Charles-Philippe d'Orléans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles-Philippe d’Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après
Charles-Philippe en tenue de grand maître de l'ordre de Saint-Lazare (2015).
Fonctions militaires
Grade militaire Sous-lieutenant (1996)
Biographie
Titulature Duc d'Anjou
Duc consort de Cadaval
Dynastie Maison d’Orléans
Distinctions Grand-maître de l’ordre de Saint-Lazare (2004-2010)
Grand-prieur de France et grand-maître émérite de l'ordre de Saint-Lazare (depuis 2010)
Nom de naissance Charles-Philippe Marie Louis d’Orléans
Naissance (49 ans)
Paris (France)
Père Michel d'Orléans, comte d’Évreux
Mère Béatrice Pasquier de Franclieu
Conjoint Diana Álvares Pereira de Melo (en), duchesse de Cadaval
Enfants Isabelle d’Orléans

Description de l'image Coat of Arms of Prince Charles-Philippe, Duke of Anjou.svg.

Charles-Philippe d'Orléans (souvent appelé Carlos Felipe de Orleans en espagnol), duc d’Anjou[N 1] et duc consort de Cadaval, est né le dans le 15e arrondissement de Paris. Membre de la maison d'Orléans, c'est une personnalité du Gotha, qui a notamment été militaire, grand maître d'une des branches de l'ordre de Saint-Lazare, participant à une émission de téléréalité, entrepreneur et auteur. Figure relativement médiatique, il a été au centre de plusieurs polémiques.

Famille[modifier | modifier le code]

Charles-Philippe d’Orléans est le fils aîné de Michel d’Orléans (1941), comte d'Évreux, et de sa première épouse Béatrice Pasquier de Franclieu (1941)[1].

Par son père, il est le petit-fils d'Henri d'Orléans (1908-1999), comte de Paris et prétendant orléaniste à la couronne de France, et de son épouse la princesse franco-brésilienne Isabelle d'Orléans-Bragance (1911-2003)[2]. Par sa mère, il descend de Bruno Pasquier de Franclieu (1914-1944) et de sa femme Jacqueline Françoise Térisse (1918-2006)[3].

Charles-Philippe est donc le cousin germain du prétendant orléaniste actuel, Jean d'Orléans (1965), comte de Paris[4].

Le , Charles-Philippe d'Orléans épouse, à Évora, au Portugal, Diana Álvares Pereira de Melo (en) (1978), duchesse de Cadaval. Fille de Jaime Álvares Pereira de Melo (1913-2001) et de Claudine Tritz (1943)[5],[6], la jeune femme est également une lointaine cousine du prétendant à la couronne de Portugal, Duarte (1945), duc de Bragance, qui est par ailleurs son parrain[7].

Le couple a une fille :

  • Isabelle d'Orléans (née à Lisbonne le ), princesse d'Orléans[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Premier fils et troisième enfant de Michel d'Orléans et de Béatrice Pasquier de Franclieu, Charles-Philippe d'Orléans voit le jour le dans le 15e arrondissement de Paris[9]. Baptisé quelques jours plus tard[N 2], le , en la chapelle des Pères Dominicains du Faubourg Saint-Honoré, il reçoit pour parrain et marraine Jean-Louis Masurel (en) (1940) et Isabelle d'Harcourt (1927), princesse Murat[10]. Son prénom est un hommage à Charles-Philippe d'Orléans (1905-1970), duc de Nemours[11], qui a soutenu ses parents au moment de leur mariage, et cela en dépit de l'opposition du comte de Paris[12].

Le chef des Orléans considérant le mariage de son fils Michel avec Béatrice Pasquier de Franclieu comme une union non conforme aux lois de la maison de France[13], il refuse de voir en Charles-Philippe un membre dynaste de l'ancienne famille royale. Dans ces conditions, l'enfant ne reçoit de son grand-père ni le titre de courtoisie de prince, ni le prédicat honorifique d'Altesse royale[9]. De 1976 (date de la réconciliation de ses parents avec le comte de Paris) à 1999 (date du décès du comte de Paris), il n'est ainsi, pour les orléanistes, que « comte Charles-Philippe d'Évreux »[N 3].

Charles-Philippe passe l'essentiel de son enfance et de son adolescence en Espagne, où ses parents s'établissent lorsqu'il a trois mois[14]. Il grandit aux côtés de ses sœurs aînées Clotilde (née en 1968) et Adélaïde (née en 1971) et de son frère cadet François (né en 1982). Le comte et la comtesse d'Évreux se séparent en 1994[15], mais leur divorce n'est prononcé qu'en 2012[16].

Stage au HCR et carrière militaire[modifier | modifier le code]

D'abord élève au lycée français de Madrid, Charles-Philippe part ensuite effectuer ses études secondaires en France, au collège de Juilly et au lycée Charlemagne, à Paris[11]. Après son baccalauréat, il effectue un stage à l'Organisation des Nations unies, à Genève[11], et travaille alors pour le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés[14]. Sa première mission se déroule pendant la crise du Rwanda, en 1994. Il est alors l'un des responsables de la presse et de la mise en place d'infrastructures logistiques dans les camps de réfugiés de Kigali[17].

Charles-Philippe réalise ensuite son service militaire dans l'infanterie de marine française, d'abord en Martinique, puis dans l'hexagone[11]. Une fois ses classes terminées, il s'engage dans l'Armée et sert notamment en ex-Yougoslavie, où il est employé au Service d'informations et de relations publiques des armées[11],[14]. En 2001, il obtient le poste d’attaché de presse de la présidence française de l'Union européenne pour le compte du ministère des Affaires étrangères[17].

Après une dizaine d'années passées au sein des forces armées, Charles-Philippe reprend sa formation. Il étudie alors la communication institutionnelle, avant d'entreprendre un master en économie à la Sorbonne[14].

Une personnalité controversée[modifier | modifier le code]

Une titulature contestée[modifier | modifier le code]

Le , Henri d'Orléans, grand-père de Charles-Philippe et chef de la maison d'Orléans, meurt[18]. Quelques jours plus tard, le , le nouveau prétendant orléaniste au trône de France décide de « réparer […] les injustices commises contre [ses] frères Michel et Thibaut [ainsi que leurs descendants], sans pour autant défaire les avantages donnés précédemment [à son frère Jacques et aux fils de celui-ci][N 4] ». En conséquence, Charles-Philippe reçoit de son oncle le titre de courtoisie de prince d'Orléans, la qualité de petit-fils de France et le prédicat honorifique d'Altesse royale[19].

Le , Charles-Philippe est installé grand maître de la branche de l'ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare placée sous la protection temporelle du comte de Paris et duc de France[20]. Il démissionne cependant de cette fonction en , invoquant des raisons personnelles. Le suivant, il est alors installé simple grand prieur de France et grand maître émérite, puis remplacé à la tête de l'ordre par un lointain cousin, Jan Dobrzenský z Dobrzenicz (en)[21].

Le , Charles-Philippe reçoit, par ailleurs, du comte de Paris et duc de France le titre de courtoisie de duc d'Anjou. Il s'agit là d'une « promotion » controversée puisque le titre est traditionnellement porté par les aînés des Capétiens et que Louis de Bourbon, prétendant légitimiste au trône de France, l'a repris à la mort de son père en 1989[22].

Dans ces conditions, le mouvement légitimiste s'insurge. Ainsi, en 2006, le secrétariat du chef de la maison de Bourbon « souligne que c'est non seulement en vertu des dispositions pertinentes du droit monarchique traditionnel, notamment des anciennes lois fondamentales, mais aussi comme suite à une décision de la justice française, que seul l'aîné de la maison de Bourbon est habilité à conférer des titres et donc à porter celui de duc d'Anjou et à en arborer les armes ». Il rappelle, en outre, « que les « Ordres royaux et militaires de Notre Dame du Mont Carmel et de Saint Lazare de Jérusalem réunis » ont été volontairement éteints par leur dernier grand maître, le roi Louis XVIII [et] qu'en 1998, le Grand chancelier de la Légion d’honneur a ordonné au soi-disant ordre de Saint-Lazare de Jérusalem de prendre la dénomination d'association des Hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem et de renoncer définitivement « …à la qualification d'ordre dont elle se parait et qu'elle utilisait indûment au regard de la législation nationale en vigueur… »[23] ».

Participation à des émissions de télévision[modifier | modifier le code]

En , Charles-Philippe fait partie du jury de Miss France 2002[24]. En , il est au jury de Miss Europe 2006.

Entre le 14 et le , il participe à l'émission de téléréalité quotidienne (et diffusée en première partie de soirée) Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, présentée par Jean-Pierre Foucault et Christophe Dechavanne. D'après ses déclarations, la candidature du jeune homme est motivée par la volonté de recueillir des fonds destinés aux activités humanitaires de l'ordre de Saint-Lazare[25]. Il est cependant éliminé la veille de la finale et c'est l'ancien champion cycliste Richard Virenque qui remporte la compétition[26].

Agence de conseil en intelligence économique et démêlés avec la Justice[modifier | modifier le code]

En 2003, Charles-Philippe fonde Institutions et entreprises, une agence de conseil en intelligence économique et études politico-militaires basée à Neuilly-sur-Seine[27].

Le , il est interpellé et placé en garde à vue à Paris dans le cadre d'une affaire de déstabilisation économique touchant le laboratoire pharmaceutique clermontois Thea. Il est alors mis en examen pour « faux et usage de faux, dénonciation calomnieuse et usurpations d'identité »[27],[28]. Le , le Parquet de Clermont-Ferrand requiert contre lui un renvoi devant le tribunal correctionnel[29]. Le , celui-ci le reconnait coupable de faux et usage de faux, et le condamne à deux mois de prison avec sursis[30].

Charles-Philippe fait alors appel du jugement du tribunal correctionnel de Clermont. Le , il comparait devant la cour d'appel de Riom[31]. Le , la cour d'appel de Riom rend son délibéré. Charles-Philippe d'Orléans est relaxé et donc innocenté de tous les chefs d'accusation qui pesaient contre lui[32]. Peu après, Charles-Philippe publie un communiqué de presse faisant état de la reconnaissance de son innocence[33].

Mariage et installation au Portugal[modifier | modifier le code]

Vie sentimentale et familiale[modifier | modifier le code]

La cathédrale d'Évora.

Après avoir maintenu une longue relation avec la comtesse Élisabeth d'Udekem d'Acoz, sœur de la reine Mathilde de Belgique, Charles-Philippe épouse la Portugaise Diana Álvares Pereira de Melo (en), duchesse de Cadaval[34],[35]. Le mariage[N 5], qui est célébré le à la cathédrale d'Évora, réunit quatre cents convives[36], parmi lesquels Duarte de Portugal (parrain de la mariée), Pilar d'Espagne, Moulay Rachid du Maroc, Kardam de Bulgarie[36] et le comte de Paris et duc de France[37].

Après leurs noces, Charles-Philippe et Diane s'installent au Portugal. Ils résident entre Estoril et Évora, où la duchesse possède le palais Cadaval (en)[37]. Le , le couple donne naissance, à Lisbonne, à une fille unique, prénommée Isabelle[38]. Baptisée quelques mois plus tard, l'enfant reçoit pour parrain et marraine le futur Felipe VI et la princesse Dora de Lowenstein[39], ce qui est parfois perçu comme une forme de reconnaissance des revendications des Orléans par les Bourbons d'Espagne[40],[41].

Engagements caritatifs[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de ses activités en lien avec l'ordre de Saint-Lazare, Charles-Philippe s'implique dans le domaine humanitaire. Avec son épouse, il s'engage ainsi dans la lutte contre les mines antipersonnel, ce qui amène le couple à se rendre au Cambodge en 2008[42]. La question de l'eau (et des océans) est un autre sujet qui importe particulièrement au couple[43],[44]. Au fil des années, le prince et la princesse effectuent plusieurs missions humanitaires en Ukraine, au Rwanda, en Éthiopie et en Côte d'Ivoire[45].

À partir de 2014, Charles-Philippe organise, chaque année, le « bal de la Riviera », à Estoril. Destiné à lever des fonds en faveurs d'œuvres de bienfaisances, ce bal est aussi l'occasion de décerner des prix à des personnalités impliquées dans l'aide aux plus démunis[46],[47],[48],[49]. Charles-Philippe travaille également pour la Fondation Prince-Albert-II-de-Monaco, qui se consacre à la protection de l'environnement dans les pays en voie de développement[45].

Activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Déjà auteur d'un roman intitulé Aurore de Trénarvan (2005)[17],[50], Charles-Philippe publie, en 2011, un ouvrage consacré aux têtes couronnées exilées, par le passé, à Estoril. Écrit en portugais avant d'être traduit en français, ce livre est titré Rois en exil[51].

Au Portugal, Charles-Philippe est à la tête de Crown, une société spécialisée dans l'organisation d'événements pour des marques de prestige[46],[52]. Chaque année, il travaille ainsi pour l'Open de tennis qui se tient à Estoril[53]. Il dirige, par ailleurs, une compagnie de maroquinerie spécialisée dans la mode de luxe masculine et dont la production est basée en Espagne[46],[52].

Nouvelles controverses[modifier | modifier le code]

Candidat malheureux aux élections législatives de 2012[modifier | modifier le code]

Le , Charles-Philippe s'engage en politique et dépose sa candidature « divers droite » aux élections législatives des 3 et , pour la 5e circonscription des Français établis hors de France, qui comprend Andorre, l'Espagne, Monaco et le Portugal[54],[55],[56]. Éliminé au premier tour, il n'obtient que 3,05 % des suffrages et c'est le socialiste Arnaud Leroy qui remporte l'élection[54].

Un an plus tard, le , le Conseil constitutionnel déclare Charles-Philippe inéligible pour une durée de trois ans[57] pour non-dépôt de son compte de campagne dans le délai légal[54].

Réaction face à la tuerie de Charlie Hebdo et attentat de Grand-Bassam[modifier | modifier le code]

Le slogan qui choque le prince.

Le , se produit l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, à Paris. Quelques jours plus tard, alors qu'un large mouvement de solidarité s'est mis en place en faveur des victimes de la tuerie, Charles-Philippe fait polémique en publiant sur son compte facebook des mots très durs contre le journal. Il écrit ainsi : « Je vais aller à contre-courant de la bienséance émotionnelle en me dissociant du mouvement "Je suis Charlie". Non, je ne suis pas Charlie parce que je n’ai jamais aimé ce journal manichéen ». Il ajoute qu'il « condamne cet acte de barbarie et présente aux familles et proches des défunts [ses] plus sincères condoléances » mais qualifie aussi les caricaturistes du journal de « crayonneurs »[58],[59].

Un peu plus d'un an après ces déclarations, Charles-Philippe et son épouse se rendent en Côte d'Ivoire, à l'occasion d'un gala de la fondation Children of Africa, que préside la Première dame Dominique Ouattara. Le , le couple profite de ce séjour pour se rendre à la plage de Grand-Bassam avec des amis. Le petit groupe est alors confronté à un attentat islamiste[N 6] qui fait vingt-deux morts, parmi lesquels les six attaquants, mais dont il ressort finalement indemne[60],[61],[62].

Séparation[modifier | modifier le code]

En , la comtesse d'Évreux annonce à la presse du cœur espagnole qu'après quatorze ans de mariage, son fils et sa belle-fille ont pris la décision de se séparer[63],[64]. En dépit des affirmations de sa mère, qui précise qu'« il n'y a pas de troisième personne » entre le couple[63], Charles-Philippe s'affiche, peu de temps après, avec la championne de tir et mannequin monégasque Naomi Kern (née Naomi Valeska) lors des Masters de tennis de Monte-Carlo[65].

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Monarchisme[modifier | modifier le code]

Charles-Philippe d'Orléans affirme ne pas croire en la perspective d'une restauration de la monarchie en France, mais se montre plus ouvert en ce qui concerne le Portugal. Lors d'une interview au magazine Vanity Fair, il affirme ainsi : « Je préfère lutter pour les valeurs d'une république que pour une monarchie inexistante. Si mon pays vivait sous un régime monarchique, je serais heureux, sans aucun doute, mais il faut être honnête. Les valeurs de la République française me satisfont ; ce sont des valeurs humanistes, avec des racines chrétiennes »[14].

Orléanisme[modifier | modifier le code]

Concurrent de Louis de Bourbon pour ce qui est de la possession du titre de duc d'Anjou[52], Charles-Philippe soutient activement les prétentions de la maison d'Orléans en ce qui concerne la succession au trône de France[14]. Bien qu'il affirme avoir « beaucoup d'affection » pour le chef des légitimistes[52], qui a été son camarade au lycée français de Madrid[22], il déclare que ce dernier « est un Espagnol […] qui a vécu toute sa vie en Espagne » et qui « n'a rien fait » pour la France. Il ajoute : « Il faut être honnête. Si tu prétends être l'héritier d'une maison, commence par faire quelque-chose pour ton pays. Commence par y vivre. [Louis de Bourbon] n'a jamais vécu en France, il n'a jamais rien fait pour la France, et il n'a jamais payé le moindre impôt là-bas »[14].

Titulature et controverses[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Les titres portés actuellement par les membres de la maison d'Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme de simples titres de courtoisie. Ils sont attribués par le « chef de maison ».

  • -  : Comte Charles-Philippe d'Évreux ;
  • -  : Son Altesse Royale le prince Charles-Philippe d'Orléans ;
  • -  : Son Altesse Royale le duc d'Anjou ;
  • depuis le  : Son Altesse Royale le duc d'Anjou, duc de Cadaval.

Controverses sur les titres[modifier | modifier le code]

Bien que son grand-père ne lui ait jamais reconnu d'autre titre que celui de « comte Charles-Philippe d'Évreux »[9], il déclare : « Je suis prince parce que mon grand-père était le comte de Paris et le chef de la Maison royale de France. Mon père est prince de France, moi d'Orléans. Nous sommes la descendance directe du dernier roi et de la dynastie des Capétiens »[14].

Concernant le titre de duc d'Anjou, Charles-Philippe estime que Louis de Bourbon « prétend porter un titre qui est le [sien] ». Désireux d'éteindre les polémiques, il ajoute : « Mais au fond, qu'est-ce que cela importe ? Nous parlons d'un titre français et la France est une république. […] Je suis duc d'Anjou, il dit qu'il est duc d'Anjou, mais ça ne m'ennuie pas »[52].

De son côté, le Secrétariat de Louis de Bourbon déplore « l’attribution abusive par Henri d'Orléans du titre de « duc d'Anjou » à Charles Philippe »[23].

Quartiers de Charles-Philippe[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Robert d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
8. Jean d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Françoise d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
4. Henri d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Philippe d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
9. Isabelle d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Marie-Isabelle d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
2. Michel d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Gaston d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
10. Pierre d'Orléans-Bragance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Isabelle du Brésil
 
 
 
 
 
 
 
5. Isabelle d'Orléans-Bragance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Jean Wenceslas Dobrzensky de Dobrzenicz
 
 
 
 
 
 
 
11. Élisabeth Dobrzensky de Dobrzenicz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Élisabeth Kottulinsky de Kottulin
 
 
 
 
 
 
 
1. François d'Orléans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Émilien Joseph Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
12. Albert Joseph Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Jeanne Louise Dugas-Vialis
 
 
 
 
 
 
 
6. Bruno Marie Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Louis Chardiny
 
 
 
 
 
 
 
13. Marguerite Marie Chardiny
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Clotilde Blanc
 
 
 
 
 
 
 
3. Béatrice Pasquier de Franclieu
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Jules Marie Térisse
 
 
 
 
 
 
 
14. Jules Emile Térisse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Marie Marthe Fouillouse
 
 
 
 
 
 
 
7. Jacqueline Françoise Térisse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Stéphane Hippolyte de Laizer
 
 
 
 
 
 
 
15. Marie Hélène de Laizer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Marie Louise Ruinart de Brimont
 
 
 
 
 
 

Décorations[modifier | modifier le code]

Charles-Philippe d'Orléans est, entre autres, titulaire des décorations qui suivent :

Décorations militaires françaises[modifier | modifier le code]

Décorations militaires étrangères[modifier | modifier le code]

  • NATO Medal Yugoslavia ribbon bar.svg Médaille commémorative de l'OTAN pour l'ex-Yougoslavie (OTAN, à titre militaire) ;
  • NATO Medal w Służbie Pokoju i Wolności BAR.svg Médaille commémorative de l'OTAN pour le Kosovo (OTAN, à titre militaire).

Décorations dynastiques étrangères[modifier | modifier le code]

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand-prieur de France et grand-maître émérite de l'ordre de Saint-Lazare ;
  • Président d'honneur de l'association Unité capétienne ;
  • Membre du jury du prix littéraire Hugues-Capet.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications de Charles-Philippe[modifier | modifier le code]

  • (fr) Prince Charles-Philippe d'Orléans, Aurore de Trénarvan, Paris, Éditions Dualpha, Collection « À cette époque », (ISBN 2915461317).
  • (pt) Charles-Philippe d'Orléans, Reis no Exílio : Portugal refúgio real, Lisbonne, A Esfera dos Livros, (ISBN 9789896263454).
  • (fr) Charles-Philippe d'Orléans, Rois en exil : Quand les cours d'Europe trouvaient refuge au Portugal, Express Roularta, (ISBN 2843439108).

Ouvrages à caractère généalogique[modifier | modifier le code]

  • Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, Paris, (ISBN 2950797407), p. 470.
  • Philippe de Montjouvent, « Charles-Philippe Marie Louis d'Orléans », dans Le comte de Paris et sa descendance, Paris, Éditions du Chaney, , 480 p. (ISBN 2913211003), p. 322-323.

Autre ouvrage[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit là d'un titre de courtoisie octroyé, en 2004, par son oncle, Henri d'Orléans, comte de Paris, duc de France et « chef de la maison de France » pour les orléanistes. Ce titre est également revendiqué par Louis de Bourbon, prétendant légitimiste au trône de France.
  2. Le baptême de « Charles-Philippe de France » fait alors la une du numéro 1288 du magazine Point de vue.
  3. Collation du comte de Paris en date du accordée « En application de l'acte du et de celui du  » (Montjouvent 1998, p. 312).
  4. Il en avait émis le souhait, ainsi formulé, dans sa Lettre à mes fils, signée « Prince Henri d'Orléans », en 1990 (Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 470).
  5. Le mariage fait la une du numéro 3127 de Point de vue, qui titre « Mariage royal : Charles-Philippe d'Orléans et Diane de Cadaval ».
  6. À la suite de cet événement, Charles-Philippe et son épouse font la une du numéro 3127 de Point de vue.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Darryl Lundy, « Charles-Philippe Marie Louis d'Orléans, Prince de France », sur The Peerage (consulté le ).
  2. (en) Darryl Lundy, « Michel Joseph Benoît Marie d'Orléans, Prince de France », sur The Peerage (consulté le ).
  3. (en) Darryl Lundy, « Béatrice Marie Guillemine Huguette de Pasquier de Franclieu », sur The Peerage (consulté le ).
  4. (en) Darryl Lundy, « Jean Carl Pierre Marie d'Orléans, Duc de Vendôme », sur The Peerage (consulté le ).
  5. (en) Darryl Lundy, « Diana Mariana Vitória Àlvares Pereira de Melo, 11th Duquesa de Cadaval », sur The Peerage (consulté le ).
  6. Alexia Français-Arnaud, « Charles Philippe d'Orléans : qui est sa femme Diana Alvares Pereira de Melo ? », Gala,‎ (lire en ligne).
  7. « Les Fiançailles de Charles-Philippe d'Orléans et de Diane de Cadaval », Point de vue, no 3086,‎ , p. 22-25.
  8. (en) Darryl Lundy, « Isabelle d'Orléans », sur The Peerage (consulté le ).
  9. a b et c Montjouvent 1998, p. 322.
  10. Montjouvent 1998, p. 322-323.
  11. a b c d et e Montjouvent 1998, p. 323.
  12. Montjouvent 1998, p. 310.
  13. Montjouvent 1998, p. 310-312.
  14. a b c d e f g et h (es) Alberto Pinteño, « Charles-Philippe de Orléans: "El rey Felipe VI es un gran amigo" », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  15. Montjouvent 1998, p. 312-313.
  16. « Prochain mariage du prince Michel de France, comte d'Évreux », sur Noblesse & Royautés, (consulté le ).
  17. a b et c « Aurore de Trénarvan », L'Intermédiaire des chercheurs et curieux (n° 629-639), (consulté le ), p. 716.
  18. Catherine Siguret, « La guerre en héritage : le trésor dilapidé des rois de France », Le Parisien Week-end,‎ (lire en ligne).
  19. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 470.
  20. « Organisation - Protecteur temporel », sur Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem (consulté le ).
  21. « Histoire de l'Ordre (résumé) », sur Association nationale monégasque de l'Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem (consulté le ).
  22. a et b (es) Carmen Duerto, « Dos duques para el Ducado «fantasma» », El Mundo, no 480,‎ (lire en ligne).
  23. a et b « Précision », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  24. « La nouvelle Miss France est lyonnaise », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  25. « Le Petit-fils de la Comtesse de Paris nous raconte son aventure sur TF1 », Point de vue, no 3015,‎ , p. 28-31.
  26. François Coulaud, « Je suis une célébrité, sortez-moi de là : que sont devenus les anciens candidats ? », Télé Star,‎ (lire en ligne).
  27. a et b Cyrille Louis, « Charles-Philippe d'Orléans placé en garde à vue », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  28. Julien Dumond, « Le neveu du comte de Paris soupçonné d'espionnage économique », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  29. Einciyan, « Duel au sommet: prince d'Orléans contre ancien patron des RG! », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  30. « Le prince Charles-Philippe d'Orléans condamné à 2 mois de prison avec sursis », Le Point,‎ (lire en ligne)
  31. Géraldine Messina, « Le prince d'Orléans clame son innocence en appel », La Montagne,‎ (lire en ligne).
  32. Géraldine Messina, « Le prince d'Orléans relaxé dans l'affaire Théa », La Montagne,‎ (lire en ligne).
  33. « Communiqué de presse du prince Charles-Philippe d’Orléans, duc d’Anjou », sur Noblesse & Royautés, (consulté le ).
  34. (it) « Il 2008, un anno di fedi e bouquet in arrivo tanti matrimoni glamour », La Repubblica,‎ (lire en ligne).
  35. « Charles-Philippe et Diane d’Orléans au Palais d’Ajuda », sur Noblesse & Royautés, (consulté le ).
  36. a et b (es) « La romántica boda de Carlos Felipe de Orleans y Diana Alvares Pereira de Melo », ¡Hola!,‎ (lire en ligne).
  37. a et b (pt) Cândida Santos Silva, « Diana de Cadaval: "Gosto que me chamem princesa" », Expresso,‎ (lire en ligne).
  38. (es) « Isabelle de Orleans, ahijada de Felipe VI, celebra su primera comunión », ¡Hola!,‎ (lire en ligne).
  39. (es) « El Príncipe Felipe, padrino del bautismo de la Princesa Isabelle de Orleans », ABC,‎ (lire en ligne).
  40. (es) MC, « La familia real se inclina por los Orleans franceses: el príncipe padrino de la hija de Carlos Felipe », sur El Confidencial, (consulté le ).
  41. (es) Eduardo Verbo, « El enésimo desplante del príncipe Felipe a Luis Alfonso de Borbón », sur El Confidencial, (consulté le ).
  42. ҖЭBIЯ, « Cambodge: le Prince Charles Philippe d'Orléans s'engage pour la lutte contre les mines antipersonnel », Alwihda,‎ (lire en ligne).
  43. (en) Paulo Costa Dias, « Charles-Philippe d’Orléans: once upon a time… », Espiral do Tempo,‎ (lire en ligne).
  44. (es) Cecilia Morales Andere, « El Príncipe Carlos-Felipe de Orleans visita México », Caras,‎ (lire en ligne).
  45. a et b (pt) Hermés Galvão, « Duquesa e escritora Diana de Cadaval ensina como tradição e modernidade podem reinar juntas », O Globo,‎ (lire en ligne).
  46. a b et c (es) María Eugenia Yagüe, « Carlos Felipe de Orleans: 'Yo soy el duque de Anjou. Sólo hay uno' », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  47. (es) « Carlos Felipe de Orleans congrega a príncipes de Europa en el Casino de Estoril en honor a a Alberto de Mónaco », Todo lo chic,‎ (lire en ligne).
  48. Dominique Bonnet, « Lalla Salma rayonnante au Portugal au Bal de la Riviera », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  49. (en + fr) « Orleans' Patron Prince Of Social Causes: Interview With Prince Charles-Philippe d'Orléans », Art Monaco Magazine,‎ (lire en ligne).
  50. Agathe Godard, « Rencontre avec Charles-Philippe d'Orléans, duc d'Anjou, et la duchesse portugaise Diane de Cadaval la veille de leur mariage prochain », Paris Match, no 3083,‎ , p. 88-89.
  51. « Le prince Charles-Philippe d'Orléans : conférence sur son livre », sur Noblesse & Royautés, (consulté le ).
  52. a b c d et e (es) Martín Bianhi, « Carlos Felipe de Orleans: «Le tengo mucho cariño y respeto a Luis Alfonso de Borbón» », ABC,‎ (lire en ligne).
  53. (pt) Isaura Almeida, « Estoril Open minimalista. Sem público, sem convites, prémios mais baixos e uma piscina », Diário de Notícias,‎ (lire en ligne).
  54. a b et c Philippe Goulliaud, « Législatives : Charles-Philippe d'Orléans déclaré inéligible », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  55. « Charles-Philippe d´Orléans, candidat indépendant pour la 5ème circonscription », sur Le Petit Journal, (consulté le ).
  56. (es) « Sobre la mesa: Carlos Felipe de Orleans », sur RTVE, (consulté le ).
  57. « Décision n° 2013-4882 AN du 24 mai 2013 », sur Conseil constitutionnel, (consulté le ).
  58. Patrick Weber, « Le prince qui n'est pas Charlie », RTL Info,‎ (lire en ligne).
  59. (es) « El hijo de Beatriz de Orleans carga contra el «Charlie Hebdo» », ABC,‎ (lire en ligne).
  60. Caroline Mangez, « Côte d'Ivoire : Le prince Charles-Philippe d'Orléans raconte l'attaque », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  61. « Attentat en Côte d'Ivoire : le prince Charles-Philippe d'Orléans échappe à la mort », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  62. (es) Martín Bianchi, « Carlos Felipe de Orleans, primo de Felipe VI, testigo del atentado en Costa de Marfil », ABC,‎ (lire en ligne).
  63. a et b (es) Paloma Barrientos, « Exclusiva: Beatriz de Orleans confirma la separación de su hijo Carlos Felipe », sur Vanitatis, (consulté le ).
  64. (es) Andrea Azcona, « Carlos Felipe de Orleans y Diana Alvares Pereira de Melos se separan », La Razón,‎ (lire en ligne).
  65. Nicolas Fontaine, « Le prince Charles-Philippe d’Orléans en plein bonheur avec Naomi Kern aux Masters de tennis de Monte-Carlo », sur Histoires royales, (consulté le ).
  66. a b et c (en) John E. James (dir.), Almanach de Gotha 2019 : Genealogy, Diplomacy, Statistics: Original Genealogical Reference, 1763-2019, Almanach De Gotha, , 1425 p. (ISBN 0993372597), ?.