Prince royal de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prince royal.

Prince royal
Image illustrative de l’article Prince royal de France

Création
Premier titulaire Louis-Charles de France
Dernier titulaire Philippe d’Orléans

En France, sous deux périodes de monarchie constitutionnelle (fin du règne de Louis XVI et monarchie de Juillet), le prince royal désignait l’héritier du souverain, appelé en ces mêmes occasions « roi des Français ».

Le titre de « prince royal » remplace le précédent titre de dauphin, accordé aux aînés mâles directs descendant du roi de France à partir de 1349.

Historique[modifier | modifier le code]

« L’héritier présomptif portera le nom de Prince royal.
Il ne peut sortir du royaume sans un décret du Corps législatif[1] et le consentement du roi.
S’il en est sorti, et si, étant parvenu à l’âge de dix-huit ans, il ne rentre pas en France après avoir été requis par une proclamation du Corps législatif, il est censé avoir abdiqué le droit de succession au trône. »

— Article 1 de la section III (De la famille du roi) du chapitre II (De la royauté, de la régence et des ministres) de la Constitution du 3 septembre 1791.

Donnant un statut particulier à l’héritier présomptif du trône de France au sein de la « famille du roi », la Constitution du 3 septembre 1791 fait fi du précédent titre de « dauphin » — qui désignait le successeur direct en ligne mâle du roi de France — en l’abandonnant au profit de celui de « prince royal ». Porté par Louis-Charles de France (futur Louis XVII pour les royalistes) en tant que fils de Louis XVI, roi des Français, le titre est pendant la Révolution porté uniquement sous la Monarchie constitutionnelle, c’est-à-dire de la promulgation de la constitution à l’abolition de la royauté le .

Sous la monarchie de Juillet, le titre est de la même manière repris par le roi Louis-Philippe Ier, lui aussi roi des Français, pour désigner l’héritier présomptif du trône. Cependant, comme l’ensemble des titres délivrés par le roi sous cette période, le titre de « prince royal » n’apparaît pas dans la Charte constitutionnelle de 1830. Dernier régime politique à utiliser le tire, la monarchie de Juillet a connu deux princes royaux successifs : le duc d’Orléans (de 1830 à 1842) et son jeune fils, le comte de Paris (de 1842 à 1848).

Princes royaux[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française[modifier | modifier le code]

Rang Portrait Prince Période Maison Notes
1 Louis-Charles de France Louis-Charles de France
Né le à Versailles — Mort le (à 10 ans) à Paris

1 an et 18 jours
Maison de Bourbon Auparavant dauphin, Louis-Charles devient prince royal de l’application de la Constitution de 1791 à l’abolition de la royauté, en tant qu’héritier de Louis XVI.

Monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Monarchie de Juillet.
Rang Portrait Prince Période Maison Notes
2 Ferdinand-Philippe de France Ferdinand-Philippe d’Orléans
Né le à Palerme — Mort le (à 31 ans) à Neuilly-sur-Seine

11 ans, 10 mois et 29 jours
Maison d’Orléans Fils aîné de Louis-Philippe Ier et de Marie-Amélie de Naples et de Sicile, il est de facto désigné comme prince royal tout en étant duc d’Orléans sous la monarchie de Juillet.
3 Louis-Philippe d’Orléans Louis-Philippe d’Orléans
Né le à Paris — Mort le (à 56 ans) à Stowe House

5 ans, 7 mois et 11 jours
Maison d’Orléans Fils du précédent et d’Hélène de Mecklembourg-Schwerin, Louis-Philippe est fait comte de Paris à sa naissance, et, à la mort de son père, il devient de facto prince royal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Ici, le « Corps législatif » désigne l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale.

Articles connexes[modifier | modifier le code]