal icon.svg 1994.
  • Coupe interclubs division 2 :
    • Gold medal icon.svg 2001, 2005 ;
    • Bronze medal icon.svg 1996.
  • Coupe fédérale cadets :
    • Gold medal icon.svg 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 ;
    • Silver medal icon.svg 1992, 2003, 2004.
  • Coupe fédérale seniors :
    • Gold medal icon.svg 2007 ;
    • Silver medal icon.svg 1992, 2001, 2003, 2008, 2009 ;
    • Bronze medal icon.svg 1993, 2000.
  • Club de l'année : 2009[réf. nécessaire]

FFG[modifier | modifier le code]

  • Championnats division nationale 5 : Bronze medal icon.svg 2009 ;
  • Championnats division fédérale 3 : Silver medal icon.svg 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. qui devient Fédération sportive et culturelle de France (FSCF) en 1948
  2. Des gymnastes ont été contactés par des centres de formation mais ont préféré rester au club

Références[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]