Homo georgicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Homo georgicus (« Homme de Géorgie » en latin), ou Homme de Dmanissi, est une espèce éteinte du genre Homo, décrite en 2002 à partir de fossiles découverts à Dmanissi, en Géorgie (Caucase). Ces fossiles sont datés de 1,8 million d'années et appartiennent donc aux premiers représentants du genre Homo attestés à ce jour hors d'Afrique. La position phylogénétique de ces fossiles fait encore l'objet de débats, leur grande diversité morphologique[1] ayant suscité parmi les chercheurs une certaine perplexité sur la variabilité interne de cette nouvelle espèce et sur la validité des différents taxons humains actuellement admis.

Découverte[modifier | modifier le code]

David Lordkipanidze (au centre) sur le site archéologique de Dmanissi

Le site préhistorique de Dmanissi a été découvert en 1991 sous le village médiéval du même nom, situé à une altitude de 1 171 m. Il repose sur une coulée basaltique datée d’1,8 million d'années.

Fouillé par une équipe internationale comprenant le scientifique géorgien David Lordkipanidze avec le soutien de l'Académie des sciences de Géorgie en coopération avec le Musée central romain-germanique, le site a livré une industrie lithique archaïque de mode 1 (de type Oldowayen) et une faune très ancienne, dite villafranchienne.

Une première mandibule humaine fut découverte en 1991, suivie par cinq crânes de 1999 à 2005.

Principaux fossiles[modifier | modifier le code]

Crâne Dmanissi 2, D2282
Crâne Dmanissi 2, D2282
Crâne Dmanissi 3, D2700
Crâne Dmanissi 4, D3444

Le site a livré plus d'une trentaine de fossiles humains, parmi lesquels cinq crânes bien conservés :

  • Calotte crânienne Dmanissi 1 (D2280, 1999) :

Ce crâne appartiendrait à un homme d'une vingtaine d'années.

Ce crâne serait celui d'une jeune femme.
Ces deux premiers crânes sont les plus volumineux de la série, avec une taille estimée à 730 cm3.

La mandibule a été découverte à moins d'un mètre du crâne. Celui-ci a un volume cérébral de 600 à 680 cm³.

Le crâne 4 et sa mandibule ont été découverts durant les fouilles de 2002-2003. La capacité endocrânienne est comprise entre 625 et 650 cm3.
Ce spécimen avait perdu plusieurs de ses dents depuis un certain nombre d'années, et sa survie a probablement été rendue possible par l'entraide au sein de son groupe.

Ces deux fossiles associés forment le premier crâne adulte complet du début du Pléistocène.
Les superstructures crâniennes de Dmanissi 5 sont massives et proéminentes, ce qui permet de supposer qu’il s'agissait d'un mâle. La face est particulièrement grande par rapport à d'autres spécimens de la même période. La taille de l'individu a été estimée entre 1,46 et 1,66 m, et son poids entre 47 et 50 kg.
Le volume endocrânien de Dmanissi 5 est particulièrement réduit (546 cm3), soit un volume à peine supérieur à celui des Australopithèques. Pourtant, ce fossile présente une face allongée et prognathe, qui le rapproche d’Homo erectus. Il a aussi de grandes dents, semblables à celles d’Homo rudolfensis[1]..

Description[modifier | modifier le code]

Le volume endocrânien des cinq fossiles trouvés à Dmanissi varie de 546 à 730 cm3 [1], ce qui correspond plus ou moins à la variabilité trouvée chez Homo habilis (de 550 à 700 cm3 environ).

David Lordkipanidze souligne la bipédie complète d'Homo georgicus : « Ses membres inférieurs et ses vertèbres étaient tout à fait adaptés à la marche mais aussi à la course. Et son pied possédait déjà une voûte plantaire bien développée. »

Homo georgicus présente donc des caractères intermédiaires entre Homo habilis et Homo ergaster.

La taille des sujets masculins est estimée à 1,50 m.
Un dimorphisme sexuel marqué, avec des mâles nettement plus grands que les femelles, traduirait un caractère primitif. Un tel dimorphisme est moins marqué chez les humains plus récents d'Europe, c'est-à-dire Homo heidelbergensis et Homo neanderthalensis.

Analyses[modifier | modifier le code]

Les deux crânes découverts en 1999 furent initialement considérés comme proches d'Homo ergaster[3]. Le crâne de 2001 était moins volumineux et présentait certains points communs avec Homo habilis. Toutefois les différents fossiles étaient trop proches pour relever d'espèces distinctes (Vekua et al. 2002) et ils furent tous rapportés à Homo georgicus, dont D2600 est le spécimen type (Gabunia et al. 2002).

Des chercheurs soutiennent l'appartenance des fossiles à Homo habilis. En effet, ils ont effectué la comparaison entre le crâne d'un juvénile presque adulte, D2700, découvert en 2001, et celui de KNM-ER 1813, un Homo habilis adulte découvert au Kenya. Les conclusions ont montré des ressemblances au niveau de la face. Cependant, la face étant probablement la dernière partie qui se met en place chez un individu, cette hypothèse est contestée. Ainsi, pour Fred Spoor, ces fossiles sont simplement des Homo erectus car le neurocrâne de D2700 ressemble fortement à celui d'Homo erectus malgré une taille plus petite[4].

L'un des découvreurs, David Lordkipanidze, ne tranchait pas, en 2008, entre les différentes attributions possibles, considérant d'une part qu'il y a des ressemblances marquées avec les Homo ergaster / erectus et les Homo habilis, mais d'autre part que les fossiles montrent aussi des mélanges de traits qui leur sont propres[5].

Galet taillé à enlèvements unifaciaux du gisement de Dmanissi - 1,85 million d'années
Galet aménagé du gisement de Dmanisi comparé à un biface acheuléen

Pour l'équipe de chercheurs de 2013, l'échantillon de Dmanissi fournit une preuve directe de la grande variabilité morphologique existant à l'intérieur des premières populations d’Homo, aussi bien qu'entre elles. De la comparaison des crânes de Dmanissi et des fossiles de la même période découverts en Afrique et en Asie, ils tirent la conclusion que plusieurs appellations taxonomiques existantes au sein du genre Homo seraient à regrouper.

Bernard Wood, s'il pense probable l'appartenance des différents crânes de Dmanissi à une même espèce, se déclare sceptique devant l'extrapolation de ce résultat à l'ensemble des populations d’Homo de la période : il souligne que les classifications établies ne reposent pas seulement sur la morphologie crânienne et que d'autres critères (par exemple, la longueur des bras) justifient les distinctions taxonomiques actuelles[6]. De même, Fred Spoor considère que l'usage fait de l'analyse morphologique est inadéquat pour la distinction des différentes espèces[7].

Culture[modifier | modifier le code]

Les fossiles d’Homo georgicus ont été découverts en association avec des ossements d'animaux, des outils de pierre et des outils de percussion qui permettaient à cette espèce de chasser, de tuer des animaux et de les préparer. Ceci établit selon ses découvreurs le statut de chasseur d’Homo georgicus, et non de charognard ou de simple cueilleur et consommateur d'aliments végétaux peu coriaces. L’Homme de Dmanissi consommait de la viande, et selon David Lordkipanidze, ce fait peut expliquer la survie de cette espèce et d'autres espèces du genre Homo habitant sous des hautes latitudes, surtout en hiver.

« Les outils trouvés à Dmanissi, au nombre d'environ 5 000 [en 2008], sont de simples éclats et des « choppers », galets dont une seule face a été aménagée pour former un tranchant. […] Ces outils sont identiques à ceux que l'on trouve dans la tradition culturelle oldowayenne, développée par les hominines africains près d'un million d'années auparavant »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) David Lordkipanidze, Marcia S. Ponce de Lean, Ann Margvelashvili, Yoel Rak, G. Philip Rightmire, Abesalom Vekua, Christoph P. E. Zollikofer, « A Complete Skull from Dmanisi, Georgia, and the Evolutionary Biology of Early Homo », Science, vol. 342, no 6156,‎ , p. 326–331 (DOI 10.1126/science.1238484)
  2. (en) David Lordkipanidze, Abesalom Vekua, Reid Ferring, G. Philip Rightmire, Christoph P.E. Zollikofer, Marcia S. Ponce de León, Jordi Agusti, Gocha Kiladze, Alexander Mouskhelishvili, Medea Nioradze et Martha Tappen, « A Fourth Hominin Skull From Dmanisi, Georgia », The Anatomical Record, Part A : Discoveries in Molecular, Cellular, and Evolutionary Biology, vol. 288,‎ , p. 1146–57 (PMID 17031841, DOI 10.1002/ar.a.20379)
  3. Gabunia L., Vekua A., Lordkipanidze, D., Swisher C. C., III, Ferring R., Justus A., Nioradze M. et al. (2000) : « Earliest Pleistocene hominid cranial remains from Dmanisi, Republic of Georgia : taxonomy, geological setting, and age », Science, 288 : 1019-25
  4. « Homo erectus africains et asiatiques », entretien avec Fred Spoor, La Recherche, mai 2008.
  5. a et b Lordkipanidze D., « Étonnants primitifs de Dmanisi », La Recherche, mai 2008, n° 419, p. 28-32
  6. Erwan Lecomte, « Le crâne préhistorique qui bouleverse l'évolution humaine », Sciences et Avenir, (consulté le 20 octobre 2013)
  7. (en) Brian Switek, « Beautiful Skull Spurs Debate on Human History », National Geographic, (consulté le 20 octobre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabunia L., Vekua A., Lordkipanidze, D., Swisher C. C., III, Ferring R., Justus A., Nioradze M. et al. (2000) : « Earliest Pleistocene hominid cranial remains from Dmanisi, Republic of Georgia: taxonomy, geological setting, and age », Science, 288 : 1019-25.
  • Gabunia L., de Lumley M.-A., Vekua A., Lordkipanidze D., et de Lumley H., 2002 : « Découverte d'un nouvel hominidé à Dmanissi (Transcaucasie, Géorgie) », article publié dans Comptes Rendus Palevol, volume 1, numéro 4, septembre 2002, pages 243-253.
  • Vekua A., Lordkipanidze D., Rightmire G. P., Agusti J., Ferring R., Maisuradze G. et al., 2002 : « A new skull of early Homo from Dmanisi, Georgia », Science, 297 : 85-9.
  • Lordkipanidze D., « Étonnants primitifs de Dmanissi », La Recherche, mai 2008, no 419, p. 28-32.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens vers les articles Wikipedia des 5 spécimens de Dmanissi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]