Gabrielle Dorziat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gabrielle Dorziat
Description de l'image Gabrielle Dorziat.jpg.
Nom de naissance Marie Odile Léonie Gabrielle Sigrist
Naissance
Épernay, France
Nationalité Française
Décès (à 99 ans)
Biarritz, France
Profession actrice

Gabrielle Dorziat, de son vrai nom Marie Odile Léonie Gabrielle Sigrist, née à Épernay le et morte à Biarritz le , est une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle trouve son nom de scène en étant inspiré par le nom d'un personnage dans un roman de Georges Ohnet : Doziat, auquel elle ajoute un "r"[1].

Elle monte sur les planches à moins d'un an, jouant dans "Moïse sauvé des eaux" lors de la distribution des prix d'un collège d'Epernay[1].

Elle se produit de nombreuses années au théâtre, son premier engagement est au théâtre du Parc de Bruxelles en 1900[1]. Denys Amiel la fait revenir d'Egypte pour interpréter "Trois et une". Elle joue ensuite, en 1936, dans "Espoir" d'Henri Bernstein au Théâtre du Gymnase[2]. Elle fut la partenaire de Lucien Guitry et de Louis Jouvet, interpréta avec autorité Paul Bourget, Henri Bernstein, Jean Giraudoux, Jean Cocteau

À partir de 1936, elle débute une carrière au cinéma avec de nombreux rôles de femmes de caractère et joue dans plus de 70 films. Elle obtint, en 1949, le prix féminin du cinéma de la meilleure interprète.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur, Gabrielle Dorziat épouse au Caire, en 1925, le comte Michel de Zogheb (mort en 1964), cousin du roi Fouad.

Gabrielle Dorziat vivait à Paris 82, rue de l'Université[1].

La comtesse de Zogheb repose à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Hommage[modifier | modifier le code]

Le théâtre d'Épernay porte aujourd'hui le nom de Gabrielle Dorziat.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Le Théâtre à Épernay, inscrit monument historique[3] lui est dédié.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Télé 7 Jours n°72, semaine du 5 au 11 août 1961, page 10, portrait-interview de Gabrielle Dorziat par Jean-François Chabrun.
  2. Denys Amiel la fait revenir d'Egypte pour interpréter "Trois et une". Elle joue ensuite, en 1936, dans "Espoir" d'Henri Bernstein au Théâtre du Gymnase.
  3. (en) « Plateforme du patrimoine culturel Français », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Gabrielle Dorziat, Entre cour et jardin, La Palatine, Genève, 1968.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]