Diane d'Orléans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Diane d'Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après
Diane d'Orléans en juillet 1964.

Titre

Épouse du prétendant au trône de Wurtemberg


(47 ans, 1 mois et 21 jours)

Prédécesseur Rose-Marie de Habsbourg-Toscane
Biographie
Titulature Fille de France
Duchesse de Wurtemberg
Autres fonctions Écrivain
Artiste
Nom de naissance Diane Françoise Maria da Gloria d'Orléans
Naissance (82 ans)
Petrópolis (Brésil)
Père Henri d'Orléans, comte de Paris
Mère Isabelle d'Orléans-Bragance
Conjoint Charles de Wurtemberg, duc de Wurtemberg
Enfants Frédéric de Wurtemberg
Mathilde de Wurtemberg
Eberhard de Wurtemberg
Philipp de Wurtemberg
Michael de Wurtemberg
Fleur de Wurtemberg
Religion Catholicisme

Description de cette image, également commentée ci-après

Diane d'Orléans, duchesse de Wurtemberg par mariage, est née le à Petrópolis, au Brésil. Membre de la maison capétienne d’Orléans, elle est aussi un écrivain et une artiste française et allemande.

Famille[modifier | modifier le code]

Diane d’Orléans est la quatrième fille et le sixième enfant d'Henri d'Orléans (1908-1999), comte de Paris et prétendant orléaniste au trône de France, et de son épouse Isabelle d'Orléans-Bragance (1911-2003)[1].

Diane d'Orléans épouse civilement à Altshausen le et religieusement le suivant, au château d'Altshausen, Charles de Wurtemberg (1936-2022), qui devient, en 1975, prétendant au trône de Wurtemberg. Comme Diane d'Orléans, le duc Charles est un descendant du roi des Français Louis-Philippe Ier (1773-1850) dans la mesure où il est l’arrière-arrière-petit-fils de Marie d'Orléans (1813-1839), duchesse de Wurtemberg[1].

De cette union naissent six enfants[2],[3] :

  • Frédéric, duc héritier de Wurtemberg (1961-2018), qui épouse en 1993 Wilhelmine Marie, princesse de Wied (1973), d’où : Wilhelm Friedrich (1994), Marie-Amélie (1996) et Sophie-Dorothée (1997) ;
  • Mathilde de Wurtemberg (1962), qui épouse en 1988 Erich, comte héritier (puis prince en 2015) von Waldburg zu Zeil und Trauchburg (1962), d’où : Marie-Thérèse (1989), Elisabeth (1990), Marie Charlotte (1992), Helene (1993) et Marie Gabrielle (1996) ;
  • Eberhard de Wurtemberg (1963), qui épouse en 2011 Lucie Désirée Copf (1969), d'où : Alexander (2010) ;
  • Philipp de Wurtemberg (1964), qui épouse en 1991 Marie-Caroline, duchesse en Bavière (1969), d’où : Sophie (1994), Pauline (1997), Carl-Theodor (1999) et Anna (2007) ;
  • Michael de Wurtemberg (1965), qui épouse en 2006 Julia Ricarda Storz (1965) ;
  • Éléonore Fleur de Wurtemberg (1977), qui épouse en 2003 Moritz, comte von Goëss (1966), d'où : Zeno (2004), Flaminia (2006) et Livia (2010).

Le , Diane d'Orléans devient veuve après la mort de son mari Charles de Wurtemberg[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme son frère Henri d'Orléans, qui épouse Marie-Thérèse de Wurtemberg, Diane épouse le duc Charles de Wurtemberg dans un contexte de réconciliation franco-allemande et ses fiançailles ont été largement préparées par son père et son beau-père. Pourtant, le mariage de Diane ne se fait pas sous les mêmes contraintes. Le duc et la duchesse de Wurtemberg auraient en effet préféré que leur fils épouse l’une des sœurs aînées de Diane. Mais Charles est très rapidement tombé amoureux de la jeune fille, dont la réputation de sauvageonne ne l’a pas effrayé.

Depuis 1971, la duchesse de Wurtemberg se consacre essentiellement à l’art et pratique longuement la peinture et la sculpture. Elle a d'ailleurs réalisé plusieurs expositions en Allemagne, en France, en Espagne et en Belgique (entre 1971 et 2007). Tous les deux ans, la princesse organise également dans les jardins de son château d'Altshausen une exposition de trente jeunes artistes inconnus.

Enfin, Diane d'Orléans est à la tête d’une association caritative, « Les Enfants de la Vie », qui s'est notamment illustrée par l'octroi d'une subvention au service d'ophtalmologie de l'hôpital des Quinze-Vingts, à Paris, pour lutter contre la rétinite pigmentaire, maladie qui frappe de nombreux enfants.

Titulature et décorations[modifier | modifier le code]

Titulature de courtoisie[modifier | modifier le code]

  • -  : Son Altesse Royale la princesse Diane d'Orléans ;
  • -  : Son Altesse Royale la duchesse héritière de Wurtemberg ;
  • -  : Son Altesse Royale la duchesse de Wurtemberg ;
  • Depuis le  : Son Altesse Royale la duchesse douairière de Wurtemberg.

Décorations[modifier | modifier le code]

Drapeau du Bade-Wurtemberg Bade-Wurtemberg
Ordre du Mérite de Bade-Wurtemberg Ordre du Mérite de Bade-Wurtemberg (30 avril 2011)[5]
Drapeau du Royaume des Deux-Siciles Royaume des Deux-Siciles
Ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges Dame Grand-croix de justice de l’ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges (25 octobre 1961, branche des ducs de Castro)[6]
Drapeau de la France France
Ordre national de la Légion d'honneur Chevalier de la Légion d’honneur (31 décembre 2009)[7]
Drapeau de l'Ordre souverain de Malte Ordre souverain de Malte
Ordre pro Merito Melitensi Grand-croix de l’ordre pro Merito Melitensi (15 mars 1999)[6]
Drapeau du Royaume de Wurtemberg Royaume de Wurtemberg
Ordre de la Couronne de Wurtemberg Grand-croix de l'ordre de la Couronne de Wurtemberg[8]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

En allemand[modifier | modifier le code]

  • Diane Herzogin von Württemberg et Roger Orlik, I.K.H. Diane Herzogin von Württemberg, Prinzessin von Frankreich, Albstadt, Sp-Verlag, 2002. Nouvelle édition, revue et augmentée, 2007 (ISBN 978-3980787307)
  • Diane von Württemberg, Kunsthandwerk, Gemälde, Skulpturen; Ulm : Süddt. Verl.-Ges., 1991. (ISBN 3882941650)

En français[modifier | modifier le code]

  • Princesse Diane de France et Jacqueline Malherbe, Princesse Diane, une artiste royale, Éditions du Rocher, Paris, 2007. (ISBN 2268063003)

Expositions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Énache 1999, p. 690.
  2. Énache 1999, p. 690-691.
  3. Huberty et al. 1979, p. 557.
  4. Nicolas Fontaine, « Décès de Carl de Wurtemberg : le prétendant au trône et époux de Diane d’Orléans avait 85 ans », sur histoiresroyales.fr, (consulté le ).
  5. (de) « Liste des récipiendaires de l'ordre du Mérite de Bade-Wurtemberg », p. 57
  6. a et b (en) Almanach de Gotha, John James, comte de Tara, (ISBN 978-0-9933725-8-2)
  7. Décret du 31 décembre 2009 portant promotion et nomination, JORF du 1er janvier 2010 : « Mme d'Orléans (Diane, Françoise, Maria da Gloria), épouse Von Württemberg, présidente d'associations (Allemagne) ; 38 ans d'activités artistiques et associatives. »
  8. Patrick van Kerrebrouck et Christophe Brun, La maison de Bourbon : 1256-2004, Patrick van Kerrebrouck, , 1010 p. (ISBN 978-2-9501509-0-5, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Bern, Diane de France, la princesse rebelle, Éditions Flammarion, Paris 2003, (ISBN 2-08-067735-7), réédité en livre de poche chez J'ai lu.
  • Philippe de Montjouvent, Le Comte de Paris et sa descendance, Du Chaney Eds, Paris, 1998 (ISBN 2913211003).
  • Isabelle d’Orléans, comtesse de Paris, Tout m’est bonheur (t. 1), Éditions Robert Laffont, Paris 1978, (ISBN 2-22-100107-9).
  • Isabelle d’Orléans, comtesse de Paris, Tout m’est bonheur, Les Chemins creux (t. 2), Éditions Robert Laffont, Paris 1981, (ISBN 2-22-100834-0).
  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8)
  • Michel Huberty, Alain Giraud, P. Chevassu et B. Magdelaine, L’Allemagne dynastique, t. II : Anhalt-Lippe-Wurtemberg, Le Perreux-sur-Marne, A. Giraud, , 641 p. (ISBN 978-2-901138-020).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]