Abus sexuels dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les abus sexuels dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) désignent les sévices sexuels commis au sein de cette institution par certains de ses clercs et agents pastoraux. Surtout rendues publiques depuis les années 2010, certaines de ces accusations ont donné lieu à des condamnations devant des juridictions civiles ou canoniques[1]. Les critiques portent également sur l’étouffement institutionnel de ces affaires, comme dans les cas de règlements en interne avec simples mutations ou de mises à l’écart temporaires sans dénonciation aux autorités[2].

Critiques d'associations de victimes[modifier | modifier le code]

L’association de victimes de dérives sectaires AVREF a publié en mai 2016 un Livre Noir de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, qui fait état de plusieurs affaires d’abus sexuels dans la Fraternité, de mauvaise gestion et même de complicités de la part des supérieurs, voire dans certains cas de complicité des familles des victimes elles-mêmes[3]. Dans son avant-propos, l’AVREF décrit « un milieu très fermé sur lui-même, où les familles en viennent quelquefois à préférer la position de la communauté à l'écoute de leurs enfants ». Une deuxième édition de ce Livre Noir est parue en janvier 2019, à la suite de nouvelles condamnations pénales et de nouvelles révélations[4].

Deux associations de victimes, le Groupe SAPEC (Suisse) et La Parole libérée (France), se sont jointes à l'AVREF dans un communiqué de presse commun le , à la suite de la condamnation en appel du prêtre suisse Frédéric Abbet, communiqué qui met lourdement en cause la FSSPX pour son manque de coopération avec la justice dans cette affaire[5].

L’Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu victimes de sectes dénonce également des dérives sectaires et des abus sexuels dans la Fraternité Saint-Pie X[6].

La Fraternité sacerdotale Saint-Pie X a refusé d’ouvrir ses archives auprès des historiens de la commission Sauvé. C'est pourquoi des victimes d'abus de membres de la congrégation ont décidé de créer un collectif en juillet 2022 afin de témoigner. Par ailleurs, les membres de ce collectif souhaitent que l’Église catholique inscrive la prévention des abus au centre des négociations pour la réintégration de la FSSPX en son sein. Ils déplorent l’omerta de la congrégation : pour la Fraternité, disent-ils, « accuser un prêtre est plus grave que l’agression commise par le prêtre »[7],[8].

Condamnations[modifier | modifier le code]

Condamnations pénales[modifier | modifier le code]

  • Silviano Bernabé Uribe, ordonné prêtre en 1989 au séminaire FSSPX de La Reja en Argentine, est condamné en septembre 2004 à un an de prison avec sursis pour des agressions sexuelles sur une majeure et sur une mineure de 13 ans. Il était alors directeur d’une école hors-contrat de la FSSPX à Bordeaux. L’abbé Bernabé Uribe a fait appel de cette décision et a perdu le 19 mai 2005, puis s’est pourvu en Cassation, où la Cour a rejeté son pourvoi le 26 avril 2006[9],[10]. Il a quitté la FSSPX en 2003. Après un passage en Espagne comme aumônier de couvent, il a créé une chapelle indépendante dans l'Aude en 2022.[réf. nécessaire]
  • Christophe Roisnel, ordonné prêtre à Écône en 2002 et directeur de l'école maternelle et primaire privée Notre-Dame de la Sablonnière, une institution hors contrat de la FSSPX à Goussonville (Yvelines)[11]. En 2010, deux enseignantes de l’établissement et une de leurs amies se plaignent à la Fraternité des abus sexuels de l’abbé. Il est alors discrètement envoyé au couvent capucin de Morgon. Il y reste presque 3 ans avant d'être nommé dans une école de garçons. Apprenant cette nouvelle, ces victimes portent plainte devant la justice et il est arrêté le 7 avril 2014, alors qu'il est toujours au couvent des capucins[12],[13]. Il est condamné le à seize ans de réclusion criminelle pour des viols aggravés sur deux femmes adultes[14]. Il interjette appel et écope le de trois ans supplémentaires, soit un total de dix-neuf ans, pour des faits de torture qui n’avaient pas été retenus en première instance[15].
  • Frédéric Abbet, ordonné prêtre en 2004 à Écône, condamné à cinq ans de réclusion par la Cour d'appel de Bruxelles le pour violences sexuelles sur mineur de moins de 16 ans[16]. Absent au verdict pour raison de santé et ayant demandé à purger sa peine en Suisse, il n'est arrêté et incarcéré qu'en juin 2020 en Valais[17].
  • Kevin G. Sloniker, formateur de servants de messe à l'église FSSPX Immaculate Conception dans l'Idaho aux États-Unis, moniteur de camps de jeunesse de la FSSPX et ancien séminariste à Winona, condamné le à perpétuité avec une peine de sûreté de trente-cinq ans pour viols et agressions sexuelles sur sept mineurs âgés de 8 à 14 ans[18]. L'émission d'investigation suédoise Uppdrag granskning a consacré en avril 2017 un épisode à l'affaire et au procès, qui met en cause la responsabilité de la Fraternité Saint-Pie-X[19].
  • Guillaumo Aguilar, un militaire qui vient régulièrement séjourner dans une école de la FSSPX près de Saint-Malo, exerçant l'office « d’encadrant et de surveillant durant ses séjours » condamné le à sept ans d'emprisonnement pour agressions sexuelles sur treize élèves[20]. Selon Le Pays malouin, deux élèves avaient averti un prêtre de l'établissement, qui s'est défendu par le secret de la confession. La hiérarchie de l'établissement n'a donc pas été mise en cause par la cour[21],[7].
  • Peter Palmeri, employé à la St. Marys Academy (en), école de la Fraternité au Kansas (États-Unis), est condamné à dix ans de réclusion pour des faits d’agressions sexuelles sur ses enfants[22],[23].

Condamnations canoniques[modifier | modifier le code]

Les jugements canoniques ne sont pas publics et les condamnations sont donc souvent difficiles à établir, même si elles peuvent dans certains cas être confirmées publiquement par les autorités ecclésiastiques.

Enquêtes[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

The Kansas City Star signale le que le Kansas Bureau of Investigation (en) (KBI) a étendu à la FSSPX son enquête sur des abus sexuels commis et occultés dans l’Église catholique, enquête qui concernait à l’origine les quatre diocèses catholiques de l’État. Selon la source citée, qui a été interrogée par le KBI, huit prêtres de la Fraternité seraient visés pour des faits commis ou occultés dans l'État du Kansas[30]. L’information est confirmée par le KBI le lendemain et reprise la semaine suivante par des médias européens[31],[32]. En janvier 2023, le KBI déclare à Associated Press que l'enquête visant des clercs FSSPX est toujours en cours[33].

Le , The Kansas City Star révèle que le district américain de la FSSPX impose à ses clercs et employés de ne répondre aux enquêteurs du KBI qu’en présence d’un avocat de la Fraternité et d’informer immédiatement le district si l’on a déjà répondu à des questions des enquêteurs[34].

Church Militant a publié l'acte d'accusation daté du 27 septembre 2022 d'un tribunal du Minnesota contre l'abbé Matthew Stafki, ordonné prêtre le 13 juin 2014 au séminaire FSSPX de Winona par l'évêque Bernard Fellay[35]. Cet acte comporte un chef d'accusation pour une sollicitation sexuelle d'enfant sur internet et trois chefs d'accusations pour des actes sexuels criminels sur une fillette âgée de 9 à 11 ans. Le document fait état d'une reconnaissance des faits par Matthew Stafki au père de la victime[36].

France[modifier | modifier le code]

Le parquet de La Roche-sur-Yon annonce le l’arrestation et la mise en examen du prêtre français, Pierre de Maillard, de la FSSPX pour des faits de viols et agressions sexuelles sur mineurs et de corruption de mineurs. Au moment de cette déclaration, dix-neuf victimes présumées avaient été identifiées et l’enquête était toujours en cours[37],[38]. Pierre de Maillard travaillait au prieuré Notre-Dame-du-Rosaire, à Saint-Germain-de-Prinçay, en Vendée[39]. Le supérieur du District de France de la Fraternité affirme une semaine plus tard dans une déclaration vidéo son souci de transparence et de soutien aux familles affectées[40].

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (CIASE), active de février 2019 à octobre 2021, a considéré la FSSPX comme une congrégation catholique ordinaire et a recueilli les témoignages de victimes d'abus sexuels commis par ses clercs et agents pastoraux en France, ainsi que l'audition en séance plénière de la mère d'une victime d'un prêtre FSSPX[41]. À la publication du rapport, le 5 octobre 2021, Jean-Marc Sauvé a annoncé qu'un diocèse et une congrégation religieuse avaient refusé l'accès à leurs archives aux historiens de la CIASE[42]. Mediapart révélera la semaine suivante qu'il s'agissait du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron et de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X[43]. Benoît de Jorna, supérieur du district de France de la fraternité lefebvriste, indique : « Je n’approuve pas ce que les évêques de France ont fait, parce qu’ils auraient dû travailler en interne sans demander une collaboration extérieure : c’est à eux de régler le problème ». De même, il refuse d'envisager une réparation auprès des victimes à travers la Commission reconnaissance et réparation (CRR) mise en place par la Conférence des religieux et religieuses de France : « On nous dit que nous ne sommes pas en pleine communion avec l'Église, je ne vois pas pourquoi nous le serions cette fois »[44],[45].

Gabon et Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

En septembre 2022, une enquête de Jeune Afrique dénonce deux prêtres de la Fraternité pour des abus sexuels sur des jeunes garçons, à Libreville au Gabon, sur une période allant 1986 à 2008. Les deux prêtres sont déplacés depuis, passant du Québec à la France. L'un deux, Patrick Groche s'installe à Lourdes en France[46],[47],[45]. Ce dernier reconnaît sa culpabilité en 2020[48]. Après la parution de l'article de Jeune Afrique, Patrick Groche n'apparait plus sur le site internet de la Fraternité. Par ailleurs, une association de victimes a dénombré « au moins 16 » victimes et a « pu échanger avec une dizaine d’entre elles », elle s'interroge sur le lieu de résidence du prêtre et espère qu'il n'est pas en contact avec des enfants[49],[44]. Il continue d'y célébrer la messe[45]. Benoît de Jorna, supérieur du district de France de la Fraternité, précise qu’il n’y a pas eu d’action en justice[7].

Le prêtre Damian Carlile est également évoqué par le collectif des victimes de la Fraternité. Ce prêtre australien a fait des victimes au Gabon et en Nouvelle-Zélande selon ce collectif[50].

Critiques[modifier | modifier le code]

Critiques envers Bernard Fellay[modifier | modifier le code]

Mediapart publie le une liste de vingt-cinq évêques, dont cinq en fonction, ayant couvert des faits d’abus sexuels, liste dans laquelle figure Bernard Fellay, qui a été supérieur général de la Fraternité de 1994 à 2018, aux côtés de vingt-quatre évêques diocésains français[51],[52],[53]. Les critiques de Mediapart concernent spécifiquement les cas de Christophe Roisnel, condamné depuis lors à dix-neuf ans de réclusion par la Cour d’assises d’appel de Nanterre, et celui de Philippe Peignot, condamné canoniquement en 2014.

Bernard Fellay est également critiqué pour la non-dénonciation de Frédéric Abbet en 2005 en Suisse, le choix du lieu de sa mutation dans un bâtiment abritant un pensionnat à Bruxelles, et le manque de coopération de la hiérarchie de la FSSPX avec la justice belge. Ces critiques ont fait l’objet en janvier 2018 d’un communiqué conjoint de trois associations de victimes : La Parole libérée, l’AVREF et le Groupe SAPEC[54],[55]. Elles font suite au procès, où les trois juges ont décrit l'attitude de la hiérarchie de la FSSPX comme « criminogène » et où l'avocat général a déclaré dans son réquisitoire que « la Fraternité Pie X aurait dû se trouver sur le banc [des accusés] »[4],[56].

Commentaires de dignitaires de l’Église catholique[modifier | modifier le code]

Dans une interview accordée à la chaîne suédoise SVT à la suite de la diffusion du documentaire d’investigation The Golden Prison[57], Anders Arborelius, cardinal et archevêque de Stockholm, remercie les journalistes d’enquêter sur les abus au sein des mouvements de l’Église et souligne que la FSSPX ne doit pas traiter ces affaires en interne mais procéder à des signalements à la police quand cela se produit[58].

Le pape François, répondant à une question de Nicolas Senèze dans l’avion de Fátima à Rome le , reconnaît l’existence d’abus sexuels dans la FSSPX et la compétence de la Congrégation pour la doctrine de la foi pour les juger[59]. Guido Pozzo, à l’époque secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, estime en mai 2017 que le mode de traitement des abus dans la Fraternité n’est « absolument pas un problème » dans le processus de régularisation canonique et affirme que Bernard Fellay a toujours respecté le droit canon en matière d’abus sexuels[1]. Cette assertion est toutefois qualifiée de « contre-vérite pure et simple » par l'AVREF dans son Livre Noir de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (appendice B, p. 47), au moins pour les cas des abbés Philippe Peignot, Frédéric Abbet et Christophe Roisnel[60].

Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d'Astana, estime dans une courte tribune du en anglais que les accusations portées contre la Fraternité en matière de traitement des abus sexuels sont « biaisées »[61].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Senèze, « La Fraternité Saint-Pie-X mise en cause pour sa gestion des abus sexuels », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b Mathieu Martiniere, Mathieu Périsse, Daphné Gastaldi (We report) et Ali Fegan (SVT1), « Abus sexuels: les dossiers cachés des intégristes de Saint-Pie-X », sur mediapart.fr (consulté le ).
  3. Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse, « Pédophilie dans l'Eglise: le livre noir des traditionalistes », sur mediapart.fr (consulté le ).
  4. a et b AVREF, Le Livre Noir de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X, (lire en ligne).
  5. « Communiqué de Presse », sur avref.fr (consulté le ).
  6. UNADFI, « Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X », sur unadfi.org (consulté le ).
  7. a b c d et e Pierre Jova, « Abus sexuels : La lente libération de la parole au sein de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X », La Vie, (consulté le ).
  8. Christophe Henning, « La Fraternité Saint-Pie-X accusée d’avoir couvert des abus sexuels au Gabon », La Croix, (consulté le ).
  9. « VIOLS Un prêtre intégriste poursuivi pour agressions sexuelles », sur dhnet.be, (consulté le ).
  10. « Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 26 avril 2006, 05-84.841 », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  11. « La Porte Latine - Ecoles pour garçons en France », sur laportelatine.org, (version du 13 juin 2010 sur l'Internet Archive).
  12. « Viols, tortures : le prêtre intégriste jugé aux assises », sur actu.fr (consulté le ).
  13. « Yvelines : un prêtre intégriste écroué pour viols sur trois enseignantes », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  14. « Condamnation de l'abbé Roisnel: la Fraternité Saint-Pie-X réagit – Portail catholique suisse », sur cath.ch (consulté le ).
  15. « 19 ans de prison pour l’abbé qui violait et torturait des enseignantes », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  16. « Bruxelles : cinq ans de prison, dont trois ans ferme, pour un prêtre pédophile », sur rtbf.be, (consulté le ).
  17. Gilles Berreau, « À la suite des révélations du Nouvelliste, le prêtre condamné pour pédophilie a été arrêté en Valais », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne).
  18. (en) « Trucker who molested boys from his church will spend at least 35 years in prison », sur spokesman.com (consulté le ).
  19. (en) [vidéo] The Sloniker Case sur YouTube, (consulté le ).
  20. Le Parisien, « Dissimulation de crimes au sein d’une école liée à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X », sur unadfi.org (consulté le ).
  21. « Un ancien militaire accusé d'agressions sexuelles sur 13 enfants dans une école catholique traditionaliste près de Saint-Malo », sur actu.fr (consulté le ).
  22. « Ouverture d’une enquête sur des allégations d’abus sexuels au sein de la FSSPX », sur Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu victimes de sectes, .
  23. (en) « Pottawatomie County man charged with sex crimes reaches plea deal », sur 1350kman.com, .
  24. (en-US) « ‘Predatory behavior’: Priest sex abuse report reveals secret Bay Area case », sur mercurynews.com, (consulté le ).
  25. (en-US) Diocese of Scranton, « List of individuals for whom allegations of sexual abuse of a minor have been admitted, established or determined to be credible » (consulté le ).
  26. « Deux prêtres accusés de pédophilie aux Etats-Unis sont liés à la Fraternité Saint-Pie-X », sur rts.ch, (consulté le ).
  27. (en) 40th Statewide Investigating Grand Jury REPORT 1 (lire en ligne), p. 879-884.
  28. Ixchel Delaporte, L'affaire Vincent Lambert: Enquête sur une tragédie familiale, Paris, Rouergue Littérature, , 199 p. (ISBN 9782812619007).
  29. Hugo Lemonier et Yann Thompson, « « Le mettre hors d'état de nuire » : André poursuit le prêtre qu'il accuse de pédophilie », sur France Info, (consulté le ).
  30. (en) Judy L. Thomas, « KBI is investigating priests in Kansas town that draws parishioners from across U.S. », The Kansas City Star,‎ (lire en ligne).
  31. « Des prêtres de la FSSPX visés par une enquête pour abus sexuels aux États-Unis », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  32. « Le Kansas enquête sur des allégations d'abus sexuels dans la FSSPX – Portail catholique suisse », sur cath.ch (consulté le ).
  33. (en) « Kansas Catholic priest sex abuse report leads to no charges », sur AP NEWS, (consulté le )
  34. (en) Judy L. Thomas, « Breakaway Catholic group orders staff, priests not to talk to KBI without attorney », The Kansas City Star,‎ (lire en ligne).
  35. (en) « Pray for Friday's ordinands! », sur District of the USA, (consulté le )
  36. Napo, « Un prêtre de la FSSPX a abusé sexuellement d’une jeune fille », sur LECATHO : le blog dédié à la religion Catholique !, (consulté le )
  37. « Vendée : un prêtre mis en examen pour viols sur 19 mineurs », sur rtl.fr, (consulté le ).
  38. « La Roche-sur-Yon : un prêtre mis en examen pour viols et agressions sexuelles », sur ledauphine.com (consulté le ).
  39. « Vendée : un prêtre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X mis en examen pour plusieurs viols sur mineurs », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  40. « Déclaration du Supérieur du District de France de la Fraternité Saint-Pie-X », sur laportelatine.org, (consulté le )
  41. CIASE, Audition de M. Aymeri SUAREZ-PAZOS et de Mme Florence PEETERS, représentants de l’Aide aux victimes des dérives de mouvements religieux en Europe et à leurs familles (AVREF), (lire en ligne [PDF]).
  42. Christophe Henning, « Rapport Sauvé : des décennies d’abus sexuels dans les archives de l’Église », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  43. Antton Rouget et Mathieu Périsse, « Pédocriminalité : l’incurie des évêques », sur mediapart.fr, (consulté le ).
  44. a et b Benoît Fauchet, « Fraternité Saint-Pie-X : des victimes de prêtres se mobilisent « pour que la honte change de camp » », sur La Croix, (consulté le )
  45. a b et c StreetPress, « Omerta sur la pédocriminalité chez les cathos intégristes de la Fraternité Saint-Pie-X », sur StreetPress (consulté le )
  46. « Violences sexuelles : « La place de ces prêtres est en prison » – Une victime de la Fraternité Saint-Pie-X témoigne – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  47. Mathieu Olivier, « Exclusif – Prêtres pédophiles au Gabon : le scandale de la Fraternité Saint-Pie X – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  48. « Sévice sexuel: Le fondateur et ancien supérieur général de la Fraternité sacerdotale de Saint-Pie X de Libreville, l'abbé Patrick Groche avoue sa culpabilité », sur leconfidentiel.net, (consulté le )
  49. Nathalie Fournis, « Prêtre pédophile : une association de victimes à Lourdes pour l'obliger à reconnaître des abus sexuels. », sur France 3 Région, (consulté le )
  50. « Pédophilie à la FSSPX au Gabon et en Nouvelle-Zélande », sur Collectif des victimes, (consulté le )
  51. Daphné Gastaldi, Mathieu Martinière, Mathieu Périsse (We Report) et Donatien Huet, « Vingt-cinq évêques ont couvert des abus sexuels », sur mediapart.fr (consulté le ).
  52. « 25 évêques auraient méthodiquement couvert des prêtres pédophiles », sur rtl.fr (consulté le ).
  53. Daphné Gastaldi, Mathieu Martiniere, Mathieu Perisse, Eglise, la mécanique du silence, Paris, JC Lattès, , 300 p. (ISBN 9782709659383).
  54. lenversdudecor.org, « Condamnation d'un prêtre pédophile suisse : la Fraternité Saint-Pie-X sur le grill pour 'attitude criminogène' », sur L'envers du décor (consulté le ).
  55. « Groupe SAPEC- Soutien aux personnes abusées dans une relation d'autorité religieuse », sur groupe-sapec.net (consulté le ).
  56. Balboni Julien, « La Fraternité Pie X sur le banc des accusés », sur DHnet (consulté le )
  57. (en) « The Golden Prison » (consulté le ).
  58. (sv) Janne Josefsson et Gunnar Rensfeldt, « Sveriges katolske biskop: ”en chock och en sorg” », SVT Nyheter,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. Nicolas Senèze, « Le pape dans l’avion : Fraternité Saint-Pie-X, Medjugorje et abus sexuels », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  60. AVREF, « Livre Noir de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X », (consulté le )
  61. (en-US) « Bishop Schneider pleads for fairness in SSPX sexual abuse accusations », sur lifesitenews.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]