Cybersix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cybersix est une bande dessinée argentine scénarisée par Carlos Trillo et dessinée par Carlos Meglia qui raconte les aventures de Cybersix, alias Adrian Seidelman. Le tome 2 comprend également des participations de Felix Saborido et de Eduardo Risso.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cybersix est une femme artificielle qui s’est enfuie enfant pour échapper à son créateur, le professeur Von Richter, un chercheur nazi exilé dans la jungle sud-américaine. Elle s’est réfugiée dans une cité glauque, Méridiana, où elle a grandi sous l’identité d’un garçon décédé : Adrian Seidelman. Devenue adulte, travaillant comme enseignant, elle est détectée et poursuivie par les séïdes de son ancien maître et devra leur faire face, tout en gérant les avances d'une de ses élèves tandis qu'un de ses collègues, dans l’établissement où elle enseigne le jour en tant qu’homme, est amoureux de sa version féminine.

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Cybersix, entièrement publié en noir et blanc, montre la parfaite maîtrise de l'auteur sur les contrastes, la narration et l'expressivité. Le dessin de Meglia est très élégant, plein de détails, il rend Cybersix très sexy et restitue à merveille Méridiana, ses personnages lubriques, ses enfants glauques.
  • Quant à Trillo, le scénariste, il est bien connu pour mettre en scène des personnages à la moralité douteuse dont une galerie défile dans l’existence de son héroïne et il se fait plaisir sans pour autant négliger les questionnements de Cybersix sur sa nature : femme, homme, monstre ?

Publications[modifier | modifier le code]

12 tomes de cette série ont été traduits par Vents d'Ouest.

Dessin animé[modifier | modifier le code]

Cybersix a été adapté en une série animée de 13 épisodes, coproduction canadienne et japonaise produite par Tokyo Movie Shinsha et NOA. Une deuxième saison n'a jamais vu le jour, faute d'audience et de budget. La série fut cependant remarquée pour sa qualité d'animation supérieure à la moyenne et son ambiance rétro, parfois proche de Batman, la série animée. En revanche, elle fut critiquée pour ses différences par rapport au scénario de la bande dessinée originale, notamment la suppression des références sexuelles ou à la drogue.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]