Jean-Marie Léon Dufour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léon Dufour
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Saint-SeverVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean-Marie DufourVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
DufourVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Jean-Marie Dufour, dit Léon Dufour est un médecin et un naturaliste français, né le à Saint-Sever dans les Landes et mort le dans cette même ville[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

De 1799 à 1806, il étudie la médecine à Paris. À cette époque, il est l'ami de Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent et surveille pour lui l'impression de son Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique. L'auteur lui en est reconnaissant en affirmant dans son avis au lecteur que le zèle du jeune homme pour l'histoire naturelle « promet à cette science un de ses plus grands sujets[2] ».

Plus tard, Dufour participe en tant que médecin à la campagne d'Espagne de 1808 à 1814. La guerre terminée, il revient s'installer dans sa ville natale.

Il a publié, durant sa vie, 232 articles sur les arthropodes, dont une vingtaine consacrés aux araignées. Il faut notamment citer ses Recherches anatomiques sur les Carabiques et sur plusieurs autres Coléoptères (1824-1826, Paris).

L'un de ces travaux publié sur « les mœurs d'un hyménoptère chasseur de Buprestes » inspirera Jean-Henri Fabre[3]. Les deux hommes auront une petite correspondance[4].

Il est le premier à décrire la glande abdominale trouvée chez les femelles de presque tous les membres du sous-ordre Apocrita, cette glande porte son nom "glande de Dufour" [5]. Cette glande est utilisé pour secréter des substances chimiques qui varient selon les espèces (communication, composant pour la construction d'un nid, alimentation pour les larves etc).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Amigo, « Dufour (Jean-Marie, dit Léon) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 3 Sciences de la Vie et de la Terre, Perpignan, Publications de l'olivier, , 915 p. (ISBN 9782908866506)
  2. Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804.
  3. Souvenirs entomologiques Ire série, Chapitre 3
  4. Quatre lettres de Jean-Henri Fabre à Léon Dufour
  5. (en) Aniruddha Mitra, « Function of the Dufour’s gland in solitary and social Hymenoptera », Journal of Hymenoptera Research, vol. 35,‎ , p. 33–58 (ISSN 1314-2607, DOI 10.3897/jhr.35.4783, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Elèves[modifier | modifier le code]

L'entomologiste spécialiste des hyménoptères Jean Antoine Dours (1824-1874) fut un élève de Léon Dufour.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Amigo, « Dufour (Jean-Marie, dit Léon) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 3 Sciences de la Vie et de la Terre, Perpignan, Publications de l'olivier, , 915 p. (ISBN 9782908866506)
  • Chantal Boone, Léon Dufour (1780-1865) : savant naturaliste et médecin, Atlantica, Anglet, 2003, 336 p.
  • Pascal Duris et Elvire Diaz, La fabrique de l’entomologie. Léon Dufour (1780-1865), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2017 (2e édition, 1re édition en 1987), 334 p.
  • Jean-Marie-Léon Dufour, Souvenirs d'un savant français. A travers un siècle, 1780-1865, science et histoire, par Léon Dufour,... [Publié par ses fils, les Drs A.-Léon Dufour et Gve-Léon Dufour.], , 378 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Dufour est l’abréviation botanique standard de Jean-Marie Léon Dufour.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI