Grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle est un prix littéraire français unique regroupant les douze meilleurs romans de langue française publiés entre 1900 et 1950. Cette liste établie par un jury de douze personnes est publiée le par le journal Le Figaro et les romans y figurant sont réédités par André Sauret dans une collection spéciale la même année.

Historique[modifier | modifier le code]

Suggéré par Francis Carco qui en eut l'idée, ce prix est décidé à la fin des années 1940 pour célébrer les meilleurs romans parus dans la première partie du XXe siècle. Le jury est présidé par l'écrivain Colette et est composé de :

Les douze romans sont ensuite réédités par André Sauret à 3 000 exemplaires dans une collection spéciale de luxe, imprimés in-8 ° sur vélin par l'Imprimerie nationale sur papier d'Arches (ainsi que trois cents exemplaires sur grand vergé), illustrés pour chaque volume par un dessinateur de renom, et avec une préface de Francis Carco. Un volume supplémentaire de La Vagabonde (illustré par Marcel Vertès) de Colette est ajouté aux douze romans élus[1].

Avec le succès auprès du public de la collection regroupant les romans primés, un Grand prix des meilleurs romans du XIXe siècle sera créé en 1952[2] puis en 1957 une liste des douze meilleurs romans d'amour français du demi-siècle sera établie par Le Figaro[3].

Romans primés[modifier | modifier le code]

Une première liste de vingt-cinq romans est choisie par les membres du jury puis restreinte lors d'une ultime réunion tenue à l'hôtel Ritz à Paris le à douze romans recevant le grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle :

Auteur Titre Parution Illustrateur en 1950
Valery Larbaud.jpg
Valery Larbaud Fermina Márquez 1911 Paul Lemagny
Anatole France 1921.png
Anatole France Les dieux ont soif 1912 Kees van Dongen
Maurice Barrès 7.jpg
Maurice Barrès La Colline inspirée 1913 Albert Decaris
Marcel Proust 1895.jpg
Marcel Proust Un amour de Swann 1913 André Dunoyer de Segonzac
Georges Duhamel 1930.jpg
Georges Duhamel Confession de minuit 1920 Berthold Mahn
Jacques de Lacretelle.jpg
Jacques de Lacretelle Silbermann 1922 Valentine Hugo
André Gide 1920 redux.jpg
André Gide Les Faux-monnayeurs 1925 André Minaux
François Mauriac redux.jpg
François Mauriac Thérèse Desqueyroux 1927 Démétrios Galanis
André Malraux redux.jpg André Malraux La Condition humaine 1933 Pierre-Eugène Clairin
Georges-Bernanos.jpg
Georges Bernanos Journal d'un curé de campagne 1936 Maurice Mourlot
Sartre closeup.jpg
Jean-Paul Sartre La Nausée 1938 Édouard Goerg
Jules Romains-crop.jpg
Jules Romains La Douceur de la vie 1939 Edmond Heuzé

Un certain nombre de romans avaient été retenus dans la première sélection élargie à vingt-cinq œuvres. Parmi les plus notoires, Jean-Christophe de Romain Rolland et Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline[4] ont été écartés entre les deux tours[5]. Ce dernier, qui avait été retenu en 1951 par un jury de lecteurs de la revue Carrefour à la septième place des « douze écrivains vivants qui seront classiques en l'an 2000[6] », revient sur cet évènement dans son roman Féerie pour une autre fois paru en — et dont il a fini l'écriture à son retour en France en — en interpellant le lecteur pour que celui-ci achète ses livres et parlant de lui (à la troisième personne : « il est » soit Céline) :

« « Il est agonique mais marrant ! »... « C'est le marrant du Siècle » !... pas du demi !... faible le « demi-Siècle » !... c'est comme « demi-dieu »... c'est rien !...parlez pas de génie !... c'est plein les rues les génies !... ça me ferait du tort !... « Achetez-le ! » c'est tout... bref ! net ! ma gratitude vous est acquise[7]... »

— Louis Ferdinand Céline

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Revue des deux Mondes, nos 9-12, 1952, p. 221.
  2. Grand Prix des douze meilleurs Romans du XIXe siècle(OCLC 494325532).
  3. Joseph Bédier, Alain Corbellari, Librairie Droz, 1997, (ISBN 9782600002387), p. 283.
  4. Céline est alors depuis 1944 exilé au Danemark et condamné par contumace en France le à un an de prison ferme, l'indignité nationale et la confiscation de ses biens.
  5. Notes de la lettre 50-64 de Céline à Jean Paulhan dans Céline – Lettres, Bibliothèque de la Pléiade, 2009, (ISBN 978-2-07-011604-1), p. 1923.
  6. Féerie pour une autre fois tome IV Romans, Bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, 1993 (ISBN 978-2-07-011336-1), p. 1253.
  7. Ibid, p. 54.