Michel Déon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Déon et Michel.
Michel Déon
Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Déon en 2012.

Nom de naissance Édouard Michel
Naissance
Paris (France)
Décès (à 97 ans)
Galway (Irlande)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Hussards
Genres
Roman, essai, théâtre

Œuvres principales

Michel Déon, né Édouard Michel[1] à Paris le et mort le à Galway, est un écrivain, romancier, dramaturge et académicien français.

Il est généralement rattaché au mouvement des « Hussards » et à la littérature de droite. Il est l'auteur des Poneys sauvages, d'Un taxi mauve, ou du Jeune Homme vert.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son père est conseiller de Louis II, prince de Monaco[2]. Après une enfance passée entre le 16e arrondissement de Paris et Monaco (puis Nice), Michel Déon est élève au lycée Janson-de-Sailly, puis part à la faculté de droit[2].

Engagé volontaire de 1940 à 1942 (152e Régiment d'infanterie) et démobilisé à Lyon en novembre 1942, il devient en zone sud secrétaire de rédaction à L'Action française auprès de Charles Maurras. Dans le même temps, il collabore à Marie Claire[3].

Après la guerre, il commence une vie de voyages qu'il n'arrêtera plus et qui nourrira constamment son œuvre romanesque. D'une manière plus ou moins prolongée, il séjourne notamment en Suisse, en Italie, aux États-Unis, qu'il parcourt en train et en bus Greyhound grâce à une bourse de la fondation Rockefeller, au Canada, au Portugal et en Grèce (à partir de 1959), d'abord à Skyros, puis à Spetsai. Mais c'est encore en Irlande, pays dont il se sent proche culturellement, qu'il séjourne le plus longtemps en famille, avec Chantal, son épouse, et ses enfants Alice et Alexandre. Ses voyages et séjours en Irlande furent de grandes inspirations pour ses romans.

Parallèlement à la composition de ses livres, Michel Déon poursuit une carrière d'éditeur pour la maison Plon et de critique aux Nouvelles Littéraires ou au Journal du dimanche. Lié aussi à la revue et aux éditions de La Table Ronde, il est associé aux Hussards, bien qu'il ait lui-même contesté l'existence de ce mouvement.

Après la liberté de ton de La Corrida ou de La Carotte et le Bâton, Michel Déon donne une nouvelle orientation à son œuvre en recourant au genre plus classique mais aussi plus ambitieux de la fresque contemporaine (Les Poneys sauvages) ou du roman de formation (Le Jeune Homme vert).

Vivant entre la Grèce et l'Irlande, il est élu le à l'Académie française en même temps qu'Edgar Faure. Il y est reçu le par Félicien Marceau et fait l'éloge de son prédécesseur au 8e fauteuil, Jean Rostand. Sa carrière d’académicien permet de révéler au grand jour Vincent Delecroix (Tombeau d’Achille) et Jean Rolin (Chrétiens). Il est au moment de sa mort vice-doyen d'âge et vice-doyen d'élection de l'Académie. Il est aussi commandeur de la Légion d’honneur.

En , l'Université française lui rend hommage : un colloque est organisé à la Sorbonne sur son œuvre à l'initiative d'Alain Lanavère et Thierry Laurent.

En 2010, Michel Déon est membre du jury du prix Françoise-Sagan.

Lors du 23e anniversaire de Radio Courtoisie, le 7 novembre 2010, le prix Jean-Ferré lui a été décerné.

Il meurt d'une embolie pulmonaire à Galway en Irlande[4], sa terre d'inspiration, le à l'âge de 97 ans[5],[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Auteur de nombreux ouvrages illustrés (notamment par Jean Cortot, Olivier Debré, George Ball) sa bibliographie comporte plus de 40 volumes (ses œuvres majeures ont été réunies en un seul volume paru dans la collection « Quarto » chez Gallimard en 2006).

  • Adieux à Sheila, roman, Robert Laffont, 1944
  • Amours perdues, roman, Bordas, 1946
  • Je ne veux jamais l’oublier, roman, Plon, 1950
  • La Corrida, roman, Plon, 1952
  • Le Dieu pâle, roman, Plon, 1954 (Prix des Sept)
  • Tout l'amour du monde, I, récits, Plon, 1955
  • « Michel Férou » (pseudonyme), Plaisirs, roman, Éditions de Paris, 1955
  • Lettre à un jeune Rastignac, libelle, Fasquelle, 1956
  • Les Trompeuses Espérances, roman, Plon, 1956
  • Les Gens de la nuit, roman, Plon, 1958
  • L'Armée d'Algérie et la pacification, Plon, 1959
  • La Carotte et le Bâton, roman, Plon, 1960
  • Tout l'amour du monde, II, récits, Plon, 1960
  • Le Balcon de Spetsai, récits, Gallimard, 1961 (Prix Kauffmann)
  • Louis XIV par lui-même, Librairie Académique Perrin, 1964
  • Le Rendez-vous de Patmos, récits, Plon, 1965
  • Mégalonose, La Table Ronde, 1967
  • Un parfum de Jasmin, nouvelles, Gallimard, 1967
  • Les Poneys sauvages, roman, Gallimard, 1970 (prix Interallié)
  • Un taxi mauve, roman, Gallimard, 1973 (grand prix du roman de l'Académie française)
  • Le Jeune Homme vert, roman, Gallimard, 1975
  • Thomas et l'infini, conte, Gallimard, 1975 pour la jeunesse
  • Les Vingt Ans du jeune homme vert, roman, Gallimard, 1977
  • Mes arches de Noé, récits, La Table Ronde, 1978
  • Un déjeuner de soleil, roman, Gallimard, 1981
  • Je vous écris d'Italie, roman, Gallimard, 1984
  • Bagages pour Vancouver, récits, La Table Ronde, 1985
  • Ma vie n'est plus un roman, théâtre, Gallimard, 1987
  • La Montée du soir, roman, Gallimard, 1987
  • Un souvenir, roman, Gallimard, 1990
  • Le Prix de l'amour, nouvelles, Gallimard, 1992
  • Ariane ou l'oubli, théâtre, Gallimard, 1993
  • Parlons-en..., conversations avec Alice Déon, Gallimard, 1993
  • Pages grecques, récits, Gallimard, 1993 (Le Balcon de Spetsai, Le Rendez-vous de Patmos, Spetsai revisité)
  • Je me suis beaucoup promené, miscellanées, La Table Ronde, 1995
  • Une longue amitié, lettres échangées avec André Fraigneau, La Table Ronde, 1995
  • Le Flâneur de Londres, Robert Laffont, 1995
  • Orphée aimait-il Eurydice?, Séguier, 1996
  • La Cour des grands, roman, Gallimard, 1996
  • L'Enfant et la sorcière, roman pour la jeunesse, Gallimard, 1998
  • Madame Rose, roman, Albin Michel, 1998
  • Pages françaises, récits, Gallimard, 1999 (Mes arches de Noë, Bagages pour Vancouver, Post-scriptum)
  • Taisez-vous, j'entends venir un ange, sotie, Gallimard, 2001
  • Mentir est tout un art, nouvelle, Éditions du Rocher, 2002
  • Le poète, Éditions Sigalla, 2003
  • Sarah, Éditions Sigalla, 2003
  • Larbaud, heureux Larbaud, Éditions Sigalla, 2003
  • La Chambre de ton père, souvenirs, Gallimard, 2004
  • Guerres et roman, dialogues avec Lakis Proguidis, Flammarion, 2005
  • Cavalier, passe ton chemin !, récits, Gallimard, 2005
  • Œuvres, Gallimard, coll. « Quarto », 2006 (Thomas et l'infini, La Chambre de ton père, Les Trompeuses Espérances, Les Poneys sauvages, Un taxi mauve, Un déjeuner de soleil, La Montée du soir, Cavalier, Passe ton chemin !...)
  • Lettres de château, Gallimard, 2009 (Prix Coup de Cœur de l'Essai du Point, 2009)
  • Cahier Déon, L'Herne, 2009. Cahier de L'Herne qui contient de nombreux inédits, témoignages et études sur son œuvre (contribution d'écrivains, universitaires, et amis dont Fernando Arrabal, Nicolas Briançon, Philippe Le Guillou, Frédéric Vitoux, Milan Kundera, Emmanuel Carrère, Yasmina Reza, Jean d'Ormesson, Xavier Darcos).
  • Journal 1948-1983, L'Herne, 2009
  • De Marceau à Déon, De Michel à Félicien, Lettres 1955-2005, correspondance avec Félicien Marceau, 2011
  • Partir ! ..., Nicolas Chaudun, 2012
  • A la légère, nouvelles, Finitude, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a tout d'abord adopté Michel Déon comme nom de plume avant d'en faire son patronyme légal (autorisation accordée par le Conseil d'État le 19 octobre 1965).
  2. a et b Pierre Joannon, [1], sur universalis.fr
  3. « Michel Déon », sur whoswho.fr.
  4. (en) « French writer Michel Déon dies in Galway, aged 97 », The Irish Times,‎ (lire en ligne)
  5. « L’écrivain et académicien Michel Déon est mort », sur lemonde.fr, 28 décembre 2016
  6. « Mort de l'écrivain et académicien Michel Déon », sur Le Figaro.fr, 28 décembre 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pol Vandromme, « Le Prince du bonheur », dans La Droite buissonnière, Paris, Les Sept Couleurs, 1960 ; « Michel Déon », dans Littérature de notre temps, Paris, Casterman, 1970.
  • André Thérive, « Michel Déon », dans Livres de France, Paris, 1962.
  • Kléber Haedens, Une histoire de la littérature française, Paris, Grasset, 1970.
  • Dossier Michel Déon : textes et témoignages de Pierre de Boisdeffre, André Fraigneau, Roland Laudenbach, Éric Lestrient, Jacques Perret, Philippe Sénart, Paul Sérant, Pol Vandromme et Michel Déon lui-même. Matulu no 27, juillet août 1973.
  • Pol Vandromme, Michel Déon : le nomade sédentaire, Paris, La Table Ronde, 1990.
  • Marie-Hélène Ferrandini et Pierre Brunel (dir.), L'Univers romanesque de Michel Déon (thèse de doctorat en littérature française), Paris, université Paris-IV, , 383 p. (SUDOC 01302034X).
  • Éric Neuhoff, Michel Déon, Monaco, Le Rocher, coll. « Domaine français », , 97 p. (ISBN 2-268-01560-2, notice BnF no FRBNF36153648).
  • Thierry Laurent, Michel Déon : écrivain engagé ou désengagé ? Postface de Michel Déon. Paris, Éditions de la Société des écrivains, 1999.
  • Thierry Laurent, Alain Lanavère et Jean-Pierre Poussou (dir.), Michel Déon aujourd'hui, Presses de l'université Paris-Sorbonne, 2005.
  • Déon, Cahiers de l'Herne, 2009.
  • Michel Mourlet, Écrivains de France XXe siècle, réédition augmentée : « Le Calender Michel Déon », Paris, France Univers, 2011.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]