Homo gautengensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Homo gautengensis est une espèce éteinte du genre Homo, qui aurait vécu en Afrique australe entre 2 et 0,8 millions d'années avant le présent. Elle a été décrite par le paléoanthropologue Darren Curnoe en 2010, à partir de restes fossiles trouvés en Afrique du Sud, préalablement attribués aux espèces Homo habilis, Homo ergaster, et dans certaines études à Australopithecus africanus. La validité de l'espèce ne fait pas l'unanimité parmi les chercheurs[1].

Lac souterrain à Sterkfontein (Afrique du Sud)

Historique[modifier | modifier le code]

Le paléoanthropologue australien Darren Curnoe a décrit l'espèce Homo gautengensis en 2010, en prenant pour holotype un crâne partiel trouvé en 1976 dans la grotte de Sterkfontein, dans le Gauteng, près de Johannesbourg (Afrique du Sud), répertorié sous le code StW 53.

Les premiers fossiles attribués a posteriori à l'espèce furent découverts entre 1936 et 1952 par Robert Broom et John Robinson, et le fossile le plus complet (StW 53), trouvé en 1976 par A. R. Hughes, avait au départ été attribué à Homo habilis, et par certains auteurs à Australopithecus africanus[2]. La plupart des études l'ont cependant attribué au genre Homo, et plusieurs auteurs ont suggéré avant 2010 qu'il représentait une nouvelle espèce. Les fossiles d'Homo gautengensis seraient donc les premiers fossiles anciens du genre Homo trouvés en Afrique, avant ceux d'Homo habilis (1960)[3].

Chronologie[modifier | modifier le code]

La description d'Homo gautengensis est basée sur quelques crânes partiels, plusieurs mandibules, des dents isolées et autres ossements fossiles trouvés sur différents sites du Gauteng. Les différentes couches géologiques dans lesquelles les fossiles ont été découverts sont âgées de 2 Ma à 0,8 Ma environ[3],[4].

Les spécimens les plus anciens sont ceux de Swartkrans-membre 1 (Hanging Remnant), datés entre 1,9 et 1,8 Ma[4]. Le fossile StW 53 de Sterkfontein est daté entre 1,8 et 1,5 Ma[5]. Un spécimen de Gondolin est daté d'environ 1,8 Ma[6],[7]. D'autres fossiles de Sterkfontein-membre 5 sont datés entre 1,4 et 1,1 Ma, et les fossiles les plus récents de Swartkrans-membre 3 entre 1 et 0,6 Ma[8].

Description[modifier | modifier le code]

Selon la description de Darren Curnoe, Homo gautengensis aurait eu une taille de 0,9 à 1 m et un poids d'environ 50 kg. Il avait un petit cerveau et de grandes dents adaptées à la mastication de plantes coriaces, et était probablement plus végétarien qu'Homo ergaster et même qu'Homo habilis[9]. Il était bipède au sol, mais avait probablement encore des capacités arboricoles conséquentes, pour pouvoir se nourrir, dormir, et échapper aux prédateurs.

Homo gautengensis fabriquait apparemment des outils lithiques et savait peut-être utiliser le feu, car on a trouvé des ossements d'animaux brulés en association avec les fossiles humains.

Analyse[modifier | modifier le code]

La découverte d'Homo naledi en 2013 (publiée en 2015 et datée en 2017) a confirmé qu'il pouvait exister des espèces humaines plus archaïques qu'Homo habilis à une époque plus tardive. Il reste encore un travail considérable de réinterprétation à faire sur des fossiles découverts depuis plusieurs décennies en Afrique du Sud et en Afrique de l'Est, à l'aide des méthodes d'analyse modernes aujourd'hui disponibles[9].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Homo gautengensis » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Lee R. Berger, « Australopithecus sediba and the earliest origins of the genus Homo », Journal of Anthropological Sciences, vol. 90,‎ , p. 1-16 (DOI 10.4436/jass.90009).
  2. Reappraisal of the taxonomic status of the cranium StW 53 from the Plio/Pleistocene of Sterkfontein, in South Africa, lire en ligne
  3. a et b (en) Darren Curnoe, « A review of early Homo in southern Africa focusing on cranial, mandibular and dental remains, with the description of a new species (Homo gautengensis sp. nov.) », HOMO - Journal of Comparative Human Biology, vol. 61,‎ , p. 151-177 (DOI 10.1016/j.jchb.2010.04.002).
  4. a et b (en) Robyn Pickering, Jan D. Kramers, Philip John Hancox, Darryl J. de Ruiter et Jon D. Woodhead, « Contemporary flowstone development links early hominin bearing cave deposits in South Africa », Earth and Planetary Science Letters, vol. 306, nos 1-2,‎ , p. 23-32 (DOI 10.1016/j.epsl.2011.03.019)
  5. Herries & Shaw. 2011, Palaeomagnetic analysis of the Sterkfontein palaeocave deposits : Implications for the age of the hominin fossils and stone tool industries, Journal of Human Evolution, 60 (5), pp. 523-539
  6. Adams et al., 2007, Taphonomy of a South African cave : geological and hydrological influences on the GD 1 fossil assemblage at Gondolin, a Plio-Pleistocene paleocave system in the Northwest Province, South Africa, Quaternary Science Reviews, 26 (19-21), pp. 2526-2543
  7. Herries et al., 2006, Speleology and magnetobiostratigraphic chronology of the GD 2 locality of the Gondolin hominin-bearing paleocave deposits, North West Province, South Africa, Journal of Human Evolution, 51 (6), pp. 617-631
  8. Herries et al., 2009, A multi-disciplinary seriation of early Homo and Paranthropus bearing palaeocaves in southern Africa, Quaternary International, 202 (1-2), pp. 14-28
  9. a et b Get Ready for More Proto-Humans, lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]