Richard Williamson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Richard Nelson Williamson
Image illustrative de l’article Richard Williamson
Biographie
Naissance (82 ans)
Buckinghamshire
Ordination sacerdotale
Consécration épiscopale par Marcel Lefebvre
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason
Fidelis inveniatur - « Qu'il soit trouvé fidèle »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Richard Nelson Williamson, né le dans le Buckinghamshire au Royaume-Uni, est un évêque catholique traditionaliste britannique. Qualifié d'intégriste[1],[2],[3], il est connu pour ses propos négationnistes.

Il fait partie de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) jusqu'à son exclusion en . Il est ordonné prêtre puis sacré évêque en 1988 sans mandat pontifical (donc non reconnu par l'Église catholique) par Marcel Lefebvre sous le pontificat de Jean-Paul II. Avec les autres participants au sacre, il est alors frappé d'excommunication, peine qui est levée par Benoît XVI en 2009.

Après son exclusion de la FSSPX, il entreprend un ministère indépendant auprès des communautés traditionalistes s’identifiant à la résistance. Le , il consacre un évêque sans mandat pontifical et est ainsi, de nouveau, frappé par l'excommunication latæ sententiæ.

Richard Williamson nie à plusieurs occasions l'existence des chambres à gaz nazies, accuse les autorités américaines d'avoir organisé les attentats du 11 septembre 2001 et affirme que les Juifs sont les « premiers serviteurs du diable » et probablement les créateurs de la Covid-19.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Richard Williamson naît dans une famille de trois enfants, d'une mère adepte de la Science chrétienne[4]'[5] et d'un père écossais[5] presbytérien[4], qui était, selon les sources, pasteur[6] ou acheteur chez Marks & Spencer[5]. Il effectue ses études à l'université de Winchester puis à Cambridge, période durant laquelle il opte pour l'anglicanisme, et obtient un diplôme en littérature[4]. Il enseigne ensuite au Ghana puis à Londres[4]. En 1971, il se convertit au catholicisme sous l'influence du journaliste conservateur Malcolm Muggeridge[6]'[7] et d'un missionnaire irlandais, le Père John Flanagan[4].

Il envisage une vocation de prêtre à la congrégation de l'Oratoire, qui le refuse[4]. Il entre au séminaire d’Écône, de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, en 1972[8]. Ordonné prêtre en 1976[8], il devient enseignant au séminaire d'Écône où il enseigne la métaphysique de Thomas d'Aquin. En 1983, il est nommé recteur du séminaire américain de la Fraternité Saint-Pie X[4], en remplacement de Donald J. Sanborn, muté en Irlande pour insubordination et finalement exclu de la congrégation. Le séminaire est transféré en 1988 de Ridgefield au Connecticut à Winona dans le Minnesota.

Sacre et excommunication[modifier | modifier le code]

Après son sacre le par Marcel Lefebvre, sans permission expresse du pape, le cardinal Bernardin Gantin, préfet de la Congrégation pour les évêques, déclare donc excommuniés Lefebvre lui-même, Antônio de Castro Mayer, l'évêque coconsécrateur, et les quatre nouveaux évêques dont Richard Williamson. Les évêques de la FSSPX, pour leur part, considèrent l'excommunication dont ils ont fait l'objet nulle et sans effet. Le décret sera levé en 2009.

Ministère après 1988[modifier | modifier le code]

Après sa consécration, Richard Williamson reste directeur du séminaire Saint-Thomas d'Aquin, tout en accomplissant un ministère d'évêque : confirmation, ordination sacerdotale.

Il participe, en 1991, à la consécration épiscopale de Licinio Rangel, successeur de Antônio de Castro Mayer à la tête de l'Union Saint-Jean-Marie-Vianney.

Dès 2003, il est directeur du séminaire de La Reja en Argentine. Le , la direction de la Fraternité le relève de ses fonctions, semble-t-il avec son accord, à la suite du retentissement médiatique de ses propos négationnistes[9],[10]. Il rentre en Angleterre où il demeure à Wimbledon et sans aucune charge au sein de la FSSPX.

Levée de l'excommunication[modifier | modifier le code]

Par décret de la congrégation pour les évêques du signé par le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation, l'excommunication qui frappait les quatre évêques consacrés par Lefebvre, Richard Williamson, Bernard Fellay, Alfonso de Galarreta et Bernard Tissier de Mallerais, est levée de façon unilatérale et sans concession de la part des quatre évêques concernés[11].

La vive émotion qui naît au sein de l'Église catholique, à la suite des propos négationnistes de Williamson et face à l'ambiguïté de la position de la FSSPX par rapport au concile Vatican II[12], amène Benoît XVI a préciser que la levée de l’excommunication pour les évêques de la Fraternité Saint-Pie-X (FSSPX) « ne signifiait pas de soi le retour à la pleine communion du mouvement intégriste, et qu’elle ne pouvait se faire que dans le respect de l’enseignement du Concile Vatican II»[13].

En 2012, lors des discussions entre la FSSPX et le Vatican concernant une possible régularisation du statut de la fraternité, il s'oppose à toute discussion, d'abord via une lettre cosignée avec les évêques Bernard Tissier de Mallerais et Alfonso de Galarreta au supérieur de la FSSPX, puis via une série de commentaires publiés sur Internet. Cette opposition aux discussions se doublera d'une opposition à Fellay et conduit ce dernier à l'exclure de la fraternité le [14],[15].

Ministère après 2012[modifier | modifier le code]

Après son exclusion de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X en 2012[16], il encourage la fondation deux ans plus tard de l’Union sacerdotale Marcel-Lefebvre (USML), qui réunit les prêtres en rupture avec la FSSPX à qui ils reprochent de vouloir transiger avec Rome. Réunis au couvent de la Haye-aux-Bonshommes à Avrillé (Maine-et-Loire, Pays de la Loire, France) en , dix-huit prêtres[17] (dont six religieux) autour de Richard Williamson soutiennent la naissance de cette confrérie qui vise à regrouper des prêtres séculiers se réclamant les véritables héritiers de la pensée de Lefebvre.

Il procède, le , à la consécration épiscopale illicite de l'abbé Jean-Michel Faure, se retrouvant de fait excommunié latae sententiae[18]. Le , il réitère cet acte jugé schismatique en consacrant le brésilien Miguel Ferreira da Costa, connu sous le nom de père Thomas d'Aquin, prieur de Santa Cruz, à Nova Friburgo[19]. Il devient le porte drapeau des opposants[20] au rapprochement avec le Vatican.

Trois membres, par option sédévacantiste, décident de la dissolution de l'USML, le [21]. Cependant d'autres prêtres continuent donc à revendiquer de l'Union sacerdotale.

Ministère après 2017[modifier | modifier le code]

En juillet 2021, à Cork, Williamson affirme dans un sermon que les Juifs sont à l'origine de la pandémie de Covid-19 et les traite de « master servants of the devil » (« premiers serviteurs du diable »)[22][réf. à confirmer].

L'affaire Williamson[modifier | modifier le code]

L « affaire Williamson » est un terme communément employé dans les médias[23],[24],[25],[26] pour désigner à la fois les déclarations négationnistes de Richard Williamson, leur publication et les réactions qui ont suivi.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'affaire se déroule au moment même où le Vatican s’apprête à rendre publique la levée de l'excommunication, prononcée en 1988 contre Williamson et ses trois collègues[27].

L'interview[modifier | modifier le code]

Le , après avoir ordonné un diacre en Suède, Williamson accorde[28] un entretien à Ali Fegan[29], journaliste de la chaîne de télévision publique suédoise SVT, dans le cadre de l’émission hebdomadaire Uppdrag granskning[30].

À cette occasion, Ali Fegan demande à Williamson de revenir sur les propos sur la Shoah qu'il avait tenus à Sherbrooke au Québec en [31] : il avait alors affirmé que les Juifs étaient les « ennemis du Christ » et que la Shoah était une invention des sionistes en vue de la création de l'État d'Israël[32]. À l'époque, le président de la conférence épiscopale du Canada, l'archevêque d'Halifax James Martin Hayes, avait envoyé un télégramme au Congrès juif canadien pour les désapprouver ces propos négationnistes[33].

Williamson répond à Ali Fegan : « Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz. […] Je pense que 200 000 à 300 000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz »[34].

Le , en prévision de la diffusion, programmée pour le , de l'émission Uppdrag granskning sur le thème de la Fraternité Saint-Pie-X, la chargée des relations avec la presse du diocèse catholique de Stockholm, Maria Hasselgren, diffuse un communiqué dans lequel le diocèse « rejette complètement toute forme de racisme ou d'antisémitisme »[35].

Le , le contenu de l'interview est révélé au public par le magazine allemand Der Spiegel[36]. L'entretien est ensuite diffusé le [28] par la chaîne télévisée SVT.

Les réactions[modifier | modifier le code]

FSSPX[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, le supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, Bernard Fellay, déclare dans un courrier du à la SVT que Richard Williamson est l'unique responsable de ses opinions et que la Fraternité n'a pas l'autorité pour juger des questions historiques. Sans condamner les propos de son évêque, il estime même « honteux » que l'interview ait porté sur des sujets séculiers « controversés » et non exclusivement sur la religion[37].

Le lendemain, , Fellay affirme que la position de Williamson n'est pas celle de la Fraternité, que ce dernier « n'engage que sa personne », ajoutant que l'« on va conclure que toute la Fraternité est antisémite », s’« [érigeant] avec véhémence contre une telle accusation »[38].

Trois jours plus tard, le , Fellay revient sur les déclarations de Williamson, précisant que celles-ci « ne reflètent en aucun cas la position de [la Fraternité Saint-Pie-X] » et qu'il « lui a interdit, jusqu’à nouvel ordre, toute prise de position publique sur des questions politiques ou historiques ». Il demande ensuite « pardon au Souverain Pontife, et à tous les hommes de bonne volonté, pour les conséquences dramatiques d’un tel acte » au nom de la Fraternité.

Dans une lettre adressée au cardinal Dario Castrillon Hoyos[39], prélat chargé au Vatican des négociations avec la FSSPX, Richard Williamson exprime des « regrets sincères » pour les « souffrances » causées au pape Benoît XVI par ses propos « imprudents », sans pour autant les rétracter[40]. Ces excuses sont aussitôt jugées « tout à fait insuffisantes » par le Primat des Gaules, le cardinal Philippe Barbarin[41] tandis que le porte parole du Vatican, Federico Lombardi rappelle que l'évêque intégriste n’est pas un évêque normal de l’Église catholique[42].

Dès le lendemain d'une déclaration papale condamnant le négationnisme le [43], Florian Abrahamowicz, le prêtre de la Fraternité responsable pour le nord-est de l'Italie relance la polémique par des propos ambigus, expliquant que « les chambres à gaz ont existé au moins pour désinfecter », mais ne sachant dire « si elles ont causé des morts ou non » au prétexte qu'il n'« [a] pas approfondi la question »[44]. Il prétend aussi que ceux qui s'indignent publiquement des propos de Richard Williamson ne le font que pour embêter le Vatican[45]. Le , l'abbé Abrahamowicz est expulsé de la FSSPX « pour des motifs disciplinaires graves » et afin d'« éviter que l'image de la Fraternité Saint Pie X ne subisse des distorsions supplémentaires[46] ».

L'Église catholique[modifier | modifier le code]

Le Vatican, contraint de s'expliquer le après de vives critiques de la chancelière allemande Angela Merkel, demande à Richard Williamson de « prendre sans équivoque et publiquement ses distances » avec ses déclarations sur la Shoah avant d'être admis aux fonctions épiscopales dans l'Église catholique[47]. Ce dernier, loin de se rétracter, réplique plutôt, dans une interview à l'hebdomadaire Der Spiegel le [48], qu'il va se pencher sur les preuves historiques de l'existence des chambres à gaz avant d'envisager une rectification[49] précisant qu'il n'avait pas lu la littérature sur les camps et qu'il n'avait pas l'intention de se rendre à Auschwitz[50].

À la suite de ces propos, la direction de la Fraternité et Richard Williamson s'entendent pour que ce dernier se retire de son poste de directeur du séminaire de la FSSPX de La Reja, en Argentine[51],[52].

Par ailleurs, le ministre argentin de l'Intérieur Florencio Randazzo (es) somme Richard Williamson de quitter le territoire, « sous peine d'être expulsé ». Richard Williamson rejoint donc Londres, le [53]. Le , à la demande conjointe du pape et du supérieur de la FSSPX, Williamson demande pardon à l'Église ainsi qu'aux survivants et aux familles des victimes de l'holocauste pour le « mal » qu'ont fait ses propos à la télévision suédoise[54].

Le Vatican juge les excuses insuffisantes tant sur la forme que sur le fond et exige que Williamson se rétracte « de façon absolue et sans équivoque (...) concernant la Shoah » tandis que les communautés juives d'Allemagne et d'Italie, rejoints par des représentants d'associations catholiques, n'accordent aucun crédit à ces regrets[55]. La Commission européenne rappelle que le négationnisme est un délit dans plusieurs pays européens[56] et les autorités allemandes songent, elles, à poursuivre l'évêque lefebvriste pour négationnisme[55].

En réaction aux accusations d'insuffisance de communication du porte-parole du Vatican Federico Lombardi, le cardinal Castrillon Hoyos, président de la Commission pontificale Ecclesia Dei, affirme cependant le suivant que si Rome avait connu les positions de Williamson avant la levée d'excommunication, elle n'aurait pas demandé sa rétractation « parce que c'est un problème historique, pas moral »[57], estimant par ailleurs qu'il n'avait pas à savoir « quelque chose qu’il n'a pas besoin de savoir » car cela relève selon lui du cardinal Giovanni Battista Re, responsable de la vie des évêques[58].

Au sein de l’Église catholique, l’émotion est vive et s'exprime notamment par les évêques de différents pays[59] et jusqu'au sein de la Curie. Les craintes portent entre autres sur un éventuel reniement des enseignements du Concile Vatican II dont l’une des avancées réside précisément dans les nouveaux rapports créés avec le peuple juif. Lors d'une audience pontificale du , le Pape Benoît XVI exprime sa solidarité « pleine et indiscutable » avec le peuple juif et condamne la négation de la Shoah. Il rappelle en outre que la levée de l'excommunication est un acte de « miséricorde paternelle », qu'il ne signifie pas le retour à la pleine communion de la FSSPX ; laquelle est conditionnée à la reconnaissance par les intégristes de l’autorité du pape et de celle du Concile[43].

L'Église catholique de Suède prend ses distances par rapport à ces propos, ainsi que par rapport à toute forme de racisme et d'antisémitisme[60]. Le cardinal André Vingt-Trois archevêque de Paris reconnaît que de telles déclarations sont « une arête en travers de la gorge », mais rappelle que « l’excommunication ne visait pas les propos négationnistes mais l’ordination illégitime d’évêques. »[61]. Le , le président de la conférence des évêques suisses rappelle également que « les quatre évêques ont maintes fois déclaré, qu'eux-mêmes et la fraternité, n'acceptaient pas la déclaration du concile Vatican II Nostra Ætate sur les relations avec le judaïsme et les religions non-chrétiennes ». Il fait aussi de l'acceptation du Concile Vatican II et en particulier de la déclaration Nostra Ætate un prérequis au rétablissement de la communion et à la levée des suspensions[62].

Communauté juive[modifier | modifier le code]

Les propos négationnistes de l'évêque traditionaliste, concomitants à l'annonce de la levée d'excommunication, suscitent un vif émoi, voire de la colère, au sein des organisations juives, remettant en cause le dialogue interreligieux. Les rabbins italiens, puis américains, expriment leur « profond regret[59] » tandis que le Conseil central des juifs d'Allemagne suspend tout dialogue avec l'Église catholique et que la communauté juive, dans son ensemble, attend des éclaircissements de la part du Saint-Siège[43],[63],[64],[65]. Une fois les ambiguïtés levées, le voyage officiel du souverain pontife en Israël, quelques semaines plus tard, a lieu comme prévu. Lors de ce voyage, l'une des premières visites de Benoît XVI est pour le mémorial de Yad Vashem, où il parle nommément et sans équivoque des « six millions de Juifs » assassinés lors de la Shoah.

Médias[modifier | modifier le code]

Selon la BBC citée par Le Monde, Richard Williamson a également souscrit à l'idée des théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001, accusant les États-Unis de les avoir fomentés[66]. Dans son message hebdomadaire « Les commentaires Eleison » du , Williamson écrit : « Les preuves comme quoi le était une machination du pouvoir en place s’accumulent. »[67]. D'une manière générale, Williamson accuse le concile Vatican II d'avoir provoqué « le chaos théologique que nous avons aujourd'hui » en légitimant une « dictature du relativisme ».

Dans un entretien au Spiegel, Williamson se dit « étonné » d'être un objet de polémique car « le catholicisme de gauche n'a pas encore pardonné le fait que Ratzinger soit devenu pape » et confirme ses propos précédents[68].

Gilles Karmasyn, éditeur du site Pratique de l'Histoire et dévoiements négationnistes (PHDN), relève que Richard Williamson a publié très régulièrement des lettres pastorales dont bon nombre, depuis les années 1990, peuvent ou pouvaient être consultées sur Internet. Il note que ces lettres sont émaillées de propos racistes, sexistes et antisémites[69] et que la FSSPX n'a jamais pris ses distances vis-à-vis de ces déclarations[70].

Natacha Trouiller estime dans La Vie que les théories de Fellay sur les Juifs et les francs-maçons impliqués dans un vaste complot contre la FSSPX sont au fond assez semblables à celles de Williamson et conclut que « l'antisémitisme de Mgr Williamson avait simplement fait passer au second plan celui de Mgr Fellay »[71],[72].

Exclusion de la FSSPX[modifier | modifier le code]

Les discussions avec Rome entraînant maintes tensions entre les différents membres de la FSSPX - et notamment entre les évêques -, l'opposition entre Richard Williamson et Bernard Fellay s'est exacerbée, notamment par le biais des prises de position dans les médias. À la suite de plusieurs avertissements et menaces d'exclusion énoncées par Bernard Fellay à son encontre en raison des déclarations répétées contre la direction de la FSSPX, Williamson a été officiellement exclu de la Fraternité le [73].

Le procès[modifier | modifier le code]

En , Williamson avait été condamné en première instance à une amende de 10 000 euros pour « incitation à la haine raciale », après avoir refusé de payer une amende de 12 000 euros proposée par le parquet de Ratisbonne pour échapper à un procès. L’évêque fait appel de cette décision. Le tribunal de grande instance de Ratisbonne (sud) l'a finalement condamné le , en appel à une amende de 6 500 euros.

En , ses avocats demandent l'annulation de la condamnation pour négationnisme de l’évêque, en invoquant des erreurs de procédure : la cour d’appel de Nuremberg (sud) a expliqué que « seule la diffusion en Allemagne et non l’interview elle-même, menée en privée, était susceptible de poursuites ». Or, « le motif d’accusation (au début de la procédure) ne précise pas que le contenu de l’interview (…) a été diffusé en Allemagne, ni où, ni comment ». Les propos incriminés ne sont condamnables qu’en Allemagne et pas en Suède, la « description de leur mode de diffusion » en Allemagne était donc d’une « importance essentielle », a souligné la cour d’appel. Les avocats de l’évêque ont toujours plaidé que les journalistes suédois ayant interviewé Williamson, l’avaient assuré que ses propos ne seraient diffusés qu’en Suède[74],[75],[76].

Cependant, en , la condamnation pénale de Williamson est confirmée : le tribunal régional supérieur de Nuremberg rejette son dernier recours et il est condamné à payer les 1 800 euros d’amende pour propos négationnistes, auxquels il avait été condamné en première instance à Ratisbonne, le , puis en appel le de la même année[77].

Après que tous ses recours ont été rejetés en Allemagne, Williamson dépose en une requête devant la Cour européenne des droits de l'homme devant laquelle il soutient « que la condamnation pénale dont il avait fait l’objet pour incitation à la haine avait emporté violation de son droit à la liberté d’expression ». Le , après avoir notamment constaté que la sanction lui ayant été infligée « était très clémente » la Cour rejette sa requête « pour défaut manifeste de fondement[78] ».

Autres déclarations et polémiques[modifier | modifier le code]

En 1991, il conseillait de lire les Protocoles des Sages de Sion, un pamphlet antisémite russe[4]. En 2008, il déclare qu'il considère le livre comme « authentique »[79].

Pour lui, les attentats du 11 septembre 2001 sont un « complot judéo-maçonnique »[4]. Il considère qu'il est impossible que des avions de ligne aient pu détruire les bâtiments, et pointe un missile tiré par l'armée américaine elle-même, reprenant les thèses de l'extrême-droite américaine[80].

En 1999, pendant l'intervention de l'OTAN contre la Serbie, il déclare que les dirigeants européens sont contrôlés par « la judéo-maçonnerie »[81].

En 1991, il déclare que les femmes ne devraient pas porter de pantalon, et en 2001 qu'elles ne devraient pas aller à l'université[81].

Dans un discours tenu en septembre 2020 au siège du groupe SSPX Resistance à Cork il déclare, entre autres déclarations antisémites, que la covid-19 « est potentiellement une création des juifs[82],[83] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'évêque négationniste Richard Williamson exclu de sa fraternité intégriste, Le Monde en ligne, 24 octobre 2012.
  2. Mgr Williamson condamné à 10 000 euros d'amende - L'évêque catholique intégriste Richard Williamson a été condamné vendredi à 10 000 euros d'amende pour négationnisme par le tribunal de Ratisbonne, RTS.ch, 28 juin 2010.
  3. Affaire Williamson: le Vatican savait, Slate.fr, 17 avril 2010
  4. a b c d e f g h et i Pierre Jova, « Que reste-t-il de Richard Williamson ? » [archive], sur La Vie, (consulté le ).
  5. a b et c (en)Geoffrey Levy, « Does the outcast bishop who denies the Holocaust have a grudge against M&S? », sur Daily Mail, (consulté le ).
  6. a et b (en)Simon Caldwell, « Pope orders bishop to reject his denial of the Holocaust », sur Daily Mail, (consulté le ).
  7. (en)Richard Williamson, « Panégyrique de Malcolm Muggeridge », sur SSPXasia.com, (consulté le ).
  8. a et b Nicolas Senèze, « Les quatre visages des évêques concernés par la levée des excommunications », sur La Croix, (consulté le ).
  9. « Mgr Williamson relevé de son poste de directeur de séminaire », sur http://www.dici.org/ (consulté le )
  10. "Holocaust-denier removed from Argentine seminary" Reuters, Reuters, Feb. 8, 2009
  11. (it) « REMISSIONE DELLA SCOMUNICA LATAE SENTENTIAE AI VESCOVI DELLA FRATERNITÀ SACERDOTALE SAN PIO X, 24.01.2009 », .
  12. Stéphanie Le Bars, « Le scepticisme des catholiques après la réintégration des évêques intégristes », Le Monde, .
  13. Isabelle De Gaulmyn, « Dossier. Face aux intégristes, le pape veut rassurer », sur La Croix, .
  14. « Communiqué de la FSSPX concernant l'exclusion de Mgr Williamson », sur www.dici.org, (consulté le ).
  15. Jean-Marie Guénois, Mgr Williamson est exclu de la Fraternité Saint-Pie X, Le Figaro, .
  16. APIC, « Rome: Satisfaction au Vatican après l’exclusion de Mgr Williamson de la FSSPX », sur cath.ch, .
  17. « Union Sacerdotale Marcel Lefebvre », sur blogspot.fr (consulté le ).
  18. « Mgr Williamson est excommunié de fait après avoir accompli un « acte illégitime » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  19. APIC, « Mgr Richard Williamson ordonne un nouvel évêque », sur www.lavie.fr, (consulté le )
  20. « [Mgr Williamson] Résistance transatlantique », sur blogspot.fr (consulté le ).
  21. « Dernier communiqué de l’USML », sur Canada fidèle, (consulté le ).
  22. « Cork activist cquestioned... », The Irish Times, 24 juillet 2021.
  23. « Williamson : Benoît XVI reconnaît des erreurs », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le )
  24. « Négationnisme : l'affaire Williamson est «une catastrophe pour l'Eglise» », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « Affaire Williamson : le pape s'explique », RTBF Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. « Affaire Williamson: le pape s'explique dans une lettre », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Un évêque négationniste va être réhabilité », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. a et b Constance de Buor, Jean Mercier et Joséphine Bataille, « Le prélat par qui le scandale arrive », portrait de Richard Williamson, La Vie, publié 28 janvier 2009 - no 3309
  29. (sv) Svenska Dagbladet, "Vatikanen anklagar SVT för kupp mot påven", 3 février 2009 : lire en ligne
  30. Un évêque négationniste va être réhabilité Le Nouvel Observateur le 23 janvier 2009
  31. Peter Wensierski, « Wie die Piusbrüder gegen Juden, Muslime und Schwule hetze », Der Spiegel, 3 février 2009. Le détail des propos de Richard Williamson en 1989 se trouve également dans « Le négationnisme de Richard Williamson. Une analyse », PHDN, 2009.
  32. Craig Whitlock, Holocaust Denier Is Ordered To Recant, in Washington Post, 05/02/2009, article en ligne
  33. Michael McAteer, "Chief Canadian bishop denounces clergyman's anti-Jewish comments", The Toronto Star, 14 avril 1989, article en ligne.
  34. Retranscription complète de l'interview, en français, et analyse dans « Le négationnisme de Richard Williamson. Une analyse », PHDN, 2009.
  35. « Vi tar fullständigt avstånd från alla former av rasism och antisemitism », site internet du diocèse, {{lien brisé|url=http://www.katolskakyrkan.se/Turnpike.aspx?id=1079 |titre= }} consulté le 4 février 2008
  36. Peter Wensierski, Problem für den Papst, Der Spiegel, No 4/2009 du 19 janvier 2009, page 32 : http://wissen.spiegel.de/wissen/dokument/dokument-druck.html?id=63637421&top=SPIEGEL
  37. Fac-similé de la lettre de Bernard Fellay, in The Remnant newspaper, 23/01/2009 ; voir aussi Le Nouvelliste du 26 janvier 2009, p. 6, ou La Croix qui présentent une version différente de la réaction de B. Fellay, datée du 24 janvier.
  38. Réintégration de la Fraternité Saint-Pie-X: les membres de la communauté saluent la décision du pape, Le Journal de 19:30 sur la TSR
  39. (en) « Letter of Bishop Richard Williamson to Cardinal Castrillón Hoyos, Dated January 30, 2009 », sur fsspx.news, Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (consulté le )
  40. L'évêque négationniste exprime ses « sincères regrets » au pape, agence AFP, 30/01/2009 dépêche en ligne
  41. Négationnisme: les excuses de Williamson « insuffisantes » pour le cardinal Barbarin, agence AFP, 31/01/2009 dépêche en ligne
  42. L’évêque négationniste a des « regrets »in Le Parisien, 31/01/2009, article en ligne
  43. a b et c « Benoît XVI s'explique sur la crise intégriste », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  44. « Réintégration des intégristes : un prêtre relance la polémique », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le )
  45. (en) « Vatican attempts to calm Holocaust row hit by Floriano Abrahamowicz », sur article.wn.com (consulté le )
  46. « Italie : La Fraternité Saint Pie X expulse don Floriano Abrahamowicz – ZENIT – Francais », sur fr.zenit.org (consulté le )
  47. Évêque négationniste: le Vatican à nouveau contraint de s'expliquer, 04/02/2009, article en ligne
  48. (de) Peter Wensierski, Steffen Winter, « Nach Auschwitz werde ich nicht fahren », Der Spiegel, 9 février 2009, p. 20, sur le site wissen.spiegel.de, consulté le 2 mai 2009 ; traduction (fr) Peter Wensierski, Steffen Winter, « Richard Williamson : « Je n'irai pas à Auschwitz » », Michel Beuret, L'Hebdo, 12 février 2009, sur le site hebdo.ch, consulté le 2 mai 2009
  49. « Il s'agit de preuves historiques, pas d'émotions. Et si je trouve des preuves alors je rectifierai. Mais cela va prendre du temps », affirme-t-il dans une interview à l'hebdomadaire Der Spiegel le 9 février 2009; in « L'évêque négationniste Richard Williamson persiste et signe », Le Monde, 7 février 2009
  50. AFP, « L'évêque Williamson assume son négationnisme », sur liberation.fr.
  51. « Mgr Williamson relevé de son poste de directeur de séminaire », sur http://www.dici.org/ (consulté le )
  52. "Holocaust-denier removed from Argentine seminary", Reuters, Feb. 8, 2009
  53. Sommé de partir, l'évêque négationniste Williamson a quitté l'Argentine, in cyberpresse, 24/02/2009, article en ligne
  54. « Le Saint-Père et mon supérieur, Mgr Bernard Fellay, m'ont demandé de reconsidérer les remarques que j'ai faites à la télévision suédoise il y a quatre mois, en raison de leurs si lourdes conséquences », souligne Mgr Williamson dans un communiqué publié à son arrivée à Londres. Il ajoute aussi qu'« en examinant ces conséquences, je peux dire sincèrement que je regrette d'avoir fait ces remarques, et que si j'avais su à l'avance tout le mal et les blessures qu'elles allaient susciter, spécialement pour l'Église, mais aussi pour les survivants et les familles des victimes de l'injustice sous le Troisième Reich, je ne les aurais pas faites »; Mgr Williamson demande pardon à l'Église et aux victimes de l'Holocauste, in agence Zenit, 26/02/2009, article en ligne
  55. a et b C.L. L'étau se resserre autour de Mgr Williamson, in Le Figaro, 28/02/2009, article en ligne
  56. Négationnisme: les regrets de l'évêque Williamson ne convainquent pas, agence AFP, 28/02/2009, dépêche en ligne
  57. Déclaration dans El Tiempo, 17/03/2009, cité par La Croix, 17/03/2009, « Le cardinal Hoyos donne sa version des faits de l'affaire Williamson »
  58. Andrés Gomez Osorio, 'Imprudente' fue portavoz del Vaticano en caso de obispo que niega el Holocausto: Darío Castrillón, 17/03/2009, cité par La Croix, en ligne
  59. a et b « Déclaration des évêques de France : « La levée de l'excommunication n'est pas une réhabilitation » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  60. (en) « Williamson to be Charged », (traduction anglaise de l'original suédois), sur www.remnantnewspaper.com (consulté le )
  61. « Le cardinal Vingt-Trois se veut rassurant », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  62. « La négation de l’holocauste n’est pas tolérable », sur www.eveques.ch, (consulté le )
  63. (en) « Pope outrages Jews over Holocaust denier - CNN.com », sur edition.cnn.com (consulté le )
  64. (en) « Jewish leader in Germany says pope creating rifts », sur European jewish Congress (consulté le )
  65. (en) SPIEGEL ONLINE, Hamburg Germany, « German Jewish Leader: 'What Benedict Did Is Unforgivable' - SPIEGEL ONLINE - International », sur SPIEGEL ONLINE (consulté le )
  66. « La presse britannique s'en prend à l'évêque Williamson, de retour à Londres », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  67. Dixième anniversaire
  68. « L'évêque négationniste Richard Williamson persiste et signe », Lemonde.fr https://www.lemonde.fr/europe/article/2009/02/07/l-eveque-negationniste-richard-williamson-persiste-et-signe_1152393_3214.html
  69. Voir les nombreuses citations relevées dans « Richard Williamson, un fanatique sans limite », PHDN, 2009.
  70. « Richard Williamson, un fanatique », PHDN, 2009.
  71. Natalia Trouiller, « Mgr Fellay et les juifs, une herméneutique de la continuité », sur www.lavie.fr, (consulté le )
  72. [Le texte original (en anglais) est libellé comme suit: « We have many enemies, many enemies. But look and that’s very interesting. Who, during that time, was the most opposed that the Church would recognize the Society? The ENEMIES of the Church. The Jews, the Masons, the [Modernists]! The most opposed that the Society would be recognized as a Catholic: the ENEMIES of the Church! »] (en) « The Recusant », sur The Recusant (consulté le )
  73. « L'évêque Williamson exclu de la Fraternité Saint-Pie X », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. Le Point, magazine, « Négationnisme: la condamnation de l'évêque Williamson annulée en Allemagne », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. « La condamnation de Mgr Williamson pour négationnisme annulée en Allemagne », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  76. (de) abendblatt.de, « Prozess von Holocaust-Leugner muss neu aufgerollt werden », sur www.abendblatt.de (consulté le )
  77. « L’évêque négationniste Richard Williamson condamné définitivement », sur Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, (consulté le )
  78. « La CEDH déboute l'évêque négationniste Richard Williamson », News Republic,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  79. (en) James Meikle, « German court fines British bishop for Holocaust denial », sur theguardian.com, .
  80. Christian Terras, « Mgr Williamson, négationniste et complotiste du 11 Septembre », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  81. a et b (en) Tony Barber, « Bishop Williamson takes aim at women’s trousers and ‘The Sound of Music’ », sur ft.com.
  82. (en) Patrick O'Connell, « 'Covid is creation of the Jews': Bishop's sick claim », Sunday World,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  83. (en) Conor Gallagher, « Cork activist questioned over allegations of harassment by Christian fundamentalists », The Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]