La Flèche de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Flèche de Bordeaux
image illustrative de l’article La Flèche de Bordeaux

Sigle LFB
Sport(s) représenté(s) Multisports et culturelle
Création 1861
Siège 21 rue Ulysse Despaux
33800 Bordeaux
Affiliation FGSPF jusqu'en 1947,
FSF jusqu'en 1968,
FSCF depuis 1968.
Site internet http://www.flechedebordeaux.fr/

La Flèche de Bordeaux est un ancien patronage, créé en 1861, qui s'est particulièrement illustré dans le domaine de la gymnastique. Il a évolué au début des années 1980 en Maison de quartier pour devenir une importante association omnisports et culturelle.

Historique[modifier | modifier le code]

La flèche vue depuis les quais

La Flèche, créée dans la paroisse du quartier Saint-Michel en 1861, doit son nom au campanile de la basilique. Société de parrainage d'apprentis, avant de devenir une section de la Jeanne-d'Arc de Saint-Michel, elle semble être le plus ancien patronage paroissial de Bordeaux. La gymnastique et les sports s’inscrivent très tôt à son programme éducatif.

Les premiers pas[modifier | modifier le code]

Le nom actuel n’est adopté qu’en 1904. Affiliée à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF), elle fait partie de la délégation française aux concours de Rome en 1906[J3 1] et 1908[J3 2] où elle reçoit à chaque fois les félicitations du jury. Elle est 4 fois championne fédérale FGSPF en 1910, 1911, 1912 et 1913[J3 3] alors que Raphaël Diaz, 8e au classement général des jeux olympiques de Londres[J3 4], domine les compétitions individuelles à partir de 1912[J3 5].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sources : Programme fédéral[1]

Année Lieu Association Individuel
1910 Gentilly La Flèche (Bordeaux)
1911 Nancy La Flèche (Bordeaux)
1912 Gentilly La Flèche (Bordeaux) Raphaël Diaz (La Flèche)
1913 Gentilly La Flèche (Bordeaux) Raphaël Diaz (La Flèche)
1914 Gentilly Raphaël Diaz (La Flèche)

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Championne en 1922 à Bordeaux[J3 6], La Flèche confirme sa domination à Paris pour le 25e anniversaire de la FGSPF l'année suivante[J3 7] puis à Tours en 1924. Sept fois seconde par la suite elle retrouve la plus haute marche du podium en 1934, 1935 et 1938[J3 3]. Pendant cette période elle contribue largement au développement de l’Union régionale des patronages du Sud-Ouest à laquelle elle fournit ses plus grands champions (Dufauret, Pratviel, Canteau) et dirigeants (Pradairol).

affiche de concours
Concours de 1923, le triomphe de La Flèche

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sources : Programme fédéral[1]

Année Lieu Association Individuel
1922 Bordeaux La Flèche (Bordeaux) Paul Dufauret (La Flèche)
1923 Paris La Flèche (Bordeaux) Paul Dufauret (La Flèche)
1924 Tours La Flèche (Bordeaux) Paul Dufauret (La Flèche)
1930 Paris Paul Dufauret (La Flèche)
1932 Nice Georges Pratviel (La Flèche)
1934 Poitiers La Flèche (Bordeaux)
1935 Epinal La Flèche (Bordeaux)
1938 Blois La Flèche (Bordeaux)
1942 Paris Raoul Canteau (La Flèche)

Le redémarrage ... et la mutation[modifier | modifier le code]

La Flèche retrouve son titre une dernière fois en 1952 à Strasbourg alors que sa fédération est devenue depuis 1947 Fédération sportive de France (FSF). Pierre Lavignolle domine ensuite l'élite fédérale.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sources : Programme fédéral[1]

Année Lieu Association Individuel
1952 Strasbourg La Flèche (Bordeaux)
1954 Lille Pierre Lavignolle (La Flèche de Bordeaux)
1955 Saint-Etienne Pierre Lavignolle (La Flèche de Bordeaux)
1956 Metz Pierre Lavignolle (La Flèche de Bordeaux)
1957 Brest Pierre Lavignolle (La Flèche de Bordeaux)
1958 Paris Pierre Lavignolle (La Flèche de Bordeaux)


Au début des années 1980, la Flèche, comme la majorité des patronages bordelais, se transforme en maison de quartier à l’instigation et avec l’aide de la municipalité de Bordeaux.

Activités[modifier | modifier le code]

La Flèche offre ses activités sportives et culturelles dans trois quartiers de Bordeaux : Saint-Michel, Nansouty et Saint-Genès :

Références[modifier | modifier le code]

  • Autres références :
  1. a, b et c Fédération sportive et culturelle de France, programme fédéral de gymnastique masculine 2014, annexe.


Bibliographie[modifier | modifier le code]