Louis Benech (jardinier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benech.
Ne pas confondre avec Louis Bénech, compositeur et parolier né en 1875.
Louis Benech
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Louis Marie François Paul BenechVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Parentèle
Autres informations
Site web
Distinctions

Louis Benech est un jardinier et paysagiste français né le à Neuilly-sur-Seine.

Il acquiert une réputation internationale avec la rénovation du jardin des Tuileries, en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est l'oncle à la mode de Bretagne de l'écrivain Clément Bénech[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Après une maîtrise de droit, Louis Benech devient ouvrier horticole en Angleterre aux pépinières Hillier[2], puis jardinier dans une propriété privée de Normandie[3]. Il entame sa carrière de paysagiste à Paris en 1985. En 1990, il est chargé, avec Pascal Cribier et François Roubaud, du réaménagement de la partie ancienne des Tuileries[4], « début d'une carrière nationale et internationale qui fait de lui l'un des paysagistes les plus en vue »[2].

Depuis, Louis Benech travaille sur de nombreux jardins déjà établis tels que les jardins de l'Élysée, le Quai d'Orsay, le domaine de Courson, la roseraie de Pavlovsk à Saint-Pétersbourg, le domaine impérial d'Achilleion à Corfou, le quadrilatère des Archives nationales[5] à Paris, avec la participation de l'artiste Odile Soudant pour la mise en lumière des façades et jardins ; et au début des années 2010, le parc de Chaumont-sur-Loire[6],[7], un diagnostic sur le Château de Maisons-Laffitte et le bosquet du Théâtre d'Eau du château de Versailles[8].

À ce jour, il a conçu et réalisé avec son équipe parisienne plus de 300 projets de parcs et jardins, publics et privés. Ses chantiers pour des particuliers le conduisent à travailler en France comme à l’étranger (Grèce, Maroc, Portugal, Suisse, Égypte, Panama, Canada, États-Unis, Nouvelle-Zélande, etc.) ; de même que les commandes de grands institutionnels tels Axa (Hôtel de la Vaupalière à Paris en 2000), Suez (ancien Hôtel Suchet[9] à Paris en 2001) ou Hermès (Dosan Park[10] à Séoul en 2006 ; Ateliers de Pantin, depuis 2008).

Les réalisations de Louis Benech se caractérisent par un souci d'harmoniser le projet paysager et l'environnement architectural ou naturel du site, de créer des jardins pérennes (avec une nécessaire préoccupation écologique), et de conjuguer l'esthétique végétale à l'écosystème donné, à l'usage qui sera fait du jardin et aux contraintes techniques de l'entretien.

Réalisations[modifier | modifier le code]

  • Pré du Goualoup du Domaine de Chaumont-sur-Loire (2011-2012)
  • Promenade paysagère des jardins du quadrilatère des Archives nationales de Paris (2011)[11] avec Odile Soudant
  • Jardin de l’Hôtel Royal Monceau à Paris (2009-2010)[12]
  • Jardin de l’hôtel Quinta da Romaneira (Portugal) (2007)
  • Jardin de la Cathédrale Saint-Louis à la Nouvelle-Orléans (2009-2010) (U.S.A.)
  • Jardins du Soleil et des Nuages du Château de Villandry (2007-2008)
  • Jardin de l’hôtel Dar Ahlam, Ouarzazate (2004)
  • Restauration du jardin de la propriété Gustave Caillebotte à Yerres (2006)
  • Jardin du Château de Pange en Lorraine (2000-2003)
  • Réhabilitation du Mont Saint-Esprit au Croisic (1999-2001)
  • Réhabilitation du jardin de l’Hôtel du Quai d'Orsay à Paris (1997-1999 et 2009)
  • Assistance aux travaux de replantation du domaine national de Saint-Cloud (1996-1997)
  • Roseraie du Pavillon des Roses du parc du Palais de Pavlovsk à Saint-Pétersbourg (Russie) (1992-1995)
  • Jardin des princesses du Musée national de Rio-de-Janeiro (Brésil) (1992-1995)
  • Jardin de l'Europe du Futuroscope à Poitiers (1990-1992)
  • Réaménagement du jardin des Tuileries à Paris (en coll., 1990-2000 et conseils depuis 2007)
  • Jardin de Piencourt à Cormeilles (1985-1990)
  • Roseraie du prieuré Saint-Michel à Vimoutiers
  • Le jardin de la Maison des Lumières Denis Diderot à Langres (2012)
  • Jardin des ateliers Hermès de Pantin

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Cofondateur du Conservatoire des collections végétales spécialisées
  • Membre de la Société royale d'horticulture
  • Membre du Worshipful Company of Gardeners de Londres
  • Membre de l'International Dendrological Society (1987)
  • « Artiste d'honneur » de l'année 2006-2007 pour l'association La Source (réalisation d'un « jardin extraordinaire » avec les enfants)
  • Membre du CNPJ (Conseil National des Parcs et Jardins, auprès du Ministère de la Culture) depuis 2007
  • Membre du comité de sélection des Journées des Plantes de Courson
  • Membre du jury du Prix P.J. Redouté
  • Président du jury du Festival 2008 des Jardins de Chaumont-sur-Loire
  • Chevalier des Arts et Lettres
  • Chevalier de la Légion d'honneur

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Castellucio, Gérard Mabille et Louis Benech, Vues de jardins de Marly : Le roi jardinier, Gourcuff, , 236 p. (ISBN 2-909838-27-7)
  • Louis Benech, L'esprit du jardin : Structures, rythmes et proportions, éditions du Chêne, , 144 p. (ISBN 2-84277-076-5)
  • Louis Benech, Jardins de cuisiniers, Actes Sud, , 189 p. (ISBN 2-7427-2426-5)
  • Daniel Brochard et Louis Benech, Le jardin de ville, Nathan, , 160 p. (ISBN 2-09-261061-9)
  • Erik Orsenna (préface), Eric Jansen (textes) et Eric Sander (photographies), Louis Benech, douze jardins en France, Gourcuff Gradenigo, , 222 p. (ISBN 978-2-35340-131-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Encore heureux » du 4 septembre 2013, franceinter.fr.
  2. a et b Paula Boyer, « Louis Benech, le jardin comme art de vivre », La Croix, (consulté le 11 mai 2012)
  3. Mylène Sultan, « Le jardinier du Tout-Paris », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 15 mai 2012)
  4. « Louis Benech à propos de la restauration du jardin des Tuileries » [vidéo], sur ina.fr, Le Cercle de minuit,
  5. Site des Archives Nationales
  6. Bruno Besson, « Délices et délires dans les jardins de Chaumont », sur lanouvellerepublique.fr, NRCO, (consulté le 13 mai 2012)
  7. « Le jardin en douceur », Air France Madame, Condé Nast, no 147,‎ , p. 74 à 76 (ISSN 0980-7519, lire en ligne)
  8. Site du château de Versailles
  9. Jocelyne Devedjian, « Suez Lyonnaise des Eaux offre un cocon de verre à l'hôtel Boullée », Les Échos, (consulté le 13 mai 2012)
  10. Béatrice Peyrani, « Hermès voit grand », Le Point, (consulté le 13 mai 2012)
  11. AFP, « Des pins parasols au cœur du Marais: les jardins des Archives ouvrent mardi », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 15 mai 2012)
  12. Nathalie Chahine, « Le plus arty : le Royal Monceau », L'Express Styles, no 3175,‎ , p. 92 (ISSN 0014-5270)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]