Jean-Paul Lien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Résistance française
Cet article est une ébauche concernant la Résistance française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Paul Lien « Paul », alias Alexandre, alias Flandrin, né le 16 septembre 1912 à Saint-Louis (Haut-Rhin), était un agent de pénétration de la Geheime Feldpolizei qui dépendait de l’Abwehr.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initialement recruté par Henri Frenay en zone non-occupée, il est retourné par le contre-espionnage militaire allemand.

Contact de Jane Sivadon, Anne Noury, Anne-Marie Boumier d’une part, Henri Frenay et Berty Albrecht d’autre part, il effectue des liaisons inter-zones. C’est lui qui signale Henri Devillers à Berty Albrecht.

Entré au réseau Alliance, il est impliqué dans les arrestations qui déciment cette organisation, à partir de septembre 1943.

Capitaine FFI à la Libération, il est jugé avec les agents français du poste Abwehr de Dijon. Condamné à mort, il est fusillé le 30 octobre 1946, à Sennecey-lès-Dijon.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Archives nationales.
  • Archives départementales de Côte d’Or.

Bibliographie sommaire[modifier | modifier le code]

  • Henri Frenay : La nuit finira, Paris, Laffont, 1975
  • Marie Granet et Henri Michel : Combat, histoire d'un mouvement de résistance, Paris, PUF, 1957
  • Henri Noguères : Histoire de la Résistance en France, Paris, Robert Laffont, 1972
  • Marie-Madeleine Fourcade : L’Arche de Noé, Paris, Plon, 1968.
  • Robert Hervet  : L’escalier de fer, Paris, France-Empire, 1958