Aroeira 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir grotte d'Aroeira.

Aroeira 3
Image illustrative de l’article Aroeira 3
Après capture du crâne par tomodensitométrie, la partie droite, en clair ici, a été dupliquée pour imaginer la partie gauche manquante (dessin)[1].
Coordonnées 39° 30′ 20″ nord, 8° 36′ 57″ ouest
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Région Centre
Localité voisine Torres Novas
Daté de 400 000 ans[1]
Période géologique Quaternaire
Époque géologique Pléistocène moyen
Découvert le 2014[1]
Nom commun Aroeira 3
Particularités Prénéandertalien
Culture de mode 2
Maitrise du feu
Âge adulte

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Aroeira 3

Aroeira 3 est un crâne prénéandertalien fragmentaire d'environ 400 000 ans, découvert en 2014 dans la grotte d'Aroeira à Torres Novas au Portugal. Sa morphologie ne correspond à aucune autre forme de référence mais montre cependant quelques traits néandertaliens. Il rejoint d'autres crânes contemporains aux caractéristiques propres comme ceux de Tautavel, de la Sima de los Huesos, de Ceprano, et confirme la diversité des groupes humains en Europe au Pléistocène moyen, au détriment d'un scénario d'évolution linéaire depuis Homo heidelbergensis. Il était accompagné d'outils de pierre de mode 2 et d'os d'animaux calcinés, suggérant une maitrise du feu[1].

Découverte[modifier | modifier le code]

Le crâne était inclus dans un bloc calcaire. La taphonomie montre qu'il a été brisé de façon oblique dans le plan sagittal, avec la marge osseuse préservée en diagonale de l'arche supraorbitaire antérieure gauche, en passant à proximité du bregma, et continue en arrière vers l'astérion droit. Une portion circulaire de la région fronto-pariétale était présente à l'origine mais fut détruite dans le processus d'extraction par un marteau de démolition lourd dont l'utilisation était due à l'extrême solidité des sédiments. Les fragments furent collectés, et un bloc entier a été découpé pour poursuivre l'extraction du crâne en laboratoire. Un permis d'export a été reçu de l'autorité pour l'Héritage du Portugal : le bloc a été envoyé au Laboratoire de Conservation et Restauration du Centre de Recherche de l'Université complutense de Madrid et de l'Institut du Salut Carlos III sur l'Évolution et le Comportement Humains à Madrid. Il a fallu deux ans pour achever l'extraction, et l'analyse complète a pu être publiée en mars 2017.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Forme[modifier | modifier le code]

Une caractéristique propre aux néandertaliens est la forme générale du crâne. Après capture du spécimen par tomodensitométrie, on peut copier en miroir la partie droite bien préservée de Aroeira 3 pour simuler le côté gauche et apprécier la forme d'ensemble. De cette façon on constate l'orientation verticale des pariétaux, très différente du type ancestral d'Homo ergaster où ils convergent fortement vers le haut. En vue postérieure, cette orientation verticale donne un aspect plutôt circulaire au crâne, opposé à l'aspect pentagonal marqué chez Homo ergaster.

Volume[modifier | modifier le code]

La Sima de los Huesos contient de nombreux crânes contemporains et merveilleusement conservés, dont les dimensions peuvent être comparées pour imaginer le volume encéphalique de Aroeira 3, malgré la seule présence de son côté droit. Ainsi ses diamètres transverses semblent au plus proche du crâne 5 de 1 090 cm3, mais davantage encore du crâne 4 (1 390 cm3) pour toutes les autres mesures. L'estimation conclut à un volume d'environ 1 100 cm3.

Torus supra-orbitaire[modifier | modifier le code]

Une des caractéristiques principales des européens du Pléistocène moyen est l'aspect du torus supraorbitaire. À Steinheim, Petralona, Bilzingsleben et dans la Sima de los Huesos, les arches supraorbitaires sont plus ou moins fusionnées. C'est aussi le cas, plus tôt dans le Pléistocène, pour le spécimen ATD6-15 d'Homo antecessor de la Gran Dolina. Cependant chez Arago 21 et l'Homme de Ceprano, ce caractère se rapproche davantage de spécimens africains comme ceux de Kabwe et Bodo, où les arches sont séparées, plus plates et moins incurvées. Bien que la morphologie précise des arches soit difficile à reconstituer pour Aroeira 3, elles semblent fusionnées autour d'une glabelle gonflée. Le côté droit préservé montre un arrondi, se rapprochant du spécimen de Bilzingsleben B1 plus que des autres. Malgré l'abrasion, on constate plus généralement que le torus est épais en comparaison du reste des individus du Pléistocène, assez proche de Bodo et Ceprano, mais moins épais que B1. Le pilier interorbital est large.

Autres spécificités morphologiques[modifier | modifier le code]

Un torus angulaire est présent dans l'angle mastoïdien de l'os pariétal. Ce caractère est seulement présent chez les plus robustes européens du Pléistocène moyen, comme Ceprano, Arago 47, et le crâne 4 de la Sima de los Huesos (SH).

L'os temporal est presque complet et conserve plusieurs traits importants pour l'analyse. Il révèle une plus grande proximité avec la Sima de los Huesos qu'avec Homo erectus. Mais l'éminence articulaire est relevée, contrairement à Sima de los Huesos, Steinheim, Petralona, et aux Néandertaliens. Dans la vue inférieure, le processus mastoïde est projeté plus loin que chez les Néandertaliens.

Les marge nasales internes et la projection médiane, présentes chez Néandertal, manquent dans Aroeira 3. Elles manquent aussi dans SH mais sont identifiées chez Steinheim.

Enfin, l'analyse des dents (Aroeira 1 et 2) indique un individu adulte mais l'analyse interne n'est pas possible, empêchant l'étude de la morphologie.

Intérêt scientifique[modifier | modifier le code]

Carte de l'Europe en orange sur laquelle 11 sites prénéandertaliens et 4 zones de glaciation apparaissent en violet.
Carte de répartition des principaux sites ayant livré des restes de pré-Néandertaliens ou de Néandertaliens anciens
Répartition connue de l'Homme de Néandertal
Ancêtres communs dont descendent Néandertal et les hommes modernes d'après la paléogénétique : la place qu'y tiendraient Homo heidelbergensis et les intermédiaires menant à l'homme moderne est encore débattue.

L'intérêt du crâne d'Aroeira est de confirmer la diversité des types prénéandertaliens du Pléistocène moyen, au contraire d'un scénario d'émergence générale à partir d'Homo heidelbergensis. L'Homme de Néandertal s'est répandu en Europe, au Moyen-Orient, et en Asie Centrale, mais malgré l'analyse de son génome et la richesse du registre fossile, son origine est discutée. Les espèces plus anciennes sont beaucoup moins documentées, ce qui augmente le nombre d'hypothèses. Un consensus existe sur l'utilisation du terme « Prénéandertalien » pour les fossiles intermédiaires qui présentent une partie des traits. Mais leur diversité et leur faible nombre interroge ; il reste ainsi envisageable d'en faire des taxons différents ou d'imaginer que Néandertal émerge de tous ces types de façon linéaire. Au contraire Aroeira 3, proche dans le temps et l'espace de la Sima de los Huesos, vérifie cette diversité.

Classement[modifier | modifier le code]

À la suite de cette découverte, la comparaison morphologique d'Aroeira 3 avec d'autres crânes contemporains laisse imaginer un classement des types anthropologiques de la fin du Pléistocène moyen. Les auteurs de la première publication sur Aroeira 3 proposent trois catégories :

  • les Néandertaliens complets, à moins de 200 000 ans, qui montrent presque tous les traits dérivés néandertaliens.
  • les Prénéandertaliens, qui montrent la plupart des caractéristiques, mais la forme générale de Néandertal en reste absente (type de la Sima de los Huesos). Aroeira 3 semble y appartenir d'après la glabelle, le processus mastoïde, même si sa combinaison de traits néandertaliens est différente de toute autre.
  • les simili-Africains, comprenant Arago 21 et Ceprano, qui ne montrent pas de traits néandertaliens dans les régions préservées, ou bien où les caractères sont ambigus. Aroeira 3 y ressemble par son torus angulaire développé, comme pour le crâne 4 de la Sima de los Huesos, et son absence d'éminence articulaire aplatie[1].


v · d · m


Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) Joan Daura, Montserrat Sanz, Juan Luis Arsuaga, Dirk L. Hoffmann, Rolf M. Quam, María Cruz Ortega, Elena Santos, Sandra Gómez, Angel Rubio, Lucía Villaescusa, Pedro Souto, João Mauricio, Filipa Rodrigues, Artur Ferreira, Paulo Godinho, Erik Trinkaus et João Zilhão, « New Middle Pleistocene hominin cranium from Gruta da Aroeira (Portugal) », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 13e série, vol. 114,‎ , p. 3397-3402 (DOI 10.1073/pnas.1619040114, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]