Clément Schertzinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schertzinger.
Clément Schertzinger
Description de cette image, également commentée ci-après

Clément Schertzinger président de la FSCF (1992-2002)
et de la FICEP (2003-2009)

Naissance (80 ans)
Colmar
Nationalité Drapeau de France Français
Profession
Expert-comptable
Activité principale
Président de la FSCF
Autres activités
Secrétaire général puis président de la FICEP
délégué du Saint-Siège auprès du Conseil de l'Europe
membre du HCVA.
Distinctions
Legion Honneur Chevalier ribbon.svg chevalier
de la Légion d'honneur
Medaille de la Jeunesse et des Sports Or ribbon.svg médaille d’or
de la jeunesse et des sports
Order of St. Gregory the Great.png chevalier
de l'Ordre de Saint-Sylvestre.

Clément Schertzinger, né le à Colmar (Haut-Rhin), est un dirigeant sportif français. Il préside l'Avant-garde du Rhin de 1984 à 1996 avant d'accéder à la présidence de la Fédération sportive et culturelle de France de 1992 à 2002 puis de la Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive de 2003 à 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1951, Clément Schertzinger entre au cercle des sports et loisirs de Neuf-Brisach en Alsace[1]. Il y pratique l’athlétisme[2], le handball et la gymnastique avant d'en devenir animateur des sections de jeunes, puis président-directeur général en 1967. Cet engagement associatif l'amène aux fonctions d'adjoint au maire de Neuf-Brisach, commune inscrite au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Ses études d'expert-comptable et de commissaire aux comptes l'amènent à la direction d'un cabinet de quarante collaborateurs à Colmar.

L'Avant-garde du Rhin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Avant-garde du Rhin.

Il met ses compétences à la disposition de l'Avant-garde du Rhin (AGR)[N 1]comme membre du conseil d'administration puis trésorier en 1967. Il en est élu président en 1984 et le reste jusqu'en 1996[3].

La FSCF[modifier | modifier le code]

Il est élu au comité directeur de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF) en 1990, au poste de trésorier-adjoint et à la présidence en 1992[LJ 1],[4], héritant alors d'une situation encore perturbée, en dépit des actions de ses deux éphémères prédécesseurs[J2 1]. Sa diplomatie et sa compétence financière ayant contribué à ramener la sérénité, il fixe un nouveau cap[5].

Dès la première année de son mandat, deux activités nouvelles se voient reconnaître une commission spécifique : l’Éveil de l'enfant et la randonnée[J3 1] puis deux ans plus tard apparaissent les arts du spectacle et les arts plastiques[J3 2]. En 1995 la Cambronnaise de Saint-Sébastien-sur-Loire regroupe toutes les activités gymniques dans une seule compétition qui rassemble près de 9 000 participants et participantes[J3 3].

En 1998, il préside les festivités du 100e anniversaire de la FSCF : colloque international de l’UNESCO, colloque de Brest, opens de gymnastique féminine à Poissy et de gymnastique masculine à Bondoufle , master Miko à Bercy[J2 2]. Il quitte ses fonctions en 2002 au congrès de Strasbourg dans sa région natale[3].

La FICEP[modifier | modifier le code]

Clément Schertzinger est également présent sur la scène internationale à la Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive (FICEP), comme administrateur depuis 1998, secrétaire général en 1999[6],[7] cumulant les fonctions de trésorier après le retrait de Jacques Gautheron avant d'accéder à la présidence de 2003 à 2009[6] . Dans le cadre de ces fonctions il représente le Vatican auprès de l'UNESCO et de la commission pour le développement du sport du Conseil de l'Europe depuis 2005[8].

Autres engagements associatifs[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Marbach.

Son action ne se limite pas à la vie sportive fédérale. Au plan national et international, il est nommé par le Premier ministre, membre du Haut Conseil à la vie associative (HCVA) et, par le Saint-Siège, délégué pour le sport au Conseil de l’Europe.

Au plan régional, il est membre du Conseil d'Alsace unique (conseil économique et social d’Alsace), président du conseil d'administration du centre de ressources, d'expertise et de performance sportives (CREPS) de Strasbourg[J2 3].

Outre le CSL Neuf-Brisach[9] qu'il préside toujours[10] en suivant de près les résultats de ses athlètes dont Sébastien Spehler[11] il est aussi engagé comme dirigeant de mutuelles, administrateur de la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF), administrateur et président d’associations culturelles et de préservation du patrimoine en Alsace, en particulier celle de l'Abbaye de Marbach[12] où il reste très impliqué[13] ainsi qu'aux Dialogues transvosgiens.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Clément Schertzinger est chevalier de la Légion d'honneur ()[14] et titulaire de la médaille d’or de la jeunesse et des sports ().

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Il est également, à titre étranger, officier de l’Ordre de la Couronne du royaume de Belgique (), chevalier de l’Ordre national de Madagascar () et chevalier de l'Ordre de Saint-Sylvestre ()[LJ 2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ligue d’Alsace de la Fédération sportive et culturelle de France

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fédération sportive et culturelle de France, « Des visages et des hommes », Les Jeunes, no 2526,‎ , p. 32
  2. Fédération sportive et culturelle de France, « Le carnet », Les Jeunes, no 2541,‎ , p. 6
  • Autres références :
  1. Fédération sportive et culturelle de France, « Portrait », sur gallica.bnf.fr,‎ (consulté le 27 avril 2016)
  2. Neuf Brisach athlétisme
  3. a et b Plaque dans le hall du siège de la Fédération sportive et culturelle de France, sise au 22 rue Oberkampf, à Paris, consultée le 28 avril 2011.
  4. Fédération sportive et culturelle de France, « Une bonne formule », sur gallica.bnf.fr,‎ (consulté le 6 avril 2016)
  5. Christian Larue dans La Croix, « L'avenir de la FSCF : Clément Schertzinger », sur http://www.benchpresschampion.com,‎ (consulté le 15 avril 2016)
  6. a et b Laurence Munoz et Jan Tolleneer 2011, p. 323 et 337
  7. (en) Joanne Maher et Taylor & Francis Group, The Europa World Year Book 2003, vol. 1, Londres, New York, Taylor & Francis, Europa Publications, (réimpr. 2004, 2007, 2008) (1re éd. 1991), 2361 p., ouvrage en 2 volumes comprenant 4129 pages réparties comme suit : volume 1. International organizations, Afghanistan-Jordan ; volume 2. Kazakhstan-Zimbabwe (ISBN 1857432274 et 9781857432275, OCLC 227169555, présentation en ligne, lire en ligne), Education, « Other International Organizations », p. 346
    « International Catholic Federation for Physical and Sports Education ( Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive): [...] Catholic assens for physical education and sports of different countries and to develop the principal and precepts of Christian morality by fostering meetings, study and international co-operation; mems: 14 affiliated national federations representing about 3.5m. members. Pres. Dick Wijte (nl) (Netherlands); Sec.-Gen. Clément Schertzinger (France). »
  8. Eglise et Sport : Clément Schertzinger
  9. Le CSL dans ses nouveaux murs in Dernières Nouvelles d'Alsace du 7 septembre 2010
  10. Deux clubs au pays des étoiles in Dernières Nouvelles d'Alsace du 06 novembre 2013
  11. En récompense de bons résultats in Dernières Nouvelles d'Alsace du 9 février 2014
  12. Les jardins de Marbach in L'Alsace du 26 juin 2012
  13. Les bâtiments de l’abbaye de Marbach … in L'Alsace du 22 janvier 2012
  14. Fédération sportive et culturelle de France, « Un président d'honneur à l'honneur », sur gallica.bnf.fr,‎ (consulté le 27 avril 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Marie Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération Sportive et Culturelle de France (1948-1998), t. 2, Paris, FSCF(à compte d'auteur, imp. Déja-Glmc), (ISBN 978-2-952838-70-2, notice BnF no FRBNF41363915) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Marie Jouaret, La fédération des sections sportives des patronages catholiques de France (1898-1998), Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-55969-1, notice BnF no FRBNF42598758)
  • Laurence Munoz et Jan Tolleneer, L'Église, le sport et l'Europe : La Fédération internationale catholique d'éducation physique (FICEP) à l'épreuve du temps (1911-2011), Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces et Temps du sport », , 354 p. (ISBN 978-2-296-54931-9, notice BnF no FRBNF42427985) Document utilisé pour la rédaction de l’article