Régis de Cacqueray-Valménier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Cacqueray.
Régis de Cacqueray-Valménier
Image illustrative de l'article Régis de Cacqueray-Valménier
Biographie
Naissance
Avallon
Ordre religieux Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X
Communauté capucine d’observance traditionnelle
Ordination sacerdotale 1992, par
Mgr Licinio Rangel
Autres fonctions
Fonction religieuse
Supérieur du district français de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (2002-2014).

L'abbé Régis de Cacqueray (son patronyme intégral étant de Cacqueray-Valménier), désormais connu sous le nom en religion de Père Joseph, né le à Avallon, est un prêtre et religieux français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de neuf enfants, il fit ses études au séminaire d'Écône de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX). Le 29 juin 1992, il fut ordonné prêtre par Mgr Licinio Rangel avant d'œuvrer pendant dix ans pour l'école Saint-Joseph-des-Carmes (à Montréal (Aude)), période pendant laquelle il en assura la direction. Il officia aussi dans différentes chapelles des environs toulousains dont la chapelle Notre-Dame de Férétra.

En 2002, il fut nommé à la charge de chef du district français de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. En septembre 2005, pour diverses raisons, il exclut l'abbé Philippe Laguérie de la FSSPX[1]. Ses positions sur Vatican II rejoignent celles de la fraternité[2].

En tant que chef du district de France de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX), il s'investit en de nombreuses activités; notamment en menant des prières devant l'Assemblée nationale en guise d'opposition au mariage homosexuel, accompagné par l'association Civitas [3]. Il s'était aussi joint, auparavant, à des protestations contre la pièce de théâtre Golgota picnic, contre le Piss Christ mais aussi ce que la fraternité a appelé le « scandale d'Assise en 2011 ».

Le 15 août 2014, il quitte la Fraternité Saint-Pie X pour entrer dans l'ordre franciscain des capucins de Morgon (Rhône) sous le nom de Père Joseph[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Seneze, article Les lefebvristes se déchirent du magazine La Croix du 9 septembre 2004.
  2. Jean-Marie Guénois, article Pourquoi Benoît XVI veut aller à Jérusalem du journal Le Figaro du 16 février 2009.
  3. http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Mariage-pour-tous-la-croisade-de-Civitas-588765 Gael Vaillant, article Mariage pour tous : la croisade de Civitas du Journal du dimanche janvier 2013.
  4. « Intégristes L'abbé de Cacqueray va entrer chez les capucins », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)