Isabelle d'Orléans (1900-1983)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isabelle d'Orléans
Description de l'image Isabelle d Orleans Harcourt.jpg.
Biographie
Titulature Princesse d'Orléans
Dynastie Maison d'Orléans
Nom de naissance Isabelle Françoise Hélène Marie d'Orléans
Naissance
Paris (France)
Décès (à 82 ans)
Louveciennes (France)
Père Jean d'Orléans
Mère Isabelle d'Orléans
Conjoint Bruno d'Harcourt
(1923-1930)
Pierre Murat
(1934-1948)
Enfants Bernard d'Harcourt
Gilone d'Harcourt
Isabelle d'Harcourt
Monique d'Harcourt
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isabelle d'Orléans.

Isabelle d’Orléans — de son nom de naissance, Isabelle Françoise Hélène Marie d’Orléans —, qui a porté successivement les titres de courtoisie par mariage de comtesse Bruno d’Harcourt puis de princesse Pierre Murat, est née le à Paris (dans le VIIIe arrondissement) et est décédée le , à Louveciennes (Yvelines). Tant des côtés paternel que maternel, elle fait partie de la maison capétienne d’Orléans.

Famille[modifier | modifier le code]

Isabelle d'Orléans est la fille aînée de Jean d'Orléans, duc de Guise et prétendant orléaniste au trône de France sous le nom de Jean III, et de son épouse et cousine, Isabelle d'Orléans (1878-1961).

Isabelle d'Orléans est également la sœur d'un autre prétendant français, Henri d'Orléans (1908-1999), comte de Paris (le Henri VI des orléanistes).

Le 12 septembre 1923, Isabelle d'Orléans épouse en premières noces, au Chesnay, le comte Bruno d'Harcourt (1899-1930), fils du comte Eugène d'Harcourt et de sa femme Armande de Pierre de Bernis. Bruno d'Harcourt est un coureur automobile réputé mais également un amateur de belles femmes qui entretient une relation avec la championne de Formule 1 Hellé Nice.

Le couple a quatre enfants[1] :

Devenue veuve, Isabelle d'Orléans épouse le 12 juillet 1934, à Jouy-en-Josas, le prince Pierre Murat (1900-1948), fils du prince Eugène Joachim Murat (1875-1906) et de son épouse Violette Ney d'Elchingen (1878-1936) et petit-fils de Louis-Napoléon Murat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le « comte » Bruno d'Harcourt dans sa Bugatti peu de temps avant sa mort, en 1930.

Isabelle d'Orléans passe son enfance aux côtés de sa famille en France, au Maroc et en Belgique.

Âgée de presque 23 ans, la princesse Isabelle d'Orléans épouse le comte Bruno d'Harcourt. Pour elle, cette union n'est guère prestigieuse : certes son époux est issu de l'une des plus grandes familles de la noblesse française mais il n'en est pas pour autant membre d'une maison souveraine. Il est par ailleurs volage et le charme que lui donne sa qualité de coureur automobile lui donne l'occasion de nombreuses conquêtes. Bruno d'Harcourt entretient ainsi une liaison avec la séduisante Hellè Nice, elle-même adepte de courses de voitures.

Le 19 avril 1930, le comte Bruno décède à Casablanca après avoir eu un accident à Anfa pendant qu'il s'entraînait avec sa Bugatti pour participer au Grand Prix du Maroc. Devenue veuve, la princesse Isabelle se remarie quelques années après et termine son existence auprès de ses enfants. A l'occasion de ce second mariage, et en accord avec son père le duc de Guise, elle renonce à ses droits et prérogatives attachés au titre de princesse de la Maison de France.[3]

Isabelle d'Orléans repose au cimetière Montparnasse.

Titulature[modifier | modifier le code]

Les titres portés actuellement par les membres de la maison d’Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par l'aîné des Orléans.

  • 27 novembre 1900 — 12 septembre 1923 : Son Altesse Royale la princesse Isabelle d'Orléans
  • 12 septembre 1923 — 28 mars 1926 : Son Altesse Royale la princesse Isabelle d'Orléans, comtesse Bruno d'Harcourt (suite à son mariage)
  • 28 mars 1926 — 12 juillet 1934 : Son Altesse Royale la princesse Isabelle d'Orléans, fille de France, comtesse Bruno d'Harcourt (son père étant devenu le prétendant orléaniste au trône de France)
  • 12 juillet 1934 — 12 février 1983 : Son Altesse la princesse Pierre Murat (après qu'elle eut renoncé à son titre de princesse de France)

Hommages[modifier | modifier le code]

Isabelle d'Orléans fut, de la guerre d'Algérie jusqu'à sa mort, la marraine du 7e bataillon de chasseurs alpins dont la tradition est de confier ce rôle à une descendante de Ferdinand-Philippe d'Orléans, créateur des Chasseurs à pied[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel de Grèce, Mémoires insolites, Xo, Paris, 2004 (ISBN 2845631863).
  • Isabelle d'Orléans, comtesse de Paris, Tout m'est bonheur (souvenirs), Éditions Robert Laffont, coll. « Vécu », Paris, 1978. (ISBN 2-221-00107-9).
  • Isabelle d'Orléans, comtesse de Paris, Les Chemins creux (souvenirs, suite de Tout m'est bonheur), Éditions Robert Laffont, coll. « Vécu », Paris, 1981. (ISBN 2-221-00817-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La descendance de la princesse Isabelle de France, comtesse Bruno d’Harcourt
  2. Biographie sur Who's Who
  3. Action française Auteur du texte, L'Action française : organe du nationalisme intégral / directeur politique : Henri Vaugeois ; rédacteur en chef : Léon Daudet, Action française, (lire en ligne)
  4. Historique du 7e Bataillon de Chasseurs alpins, Pierre de Taillac, (ISBN 978-2-36445-054-7)

Lien externe[modifier | modifier le code]