Homo rhodesiensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Homo rhodesiensis est une espèce éteinte du genre Homo, présente en Afrique durant le Pléistocène moyen, entre environ 700 000 et 300 000 ans avant le présent.
Peu de fossiles de cette espèce ont été découverts à ce jour, et son articulation phylogénétique avec Homo sapiens, qui lui succède en Afrique, demeure débattue.

Historique[modifier | modifier le code]

Homo rhodesiensis a été décrit en 1921 par Arthur Smith Woodward à partir du crâne fossile qu’un mineur suisse, Tom Zwiglaar, avait découvert peu avant dans une mine de fer et de zinc de Kabwe (autrefois appelée Broken Hill), en Zambie (autrefois appelée Rhodésie du Nord).
Outre le crâne, on a trouvé aussi la mâchoire supérieure d'un autre individu, ainsi qu’un sacrum, un tibia, et deux fragments de fémur. La relation des os entre eux n’est pas établie avec certitude, mais le tibia et les fossiles de fémur sont généralement associés au crâne.
Au moment de sa découverte, ce fossile a été appelé « Homme de Rhodésie », mais on parle aujourd'hui plutôt d'« Homme de Broken Hill » ou d'« Homme de Kabwe ».

Morphologie[modifier | modifier le code]

Par rapport aux autres espèces humaines connues du Pléistocène, le crâne d'Homo rhodesiensis présente une mosaïque de caractères archaïques et dérivés[1].

Parmi les caractères archaïques, on peut citer :

  • une face massive
  • des reliefs sus-orbitaires proéminents
  • un os frontal étroit et fuyant
  • une carène frontale
  • un torus angularis à l'extrémité de la crête temporale

Les caractères dérivés, qui rapprochent cette espèce d'Homo sapiens, sont notamment :

  • un volume endocrânien assez élevé (environ 1 250 cm3 pour l'Homme de Bodo, et environ 1 230 cm3 pour l'Homme de Kabwe)
  • des reliefs sus-orbitaires qui ne forment pas un torus continu
  • une écaille temporale élevée et arrondie
  • les proportions de l'écaille frontale
  • la forme de la base du crâne

Datation[modifier | modifier le code]

La datation des fossiles de l'Homme de Kabwe demeure très incertaine, en raison des circonstances de leur mise au jour, et de leur découverte à une époque où n'existaient pas de méthodes de datation fiables. La majorité des paléoanthropologues s'accordent cependant pour leur attribuer un âge probable de l'ordre de 300 000 à 400 000 ans.
Les autres fossiles connus représentatifs d'Homo rhodesiensis s'échelonnent entre 300 000 et 700 000 ans.

Position phylogénétique[modifier | modifier le code]

Arbre hypothétique des espèces humaines

Depuis des années, des scientifiques comme Gustav von Koenigswald avaient proposé de classer les découvertes du Pléistocène moyen en Europe dans une lignée pré-néandertalienne, et les découvertes en Afrique dans une lignée pré-sapiens[2]. Les fossiles africains les plus anciens de cette période ont de ce fait longtemps été dénommés Homo sapiens archaïques, avant d'être réattribués désormais généralement au taxon Homo rhodesiensis.

Pour Timothy White, Homo rhodesiensis se distingue d’Homo heidelbergensis comme ancêtre probable d’Homo sapiens en Afrique. Cependant, Jean-Jacques Hublin estime que l'Homme de Kabwe n'est pas un bon candidat pour représenter l'ascendance immédiate d’Homo sapiens, et que d'autres fossiles plus proches de notre espèce restent à découvrir[3]. Le statut phylogénétique d’Homo rhodesiensis est donc encore largement débattu.

Il est néanmoins possible de présenter un arbre phylogénétique des espèces humaines récentes qui ne tranche pas la question de l'articulation exacte entre Homo rhodesiensis et Homo sapiens.

Phylogénie des espèces récentes du genre Homo, d'après Strait, Grine & Fleagle (2015)[4], et Meyer, Pääbo & al. (2016)[5] :

 Homo  

 Homo antecessor †  Antecessor Skull.png






 Homo heidelbergensis




 Homo denisovensis



 Homo neanderthalensis †  Neanderthalensis Skull.png






 Homo rhodesiensis



 Homo sapiens   Sapiens Skull.png







Principaux fossiles[modifier | modifier le code]

Les fossiles qui suivent sont généralement attribués à l'espèce Homo rhodesiensis.
Il faut noter au préalable que les datations sont pour la plupart approximatives, et que les capacités crâniennes mentionnées ont été estimées sur la base de crânes le plus souvent fragmentaires.

  • Homme de Kabwe (Zambie) :
    • Découverte : 1921 par Tom Zwiglaar
    • Description : 1921 par Arthur Smith Woodward
    • Fossiles : un crâne et quelques ossements post-crâniens
    • Capacité crânienne estimée : 1 230 cm3
    • Datation : entre -400 000 et -300 000 ans
  • Homme de Saldanha (Afrique du Sud)[6] :
    • Découverte : 1953 par Keith Jolly et Ronald Singer
    • Description : 1954 par les mêmes
    • Fossile : une calotte crânienne
    • Datation : environ -600 000 ans
  • Homme de Salé (Maroc) :
    • Découverte : 1971 par Jean-Jacques Jaeger
    • Fossile : un crâne partiel
    • Capacité crânienne estimée : 940 cm3
    • Datation : environ -400 000 ans
  • Homme de Ndutu (Tanzanie) :
    • Découverte : 1973 par A. A. Mturi
    • Fossile : un crâne partiel
    • Capacité crânienne estimée : 1 100 cm3
    • Datation : de -400 000 à -350 000 ans
  • Homme de Bodo D'Ar (Éthiopie) :
    • Découverte : 1976 et 1981 par Alemayhew Asfaw et Charles Smart
    • Fossile : un crâne partiel
    • Capacité crânienne estimée : 1 250 cm3
    • Datation : environ -600 000 ans

Références[modifier | modifier le code]

  1. Florent Détroit, Les cours publics du Musée de l'Homme, Homo sapiens, Néandertal, et compagnie (3/3), mars 2014, voir la vidéo en ligne
  2. Gustav von Koenigswald, Historia del Hombre, p 137-142, 1971, Madrid, Alianza Editorial
  3. Hublin, Jean-Jaques (2001) « Northwestern African Middle Pleistocene hominids and their bearing on the emergence of Homo sapiens », in : L. Barham and K. Robson-Brown (eds.) Human Roots. Africa and Asia in the Middle Pleistocene: 99-121. CHERUB. Boston : Western Academic and Specialist Press
  4. (en) David Strait, Frederick Grine et John Fleagle, Analyzing Hominin Phylogeny : Cladistic Approach, in Winfried Henke & Ian Tattersall, Handbook of Paleoanthropology, p. 1989-2014, (ISBN 9783642399787, lire en ligne)
  5. (en) Matthias Meyer, Svante Pääbo et al., « Nuclear DNA sequences from the Middle Pleistocene Sima de los Huesos hominins », Nature, 7595e série, vol. 531,‎ , p. 504-507 (DOI 10.1038/nature17405, lire en ligne)
  6. (en) Ronald Singer, « The saldanha skull from hopefield, South Africa », American Journal of Physical Anthropology, 3e série, vol. 12,‎ (DOI 10.1002/ajpa.1330120309, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Asfaw, Berhane (1983) « A new hominid parietal from Bodo, middle Awash Valley, Ethiopia », American Journal of Physical Anthropology, vol. 61 (3), p. 367-371.
  • Conroy Glenn C., Gerhard W. Weber, Horst Seidler, Wolfgang Recheis, Dieter Zur Nedden and Jara Haile Mariam (2000) « Endocranial capacity of the Bodo cranium determined from three-dimensional computed tomography », American Journal of Physical Anthropology, vol. 113 (1), p. 111-118.
  • Crow, Tim J. (editor) (2002) The Speciation of Modern Homo sapiens. Oxford University Press, (ISBN 0-19-726311-9)
  • Rightmire, G. Philip (1983) « The Lake Ndutu cranium and early Homo sapiens in Africa », American Journal of Physical Anthropology, vol. 61 (2), p. 245-254
  • Singer Robert R. and J. Wymer (1968) « Archaeological Investigation at the Saldanha Skull Site in South Africa », The South African Archaeological Bulletin, vol. 23 (3), p. 63-73.
  • Woodward, Arthur Smith (1921) « A New Cave Man from Rhodesia, South Africa », Nature, vol. 108, p. 371-372.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]