Jean-Baptiste Brunon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brunon.

Jean-Baptiste Brunon
Biographie
Naissance
Marlhes (Loire)
Ordination sacerdotale
Décès (à 84 ans)
Marlhes (Loire)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par Mgr Garonne
Évêque de Tulle
Évêque auxiliaire de Toulouse
Évêque titulaire de Vagal
Autres fonctions
Fonction religieuse
Supérieur général de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice (Juillet 1966 - Juillet 1972)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Baptiste Brunon né à Marlhes (Loire) le et mort le dans la même commune est un prélat français, évêque de Tulle de 1970 à 1984.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Brunon est ordonné prêtre le , membre de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice.

Le il est nommé évêque titulaire de Vagal et évêque auxiliaire de Toulouse. Il reçoit l'ordination épiscopale le des mains de Mgr Garonne, archevêque de Toulouse.

Le il est élu Supérieur général de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, poste qu'il conserve jusqu'en [1].

Le il est nommé évêque de Tulle et le reste jusqu’au . Il est alors nommé évêque émérite de Tulle.

Mgr Brunon est père conciliaire pour la dernière session du concile Vatican II.

Dès 1976 il introduit la cause de béatification d'Edmond Michelet, ancien ministre, décédé le , pour son action à Brive en faveur des Juifs persécutés par les nazis et sa déportation à Dachau où son comportement est exemplaire.

Visitant le Brésil dans les années 1979-1980, Mgr Brunon est marqué par les expériences de vie communautaire.

De 1978 à 1985, il est évêque protecteur de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF) [2]. Dans le cadre de cette fonction, il présente en 1984 à Rome, pour l’assentiment pontifical, l'ouvrage définissant les orientations de cette fédération catholique[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 7 décembre 2016)
  2. Jean-Marie Jouaret, 1999, tome 1, p. 165
  3. Jean-Marie Jouaret, 1999, tome 1, p. 259

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Marie Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération sportive et culturelle de France (1948-1998), t. 1, Paris, FSCF (à compte d’auteur, imp. Déja-Glmc), (ISBN 2-9528387-0-4). .

Articles connexes[modifier | modifier le code]