Eartham Pit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eartham Pit
Boxgrove
Une des carrières d'Eartham Pit
Une des carrières d'Eartham Pit
Localisation
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté West Sussex
Protection Site d'Intérêt Scientifique Spécial (SISS)
Coordonnées 50° 52′ 13″ nord, 0° 41′ 15″ ouest
Superficie 9,83 hectares

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Eartham Pit
Eartham Pit
Histoire
Époque - 500 000 ans

Eartham Pit, près de Boxgrove, est une carrière de gravier du Sussex de l'ouest, dans le sud de l'Angleterre, où on a découvert depuis 1982 de nombreux vestiges préhistoriques du Pléistocène moyen, datés d'environ 500 000 ans, incluant un tibia partiel et deux dents humaines, attribués à l'espèce éteinte Homo heidelbergensis, et une vaste collection d'outils lithiques de type acheuléen.

Description[modifier | modifier le code]

Amey's Eartham Pit se trouve sur la commune d'Eartham, près du village de Boxgrove. C'est le nom d'origine du site archéologique de Boxgrove, dans le comté du Sussex de l'ouest, en Angleterre. Cette ancienne carrière de sable et de gravier est aujourd'hui largement comblée. Une partie du site a été classée Site d'Intérêt Scientifique Spécial (SISS) en 1997[1].

Le site se trouve dans une zone constituée d'une ancienne falaise de craie aujourd'hui enterrée qui surplombait une plaine côtière s'étendant sur environ 1 km vers le sud jusqu'à la mer.

Il s'agit d'un site majeur en raison du degré de préservation de l'ancien paysage préhistorique, qui s'étend au-delà de la carrière sur une largeur de plus de 26 km, de son énorme quantité de fossiles d'animaux bien préservés, ses nombreux outils en silex, et ses fossiles humains qui figurent parmi les plus anciens d'Europe du nord. Plusieurs des ossements fossiles d'animaux sont les plus anciens spécimens de leur espèce trouvés à ce jour, comme l'os d'aile du grand pingouin trouvé sur le site en 1989. La combinaison des fossiles, des outils de pierre, et de la géologie du site donne une image très complète de la plaine côtière telle qu'elle existait il y a un demi-million d'années[2].

L'un des centaines de bifaces trouvés sur le site
Le tibia de Boxgrove
Echantillon d'outils en silex de Boxgrove (non exposés) au British Museum
Un os de rhinocéros découpé trouvé sur le site
Sélection d'outils lithiques de Boxgrove exposés au Natural History Museum

Historique[modifier | modifier le code]

Des parties du site furent fouillées entre 1982 et 1996 par une équipe dirigée par Mark Roberts de l'Institut d'Archéologie de l'University College de Londres. Mark Roberts est ensuite devenu le directeur du projet Boxgrove.

Quand les fouilles démarrèrent en 1982, des outils en silex vieux de 500 000 ans furent découverts, qui étaient à l'époque la trace humaine la plus ancienne jamais découverte au Royaume-Uni.

En 2005, des outils en silex vieux de 700 000 ans furent découverts à Pakefield, et en 2010 d'au moins 800 000 ans à Happisburgh. Cependant Boxgrove reste un site préhistorique d'importance majeure grâce à la découverte en 1994 et 1995 de fossiles humains datés de 500 000 ans, qui restent les plus vieux fossiles humains découverts à ce jour au Royaume-Uni.

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Le premier fossile humain a été trouvé sur le site en 1994 : le tibia partiel d'un homme d'une taille estimée à 1,80 m et d'un poids d'environ 80 kg. Attribué à l'espèce Homo heidelbergensis, il s'agit du seul vestige postcrânien de cette espèce trouvé à ce jour en Europe du nord. Les deux extrémités de l'os ont été mâchées, peut-être par un loup, suggérant que les hommes de Boxgrove étaient parfois la proie de carnivores.

En 1995, on a trouvé deux incisives d'un autre individu, attribuées à la même espèce. Elles montrent les traces d'une maladie parodontale sévère et des marques de rayures, que l'on pense dues à l'usage d'outils en silex près de la bouche plutôt que comme une trace de cannibalisme.

Archéologie[modifier | modifier le code]

De nombreux outils en silex acheuléens et restes d'animauxs datés d'environ 500 000 ans ont été trouvés sur le site. On a relevé sur certains os des marques de découpe, et certains outils portent des traces de boucherie, indiquant que le site était utilisé pour découper la viande. Les hommes de cette époque vivaient avec une grande variété d'animaux dont on a retrouvé les fossiles, incluant lions, ours, rhinocéros, et cerfs géants, ainsi que de nombreux animaux plus petits comme des grenouilles, campagnols, et autres oiseaux. La comparaison avec des exemples ethnographiques et expérimentaux de découpe de la viande avec des outils de pierre a montré que le gibier à Boxgrove était découpé avec soin, et il est probable que la grande variété d'animaux dans la région attirait les chasseurs. Les preuves de chasse demeurent cependant maigres, avec seulement une omoplate de cheval présentant un trou semi-circulaire, interprété comme la marque d'un impact de projectile. On n'a trouvé aucun réel équipement de chasse.

Conservation[modifier | modifier le code]

En 2003, l'organisme English Heritage annonça qu'il allait acquérir la carrière ouest (appelée Carrière 1) pour assurer la préservation du site[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « SSSI Citation — Eartham Pit » [PDF], Natural England, (consulté le 3 mai 2009)
  2. Michael Pitts et Mark Roberts, Fairweather Eden : Life in Britain half a million years ago as revealed by the excavations at Boxgrove, Arrow Books, Londres, 1998 (ISBN 0-88064-247-5)
  3. « Research and Conservation framework for the British palaeolithic » [PDF], English Heritage, (consulté le 1er novembre 2010), p. 9
  4. S. Parfitt, Mark Roberts, Boxgrove : A Middle Pleistocene hominid site at Eartham Quarry, Boxgrove, West Sussex, English Heritage, 1999

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]