9e régiment de cuirassiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9e Régiment de Cuirassiers
Image illustrative de l’article 9e régiment de cuirassiers
Insigne régimentaire du 9e cuirassiers.

Création 1666
Dissolution 1946
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type Régiment de Cuirassiers
Rôle cavalerie
Inscriptions
sur l’emblème
Hohenlinden 1800
Austerlitz 1805
La Moskowa 1812
Fleurus 1815
L'Aisne 1917
Le Matz 1918
Argonne 1918
Anniversaire Fête: le 16 juin (Fleurus, 1815)
Guerres guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.
Décorations croix de guerre 1914-1918
Deux palmes

Le 9e régiment de cuirassiers est un ancien régiment de cavalerie de l'armée française créé en 1666. Il a tenu garnison de 1889 à 1894 au Quartier Ordener de Senlis.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1666 : Choisy.
  • 1672 : Courcel.
  • 1686 : Anjou.
  • 1753 : Aquitaine.
  • 1761 : Artois.
  • 1791 : 9e régiment de cavalerie.
  • 1803 : 9e régiment de cuirassiers.
  • 1815 : Dissous.
  • 1825 : 9e régiment de cuirassiers.
  • 1870 : s'est illustré par ses charges désespérées à Morsbronn au sein de la 3e brigade général Michel, division de cavalerie du 1er corps d'armée.
  • 1916 : 9e cuirassiers à pied.
  • 1919 : 9e régiment de cuirassiers.
  • 1939 : Dissous. (1)
  • 1944 : 9e régiment de cuirassiers.
  • 1946 : Dissous.
    • (1)- Dissous pour former le 20e Groupe de Reconnaissance de Corps d'Armée et les 20e, 22e et 91e Groupes de Reconnaissance de Division d'Infanterie.

Les 22e et 91e G.R.D.I. ont été cités à l'ordre de l'Armée.

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

  • 7 décembre 1665 : Mestre de camp de Baleroy de Choisy
  • 1672 : Mestre de camp Charles de Champlaix, marquis de Coucelles.
  • 25 août 1674 : Mestre de camp Claude-Louis-Hector, marquis de Villars
  • 28 août 1688 : Mestre de camp Charles-Nicolas de Créqui, marquis de Blanchefort
  • 5 décembre 1696 : Mestre de camp le comte d'Auroy
  • 1 mai 1704 : Mester de camp Jacques de Chabannes, marquis de Curton
  • 23 mars 1707 : Mestre de camp François-Philippe, marquis d’Escorailles
  • décembre 1712 : Mestre de camp N. Le Tellier, marquis de Louvois
  • 1719 : Mestre de camp Louis-Antoine de Gontaut, duc de Biron
  • 13 octobre 1732 : Mestre de camp Anne-Louis-Henri de Thiard, marquis de Bissy
  • 11 mars 1736 : Mestre de camp Charles-François-Elzéar, marquis de Vogué
  • 20 juillet 1746 : Mestre de camp Jean-Baptiste Mahuet de Luppécourt-Drouville
  • 10 octobre 1755 : Mestre de camp Jean-Bretagne-Charles-Godefroi, duc de la Trémouille
  • 3 janvier 1770 : Mestre de camp Louis-Mathieu-Benoît, baron de Fumel
  • 10 mars 1788 : Mestre de camp, puis colonel Louis-Antoine-Paul, vicomte de Bourbob-Busset
  • 1792: Colonel Gabriel Badda de Bodsalva
  • 5 février 1792: Colonel Jean-Claude Loubat de Bohan, général de brigade : 20 mai 1793 ;
  • 29 octobre 1792 : Colonel Étienne-Marie-Antoine Champion de Nansouty
  • 1793: Chef de brigade Étienne-Marie-Antoine Champion de Nansouty, général de division : 24 mars 1803 ;
  • 3 septembre 1799 : Colonel Paultre de Lamotte, général de brigade : 6 août 1811
  • 4 septembre 1800 : Chef de brigade (colonel en 1803) Jean-Pierre Doumerc, général de division : 30 novembre 1811 ;
  • 31 décembre 1806 Pierre Louis François Paultre de Lamotte
  • 7 septembre 1811 : Colonel Michel François de Sistrières de Murat (**)
  • 3 septembre 1813 : Colonel Jean-Nicolas Habert
  • 9 septembre 1814 : Colonel François Bigarne
  • 1870 : colonel Waternau.
  • 20 août 1870 - 2 septembre 1871 : Colonel de Vouges de Chanteclair.
  • 1889 - 1894 colonel de Guizelin puis colonel Delannoy.

Historique des garnisons, combats et batailles du 9e Cuirassiers[modifier | modifier le code]

Campagnes de l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Campagnes de la Première Coalition (1792-1797)
Deuxième Coalition (1798-1800)
Troisième Coalition (1803-1806)
Quatrième Coalition (1806-1807)
Cinquième Coalition
Sixième Coalition (1812-1814)
Septième Coalition (1815)

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

la guerre franco-prussienne de 1870[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre franco-prussienne de 1870.

Le , lors de la Bataille de Frœschwiller il s'illustre par ses charges[1] désespérées au sein de la 3e brigade du général Michel, division de cavalerie du 1er corps d'armée, sur l'ennemi retranché dans le village de Morsbronn. Par son sacrifice il permet à la 4e Division d'infanterie du général Marie Hippolyte de Lartigue de battre en retraite en ordre.

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

  • Août 1916, bataille à la Somme

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

  • Bataille du Matz
  • Offensive Meuse-Argonne
  • " S'est porté à l'assaut avec un magnifique élan, a enlevé toute la première position ennemie, capturé un grand nombre de prisonniers, pris un matériel considérable." Général Humbert, 1917.
  • " Régiment de première valeur, modèle de tenacité et d'énergie." Général Gouraud, 1918.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1939[modifier | modifier le code]

Le Groupement de Cavalerie est destiné à former à la mobilisation des Groupes de Reconnaissance. Aussi, dès la déclaration de guerre, le 9e Régiment de Cuirassiers disparaît-il en tant que tel pour se répartir et donner naissance à quatre Groupes de Reconnaissance:

  • 20e Groupe de Reconnaissance de Corps d'Armée (20e GRCA),
  • 20e Groupe de Reconnaissance de Division d’Infanterie (20e GRDI)
  • 22e Groupe de Reconnaissance de Division d’Infanterie (22e GRDI)
  • 91e Groupe de Reconnaissance de Division d’Infanterie (91e GRDI)

1940[modifier | modifier le code]

1944[modifier | modifier le code]

1945[modifier | modifier le code]

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Étendard[modifier | modifier le code]

Règlement de 1804 

En 1804, il est accordé à chaque escadron une aigle et un étendard de « type Challiot »[3].

Règlement de 1812 
AUSTERLITZ
IÉNA EYLAU
FRIEDLAND ECKMÜHL
WAGRAM

En 1812, il est accordé au régiment un étendard avec les noms des batailles suivantes[3]
L'étendard fut perdu, le , à Vilna[3].

Étendard actuel

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[4] :

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes.

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

Devise et uniformes[modifier | modifier le code]

Hommages, honneurs, mentions[modifier | modifier le code]

  • Une plaque commémorative des régiments ayant tenu garnison au Quartier Ordener de Senlis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. appelée à tort bataille de Reichshoffen, village où ce régiment stationnait la veille
  2. Le Moulin de Laffaux: le nombre de tués au combat est de 146 morts(Mémorial du 9e Cuirassiers)
  3. a, b et c Pouvesle 2011, p. 9th Cuirassiers.
  4. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Général de brigade Philippe Peress 31, rue Hoche 49400 Saumur.
  • Musée des Blindés ou Association des Amis du Musée des Blindés 1043, route de Fontevraud, 49400 Saumur.
  • Récits et faits de guerre du 9e régiment de cuirassiers : 1914-1918, Poitiers, Société française d'imprimerie, , 66 p., disponible sur Gallica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :