François d'Orléans (1982)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François d'Orléans
Description de l'image defaut 2.svg.
Biographie
Titulature Comte de Dreux
Dynastie Maison d’Orléans
Nom de naissance François Carl Frédéric Bruno Marie d'Orléans
Naissance (40 ans)
Madrid (Espagne)
Père Michel d'Orléans, comte d’Évreux
Mère Béatrice Pasquier de Franclieu
Conjoint Theresa von Einsiedel
Enfants Philippe d'Orléans
Marie-Amélie d'Orléans
Raphaël d'Orléans

Description de l'image Coat of Arms of Prince François, Count of Dreux.svg.

François Carl Frédéric Bruno Marie d'Orléans, comte de Dreux[N 1], est un membre de la maison d’Orléans et un paysagiste, né à Madrid, le [1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Né le à la clinique Santa Cristina de Madrid[3], François d'Orléans est le second fils de Michel d'Orléans (1941), comte d'Évreux, et de sa première épouse Béatrice Pasquier de Franclieu (1941). Il est le benjamin des 40 petits-enfants du prince Henri d'Orléans (1908-1999), comte de Paris et prétendant orléaniste au trône de France[1],[2].

Baptisé le [N 2], en l'église Saint-Jérôme-le-Royal, à Madrid, en présence de la famille royale espagnole[3], il a pour parrain son oncle paternel par alliance, le comte Friedrich Karl von Schönborn-Buchheim et pour marraine, une amie de ses parents la baronne Karl de Mandat-Grancey, née Rosario Gimenez Elizalde[1].

François d'Orléans passe son enfance auprès de ses sœurs Clotilde (1968) et Adélaïde (1971) et de son frère Charles-Philippe (1973) à Madrid, où ses parents sont établis depuis 1973. Le comte et la comtesse d'Évreux se séparent en 1994[4]. Leur divorce est prononcé par la cour d'appel de Paris en 2012[N 3].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs montrant plusieurs bâtiments de couleur rosâtre coiffés de toits rouges sous un ciel bleu.
Le château de Niederaichbach où se sont mariés François et Theresa d'Orléans en 2014.
Armes de la comtesse de Dreux née Theresa von Einsiedel.

Le , François d'Orléans, qui reçoit, le même jour, le titre de courtoisie de comte de Dreux[5], épouse civilement Theresa von Einsiedel, journaliste[6], née à Munich, le [7],[6]. Le lendemain du mariage civil, a lieu la cérémonie religieuse en la basilique Saint-Jacques de Straubing[8], avant une réception au château de Niederaichbach, arrondissement de Landshut, près de Ratisbonne, que possède la famille de la fiancée[N 4]. Sont présents plus de 300 invités[6],[10].

La mariée est la troisième fille et le quatrième des sept enfants de Curt Hildebrand von Einsiedel (1944) et de la princesse Amelie von Urach, comtesse de Wurtemberg (1949)[9],[11]. Theresa von Einsiedel descend notamment de Guillaume d'Urach, un roi éphémère de Lituanie en 1918 sous le nom de Mindaugas II[12], de Florestan Ier, prince de Monaco[13], ou encore de Guillaume IV, grand-duc de Luxembourg[14].

Les mariés, qui se sont rencontrés en 2011 lors d'un bal donné à Vienne par la princesse Marie d'Orléans et vivent ensemble depuis l'été 2012[15], partagent de nombreux ancêtres. En effet, tous deux descendent de plusieurs souverains : Louis-Philippe Ier, roi des Français, Jean VI, roi de Portugal, ou encore Léopold II, empereur du Saint Empire[14].

Le couple a trois enfants[16],[17],[18],[19] :

  • Philippe d'Orléans, né à Palma de Majorque, le  ;
  • Marie-Amélie d'Orléans, née à Palma de Majorque, le  ;
  • Raphaël d'Orléans, né le .

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

François d’Orléans étudie à Madrid, d'abord chez les religieuses de l'Union-Chrétienne de Saint-Chaumond, puis au lycée français de la capitale espagnole[3]. Il termine ses études à Downside School (en), un collège dépendant d'une abbaye bénédictine à Stratton-on-the-Fosse, dans le Somerset (Royaume-Uni), où il obtient son baccalauréat. Il poursuit ensuite des études de paysagiste[3]. Après l'obtention de son diplôme de l’École d’architecture et du paysage en Espagne, en 2010, et à l'issue d'une collaboration de cinq ans avec le paysagiste Louis Benech[20], François d'Orléans crée son propre cabinet à Palma de Majorque en Espagne, où il réside depuis 2016[20],[21]. Même s'il a étudié durant trois ans l'informatique, le prince nourrit depuis longtemps une passion pour le jardinage et la botanique[22]. De sa passion, il a créé sa profession[22]. Initialement, il conçoit et réalise des jardins destinés à des Français, comme Vianney d'Alançon propriétaire du château de Saint-Vidal en Haute-Loire, où il a collaboré au jardin à la Le Nôtre[23],[24],[25]. Sa clientèle devient également internationale[26], tant pour des particuliers, que pour des institutions qui le mandatent afin de redonner vie à des jardins abandonnés, tout en tentant de concilier l'économie et l'écologie[22].

Son engagement pour la durabilité repose sur une analyse du terrain et l'intégration optimale de la flore locale dans le paysage. Il affirme : « J'aime la symétrie et l'ordre, mais en même temps je m'adapte à la géographie[20] ». L'eau étant une ressource rare à Majorque, le paysagiste tente d'en utiliser le moins possible. Dès lors, explique-t-il : « avec un partenaire et un ami, nous étudions comment créer un jardin avec une irrigation par submersion, comme le faisaient les Arabes. C'est aussi un projet social, pour que les gens apprennent à mieux utiliser et gérer l'eau[20] ». Hormis Louis Benech, François d'Orléans est également influencé par le concepteur de jardins néerlandais Piet Oudolf. Enfin, il espère que : « La maison du futur sera en harmonie avec la nature… que le paysagiste ne viendra plus après l'architecture, mais fera partie intégrante du projet, et que cela nous rendra plus heureux en tant que société[20] ».

Opinions[modifier | modifier le code]

François d'Orléans refuse d'entrer personnellement en politique, mais il estime que « les grandes traditions françaises ont été anéanties pour le bien de la république[22]. ». Il considère que la monarchie espagnole, incarnée aujourd'hui par le roi Felipe, apporte, en dépit des turbulences, la stabilité au pays[22]. Selon lui, les traditions revêtent une importance majeure et, en France, elles ont été représentées par le général De Gaulle lequel était, selon ses dires, « très monarchiste[22]. ». Toutefois, son frère, ses sœurs et lui ont été éduqués de manière réaliste, et il estime qu'il n'y aura plus jamais de roi en France, raison pour laquelle « il est nécessaire de travailler pour s'assurer un avenir[22]. »

Titulature[modifier | modifier le code]

Les titres portés actuellement par les membres de la maison d’Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le chef de maison.

  • 10 février 1982 — 26 juillet 2014 : Son Altesse Royale le prince François d’Orléans, comte d'Evreux (naissance[27]) ;
  • depuis le 26 juillet 2014 : Son Altesse Royale le prince François d’Orléans, comte de Dreux [5].

Ascendance[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Robert d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
8. Jean d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Françoise d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
4. Henri d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Philippe d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
9. Isabelle d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Marie-Isabelle d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
2. Michel d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Gaston d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
10. Pierre d'Orléans-Bragance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Isabelle du Brésil
 
 
 
 
 
 
 
5. Isabelle d'Orléans-Bragance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Jean Wenceslas Dobrzensky de Dobrzenicz
 
 
 
 
 
 
 
11. Élisabeth Dobrzensky de Dobrzenicz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Élisabeth Kottulinsky de Kottulin
 
 
 
 
 
 
 
1. François d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Émilien Joseph Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
12. Albert Joseph Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Jeanne Louise Dugas-Vialis
 
 
 
 
 
 
 
6. Bruno Marie Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Louis Chardiny
 
 
 
 
 
 
 
13. Marguerite Marie Chardiny
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Clotilde Blanc
 
 
 
 
 
 
 
3. Béatrice Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Jules Marie Térisse
 
 
 
 
 
 
 
14. Jules Emile Térisse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Marie Marthe Fouillouse
 
 
 
 
 
 
 
7. Jacqueline Françoise Térisse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Marquis Stéphane Hippolyte de Laizer
 
 
 
 
 
 
 
15. Marie Hélène de Laizer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Marie Louise Ruinart de Brimont
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit là d'un titre de courtoisie octroyé par son oncle, Henri d'Orléans, comte de Paris et « chef de la maison de France » pour les orléanistes.
  2. Le baptême de « François d'Évreux » fait alors la une du no 1758 du du magazine Point de vue.
  3. Service de l'état civil du ministère des Affaires étrangères et du Développement international - Registres consulaires de Casablanca - Année 1967 - Acte no 131 - Extrait [de mariage] sans filiation de Michel d'Orléans et Béatrice Pasquier de Franclieu. Mentions marginales : Mariage dissous. Arrêt de divorce de la cour d'appel de Paris rendu le (ordonnance de non-conciliation du ). Nantes, le .
  4. Le château de Niederaichbach appartient, depuis 2008, à Karl Anselm d'Urach, oncle maternel de Theresa von Einsiedel. Iniga de Tour et Taxis (1925-2008), grand-mère maternelle de Theresa von Einsiedel, y est née[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Van Kerrebrouck 1987, p. 570.
  2. a et b Énache 1999, p. 669.
  3. a b c et d Régine Salens, « Les 30 ans du prince François d'Orléans », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  4. Montjouvent 1998, p. 312-313.
  5. a et b Régine Salens, « François d’Orléans, comte de Dreux », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  6. a b et c Arthur Guyard, « Mariage royal pour le prince François d’Orléans », sur gala.fr, (consulté le ).
  7. Énache 1999, p. 438.
  8. (es) « La boda de cuento de François, hijo de Beatriz de Orleans », ¡Hola!,‎ (lire en ligne).
  9. a et b Énache 1999, p. 437.
  10. (es) Alberto Espinosa Grau, « Beatriz de Orleans casa a su hijo pequeño », ABC,‎ (lire en ligne).
  11. Monique da Rocha Carneiro, La descendance de Frédéric-Eugène duc de Wurtemberg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 511 p. (ISBN 978-2-908003-17-8), p. 248-249.
  12. Énache 1999, p. 435.
  13. Nicolas Fontaine, « Baptême du prince Raphaël d’Orléans : les proches du prince François réunis à Palma de Majorque pour le baptême de son fils », sur histoiresroyales.fr, (consulté le ).
  14. a et b François Guyard, « 26 juillet 2014 : mariage du prince François d’Orléans et de Teresa von Einsiedel », sur gothanjou.blog, (consulté le ).
  15. (es) Alberto Martín Bianchi, « Beatriz de Orleans «Mi hijo menor se casará este verano» », ABC,‎ (lire en ligne).
  16. (es) Carmen Duerto, « La última Orleans nace en un baño », La Razón,‎ (lire en ligne).
  17. (es) « François de Orleans y Theresa von Einsiedel bautizan en Mallorca a su hija, la princesa Marie Amélie », ¡Hola!,‎ (lire en ligne).
  18. Jérôme Carron, « Raphaël d’Orléans, le baptême de l’ange », Point de vue,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Régine Salens, « Naissance du prince Raphaël, 3ème enfant de François d’Orléans, comte de Dreux », sur noblesseetroyautes.com (consulté le ).
  20. a b c d et e (es) Sara Barragán del Rey, « François d'Orléans, pasión por la botánica », Architectural Digest España, no 100,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Jérôme Carron, « François d’Orléans se confie sur son bonheur familial », sur pointdevue.fr, (consulté le ).
  22. a b c d e f et g (es) Esteban Mercer, « François de Orleans: "Nunca pensé que iría a la boda de mi padre" », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  23. Manuel Cladière, « Le château de Saint-Vidal prévoit trois jardins et trois ambiances », L'Éveil de la Haute-Loire,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Jérôme Carron, « Prince François d'Orléans et Vianney d'Alançon - Le projet fou du château de Saint-Vidal », Point de vue, no 3649,‎ , p. 40-43 (lire en ligne).
  25. (de) « Fasziniert von der Auvergne », Bunte,‎ , p. 52-53 (lire en ligne).
  26. Régine Salens, « 40 ans du prince François d’Orléans, comte de Dreux », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  27. Montjouvent 1998, p. 312.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie liée à la famille[modifier | modifier le code]

  • Patrick Van Kerrebrouck, Nouvelle Histoire généalogique de l'auguste Maison de France : La Maison de Bourbon, vol. IV, Villeneuve d'Ascq, Patrick Van Kerrebrouck, , 795 p. (ISBN 978-2-9501509-1-2) ;
  • Philippe de Montjouvent, Le Comte de Paris et sa descendance, Paris, Éditions du Chaney, , 480 p. (ISBN 978-2913211001) ;
  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8).

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • (es) Isabela Muñoz Ozores, « Permítase un capricho », Telva,‎ .
  • (de) « Fasziniert von der Auvergne », Bunte,‎ , p. 52-53 (lire en ligne).
  • (es) Esteban Mercer, « Almuerzo con los príncipes de Orleans », Última hora,‎ (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]