Guillaume de Tanoüarn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guillaume de Tanoüarn
Image dans Infobox.
Guillaume de Tanoüarn en 2010.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
Pseudonyme
Joël PrieurVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Directeur de thèse
Site web

Guillaume de Tanoüarn, né le , est un prêtre, théologien et philosophe catholique français.

Issu de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, il rejoint la pleine communion avec Rome en 2006 et cofonde l'Institut du Bon-Pasteur, avec le soutien du pape Benoît XVI. Figure importante du catholicisme traditionaliste, il est directeur du Centre Saint-Paul, rédacteur en chef d'Objections et de Monde & Vie et patron d'émission sur Radio Courtoisie.

Biographie[modifier | modifier le code]

FSSPX[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre par Bernard Tissier de Mallerais le , au séminaire d'Écône de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, il est d'abord enseignant à l'Institut Saint-Pie-X, à Paris. Il enseigne au Gabon, puis, de retour en France, fonde et dirige les revues Pacte et Certitudes (cette dernière prendra plus tard le nom d'Objections), devenant ainsi l'une des plus importantes figures du mouvement traditionaliste catholique. De 1991 à 1995, il est curé de la chapelle Sainte-Thérèse à Compiègne.

Il devient ensuite, pendant plusieurs années, vicaire à l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, principal lieu de culte de la Fraternité Saint-Pie-X à Paris.

Guillaume de Tanoüarn se dit maurrassien : « L'Action française n'est pas un parti. [...] Être d'Action française, c'est être français de toute sa conscience, c'est réaliser de toutes les consciences un héritage mental, moral et spirituel que nous n'avons pas choisi. »[1]

En 2004, il exprime publiquement sa désapprobation quant à l'exclusion de Philippe Laguérie de la Fraternité Saint-Pie-X[2]. Cette position lui vaut d'en être exclu à son tour. Il continue de diriger les revues Pacte et Certitudes, en exerçant son ministère à la chapelle Notre-Dame de Grâces, à Tournan-en-Brie. Il ouvre la même année, avec son ancien supérieur de district Paul Aulagnier, le Centre Saint-Paul dans le IIe arrondissement de Paris, qui propose chaque jour la messe tridentine, ainsi que des conférences hebdomadaires.

De 2013 à 2016, puis, de nouveau, à partir de , il est chroniqueur dans l'émission Le Club des hommes en noir, animée par Philippe Maxence sur Radio Courtoisie, puis sur le site de L'Homme nouveau. Depuis 2016, il anime également le Libre journal de Chrétienté, sur Radio Courtoisie. Il a, par ailleurs, écrit dans Minute sous le nom de plume « Joël Prieur »[3].

En , il lance la revue Objections, fusion de ses deux publications précédentes[4]. Sa ligne est résumée dans sa « supplique à Benoît XVI »[5].

Institut du Bon-Pasteur[modifier | modifier le code]

Le , Tanoüarn est l'un des cinq cofondateurs de l'Institut du Bon-Pasteur (IBP), érigé de droit pontifical par Benoît XVI qui y a nommé l'abbé Laguérie supérieur.

Le , il soutient avec succès une thèse de doctorat en philosophie, à l'Université Lyon III, portant sur « les Prodiges de l'Analogie »[6], une synthèse de la pensée du cardinal Cajétan. Son directeur de thèse est le philosophe Bruno Pinchard[7]. Elle est publiée aux Éditions du Cerf (Cajétan : Le Personnalisme intégral, Éditions du Cerf, coll. « La Nuit surveillée », 2009, 707 p., 22 cm (ISBN 978-2-204-08729-2)).

Il fait partie des membres de la rédaction du média en ligne Nouvelles de France[8], et est rédacteur en chef du bimensuel catholique Monde & Vie.

Guillaume de Tanoüarn est professeur de théologie au Séminaire Saint-Vincent-de-Paul à Courtalain.

D'octobre 2015 à août 2016, il occupe l'église Sainte-Rita de Paris, dont la procédure de démolition est en cours et qu'a donc quittée la communauté gallicane qui en jouissait jusqu'alors[9]. Le , à la demande du nouveau propriétaire, les forces de police reprennent possession de l'église[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Éditeur scientifique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pourquoi je suis d'Action française, L'Action française hebdo, 12 juin 1997.
  2. Cf. « Le droit de l'abbé Laguérie », article paru dans la revue Pacte no 87 de septembre 2004.
  3. Alain de Benoist : bibliographie, 1960-2010 : livres, articles, préfaces, contributions à des recueils collectifs, entretiens, littérature secondaire, Paris, Les Amis d'Alain de Benoist, , 467 p. (ISBN 978-2-9528321-4-4), p. 69.
  4. Le site de la revue Objections
  5. Supplique au pape Benoît XVI
  6. Catalogue SUDOC
  7. Témoignage chrétien, édition du 13 septembre 2007
  8. « Auteurs / Rédacteurs / Contributeurs », sur Nouvelles de France Portail libéral-conservateur, (consulté le ).
  9. « L'église Sainte Rita renaît dans le 11e arrondissement », sur Paris Tribune, (ISSN 2275-3869)
  10. « l'église sainte-Rita en cours d'évacuation », sur lefigaro.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :