Pierre Puvis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Puvis
Description de l'image Pierre Puvis.JPG.
Contexte général
Sport exercé gymnastique artistique masculine
Période active 1966-2004
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (74 ans)
Paris, France
Club Loquidy (Nantes)
Entraîneur René Def

Pierre Puvis est un gymnaste et entraîneur français né le à Paris, fortement attaché à la ville de Nantes et à la Fédération sportive et culturelle de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Paris où ses parents se sont repliés pendant l'Occupation, avant de revenir rapidement à Nantes dont ils étaient originaires, il commence sa scolarité à l'école primaire Saint-Stanislas en 1949[N 1] avant de la poursuivre au lycée Saint-Joseph-du-Loquidy. Remarqué alors par René Def, il s'engage fortement dans la gymnastique[1].

Pierre Puvis est marié et père de 5 enfants qui pratiquent — ou ont pratiqué — la gymnastique à haut-niveau.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Professeur d'éducation physique en 1966, il est nommé au collège Victor-Hugo de Nantes où il est responsable de la section sport-études de gymnastique masculine de 1978 à 1988. Il prend sa retraite en 2004 au lycée Nicolas-Appert d'Orvault[2].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Équipe 2014 du Locquidy de Nantes.

De 1969 à 1975 il est gymnaste de haut niveau, ce qui lui vaut d'être retenu trois fois en équipe de France et sélectionné olympique[1]. Il a été également, de nombreuses fois, sélectionné et médaillé au titre de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF)[1] où, sous les couleurs du Locquidy, il est champion national des patronages en 1970 et 1975 [3].

Ses nombreuses sélections en équipe fédérale pour des rencontres bilatérales[4] et les championnats de la Fédération internationale catholique d’éducation physique et sportive (FICEP)[5] où il fait ses débuts en 1968[6], lui valent la responsabilité de capitaine qui lui revient eu égard à ses qualités d'encadrement. Il met fin à sa carrière sportive en 1989. Son fils Olivier lui succède au titre de champion de France FSCF en 2001, 2002 et 2004[3].

L'éducateur[modifier | modifier le code]

Dès son retour à Nantes en 1966, il seconde René Def au Locquidy avant de lui succéder. En 1978 il prend la responsabilité de la section sport-études de gymnastique masculine[1]. Le , lors des championnats de France de Nantes, son élève Jacques Def réalise à la barre fixe le Def, mouvement qui porte son nom depuis[7]. Outre son fils Olivier déjà cité, les frères Jacques et Pierre Def sont respectivement champions nationaux de la FSCF en 1979 et 1984[3].

Il s'investit également en gymnastique féminine auprès de l'Association sportive et culturelle Bonne Garde (ASCBG) de Nantes[8] qu'il amène au titre de championne de France par équipe de la FSCF en 1995 et 1999[9]. Parmi ses élèves, Claire Lebrun est championne nationale de gymnastique FSCF en 2004[9]. Des gymnastes masculins du Loquidy et des gymnastes féminines de l'ASCBG relevant de sa direction technique ont souvent été sélectionnés dans les équipes fédérales de la FSCF. Son départ à la retraite en 2004 ne change rien à son engagement auprès de ces deux clubs[1].

Disctinctions[modifier | modifier le code]

Medaille de la Jeunesse et des Sports Or ribbon.svg Pierre Puvis est titulaire de la médaille d'or de la jeunesse et des sports.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le collège-lycée Saint-Stanislas a accueilli des classes primaires jusqu'en 1969.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « La gymnastique a toujours été sa passion », sur ouest-france.fr, (consulté le 25 juin 2016)
  2. « Pierre Puvis est un retraité qui s'ignore », sur ouest-france.fr, (consulté le 25 juin 2016)
  3. a b et c Fédération sportive et culturelle de France, programme fédéral de gymnastique masculine 2014, annexe.
  4. Fédération sportive et culturelle de France, « Deux de nos gymnastes à Bréda (Pays-Bas) », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 12 mai 2016)
  5. Fédération sportive et culturelle de France, « Sur la lancée des Jeux, les championnats de la FICEP », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 12 mai 2016)
  6. Jean-Marie Jouaret, 1999, tome 1, p. 340
  7. Jean-Marie Jouaret, 1999, tome 1, p. 356
  8. « La Nantaise revient dans le Top 12 », sur ouest-france.fr, (consulté le 25 juin 2016)
  9. a et b Fédération sportive et culturelle de France, programme fédéral de gymnastique féminine 2014, annexe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]