Philippe Maxence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maxence.
Philippe Maxence
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Site web

Philippe Maxence, né le , est un journaliste, biographe et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Maxence (un pseudonyme)[1] est l'auteur de la première biographie française complète consacrée en 2003 à Robert Baden-Powell, fondateur du scoutisme. Passionné de littérature anglaise, il a écrit des dizaines d'articles sur le sujet et un livre sur Gilbert Keith Chesterton, Pour le réenchantement du monde, une introduction à Chesterton (2004).

Il est depuis 2001 rédacteur en chef du bimensuel catholique L'Homme nouveau[2].

Il est le président-fondateur de l'Association des amis de Chesterton.

Il collabore au Figaro-Magazine, au Figaro hors-série, au Figaro-Histoire, à Famille chrétienne, au Spectacle du monde, à La Nef, à Monde & Vie, à The Chesterton Review (édition française) et à The Distributist Review.

À partir de 2013, Philippe Maxence possède, sur Radio Courtoisie, son propre Libre Journal mensuel, parfois transformé en Club des hommes en noir. Durant cette seconde émission, il est entouré par quatre chroniqueurs : les abbés Claude Barthe, Grégoire Celier, Guillaume de Tanoüarn et Christian-Philippe Chanut qui, mort en août 2013, s'est vu succéder par le père Jean-François Thomas. En désaccord avec certaines prises de position d'Henry de Lesquen, Philippe Maxence quitte Radio Courtoisie en 2016. Néanmoins, Le Club des hommes en noir reprend vie en septembre 2018, sur le site de L'Homme Nouveau[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF13504592.
  2. Biographie sur le site de La Nef
  3. Michel Janva, « Le Club des hommes en noir est de retour », Le Salon beige,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]