Sicherheitspolizei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sicherheitspolizei
Sicherheitspolizei
Réunion de dignitaires nazis avec les autorités de Vichy (dont René Bousquet, en col de fourrure) à Marseille le 23 janvier 1943. Au fond, le chef local de la Sipo et du SD : Rolf Mühler (de).
Réunion de dignitaires nazis avec les autorités de Vichy (dont René Bousquet, en col de fourrure) à Marseille le . Au fond, le chef local de la Sipo et du SD : Rolf Mühler (de).

Création
Disparition
Affiliation Reichssicherheitshauptamt
(Office central de la sécurité du Reich, RSHA)
Juridiction Drapeau de l'Allemagne Troisième Reich
Europe sous domination nazie
Siège Niederkirchnerstraße, Berlin
Coordonnées 52° 30′ 26″ N, 13° 22′ 57″ E
Employés 4 500
Ministres responsables Wilhelm Frick
Heinrich Himmler
Géolocalisation du siège

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Berlin

(Voir situation sur carte : Berlin)
localisation

La Sicherheitspolizei (« Police de sûreté »), abrégée Sipo, est la Police de Sécurité allemande créée en 1936 par Heinrich Himmler en accord avec Hitler qui regroupe deux organes :

  • la « Gestapo » (Geheime Staatspolizei) qui regroupe l'ensemble des services de police politique du Reich ; officiellement contrôlée par Hermann Göring, Heinrich Himmler en prend progressivement le contrôle de fait ;
  • la « Kripo » (Kriminalpolizei) la police criminelle qui lutte contre la criminalité, dirigée par Arthur Nebe.

Le , Himmler est nommé Chef der Deutschen Polizei (chef de la police allemande), coiffant ainsi l'édifice policier du Troisième Reich. Il contrôle aussi bien l'Ordnungspolizei de Kurt Daluege que la Sipo.

À partir de 1939, le Sicherheitsdienst (service de sécurité de la SS) est associé au sein du RSHA à la « Sicherheitspolizei » (Police de sécurité de l'État) et la nouvelle structure sera appelée communément Sipo-SD, sous la direction de Reinhard Heydrich, l'adjoint de Himmler.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le paraît un décret qui unifie la police d’ordre (Ordnungspolizei) et la police de sureté (Sicherheitspolizei) qui comprend deux branches [réf. souhaitée] ; la section criminelle « Kriminalpolizei » (en fait, un équivalent de la police judiciaire) et la Gestapo (Geheime Staatspolizei). Heinrich Himmler est nommé à la tête de ce nouvel organisme, avec d’importants moyens humains. Il recrute 50 000 hommes en civil et 200 000 hommes en uniforme noir engagés parmi les membres les plus disciplinés des unités paramilitaires (SS, SA).

La police de sûreté Sipo (Sicherheitspolizei) est chargée de la sécurité intérieure, c’est-à-dire de la surveillance et du contrôle :

  • des opposants au parti nazi comme les marxistes, les communistes, les dirigeants des autres partis désormais interdits ;
  • des Juifs ;
  • des adeptes de doctrines religieuses ou assimilées, comme les francs-maçons, les membres du clergé.

La police de sûreté et les services de sécurité (la Sipo et le SD : le futur RSHA) disposent de pouvoirs étendus et usent fréquemment de méthodes expéditives comme les exécutions sommaires ou la torture.

Le siège de la Sipo se situait à Berlin, au 8 Prinz-Albrecht-Straße, où se trouvait la Gestapo depuis 1933. À proximité, au 102 Wilhelmstraße, se trouvait à partir de 1934 le SD, l'autre composante du futur RSHA (ensemble créé en ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Schutzstaffel, historique des SS, organisation paramilitaire du parti nazi en Allemagne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Guerber, Himmler et ses crimes, Paris, Fournier, 1946.