Chartreuse de Saïx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chartreuse Notre-Dame-de-Bellevue ou Belvezer
Notre-Dame-de-Beauvoir-lès-Castres
La chartreuse de Saïx au XIVe siècle
La chartreuse de Saïx au XIVe siècle

Identité du monastère
Diocèse Albi
Présentation du monastère
Type Chartreuse masculine
Culte Catholique
Province cartusienne Aquitaine
Patronage Notre-Dame
Fondateur Raymond Saissac
Date de la fondation 1362
Fermeture 1790
Armes du fondateur
Image illustrative de l’article Chartreuse de Saïx
Armoiries du monastère
Architecture
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1978)
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Drapeau de l'Occitanie Occitanie
Ancienne province Drapeau du Languedoc Languedoc
Département Tarn
Commune Saïx
Coordonnées 43° 35′ 29″ nord, 2° 11′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chartreuse Notre-Dame-de-Bellevue ou Belvezer Notre-Dame-de-Beauvoir-lès-Castres
Géolocalisation sur la carte : Tarn
(Voir situation sur carte : Tarn)
Chartreuse Notre-Dame-de-Bellevue ou Belvezer Notre-Dame-de-Beauvoir-lès-Castres

La chartreuse Notre-Dame-de-Bellevue de Saïx, ou plus simplement chartreuse de Saïx, est un ancien monastère de chartreux située à Castres, dans le Tarn, en région Occitanie. Le lieu tient son nom de la ville voisine de Saïx.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

En 1359, sous le pontificat d'Innocent VI, Raymond Saissac ou Saïsse ou Saysse ou de Saysse, un riche marchand, qui habite Castres, et son épouse Centulie de Brettes, veulent fonder une chartreuse dans cette ville; cependant ce n'est qu'après la mort du premier, survenue le 21 juillet 1361, que la fondation peut être exécutée. Raymond Saysse, par son testament, déclare donner tous ses biens au nouvel établissement auquel il assigne comme emplacement sa métairie de Bossard, aujourd'hui Boussac, sur les bords de l'Agout, près du village de Saïx[1].

La chartreuse prend le nom de « Belvezer » ou « Belvèse », et plus tard de chartreuse « Notre-Dame-de-Bellevue ».

A la mort de Centulie de Brettes, elle aussi lègue ses derniers biens à la chartreuse, dont le château de Touscayrats, qu'elle tient de son frère, Bérenguier de Brettes[2].

Un manuscrit de la Grande Chartreuse dit que Geoffroy, évêque de Carcassonne, en accord avec l’ordre des chartreux, réunit les biens de la chartreuse de La Loubatière à la chartreuse naissante de Bellevue, près de Castres[3]. Sur proposition du prieur de La Loubatière, du chapitre général, de l'évêque de Carcassonne, et, avec l'autorisation du Saint-Siège, la fusion des deux chartreuses et de tous leurs biens, s'opère, le 7 décembre 1423. La confirmation papale est accordée le 6 janvier 1427, par lettres de Martin V, à Bernard de Robert, archidiacre de Narbonne, chargé de son exécution[4]. La chartreuse de Castres en s'annexant celle de la Loubatière, s'annexe aussi toutes ses dépendances: le prieuré de Fontiers avec trois quarts de la dîme, la nomination du curé et une maison dans le village; le prieuré de Villardonnel, échangé par la suite avec celui de Saint-Pierre-des-Cuisines de Toulouse[note 1], et une maison à Villardonnel qui est conservée; Capcervy et la Barthe. Capcervy est donné en emphytéose le 19 février 1430, mais la Barthe est conservée ainsi que les biens de Pezens. A partir de cette époque, le couvent de la Loubatière n'est plus occupé, mais les religieux de Castres continuent pendant longtemps à prendre le titre de religieux de la Loubatière[5].

Au XVe siècle, la chartreuse obtient de nombreuses terres à Escoussens, dont le château du village, où sont ainsi bâties les granges cartusiennes de Font bruno et le manoir de Fontbruno.

La fuite à Toulouse[modifier | modifier le code]

Après s'être agrandie grâce à la chartreuse de La Loubatière à Carcassonne, les moines doivent fuir à Toulouse durant la guerres de Religions. Après le sac de leur monastère par le capitaine protestant Guilhot de Ferrières[6], les derniers chartreux de Castres, au nombre de onze, vont se réfugier à Escoussens. Ils sont rejoints par leur prieur, Dom Jean de Libra, qui les conduit à Carcassonne. Les chartreux occupent, la nuit, une maison qu'ils ont louée; et demeurent, le jour, dans le couvent des Franciscains. Le conseil de la ville refuse aux réfugiés de Saïx l'autorisation de s'installer à Carcassonne. Dom de Libra demande aux capitouls s'ils veulent que lui et ses moines s'établissent à Toulouse[7].

En 1569, les religieux chassés de Castres s'installent dans le prieuré de Saint-Pierre.

Le retour à Castres[modifier | modifier le code]

Dom Pacifique Tixier (†1645), prieur de Toulouse, souhaite le retour à Saïx, mais l’ordre des chartreux ne peut rentrer en possession qu’en 1647, les biens étant entre temps attribués à la chartreuse de Toulouse. Les religieux se réinstallent sur la rive gauche de l'Agout, à la métairie de Boussac[8]. Le rétablissement définitif est prononcé en 1674 avec la chartreuse entièrement reconstruite[9]. Jusqu'en 1674, la chartreuse de Toulouse se considère comme étant, et est, en réalité, la chartreuse de Castres transférée à Toulouse. Ce qui lui permet de percevoir les revenus de la chartreuse de Saïx. Le Chapitre général, en 1674, prononce la nouvelle érection du couvent de Castres, ce qui enlève à celui de Toulouse la majeure partie de ses ressources. La Chartreuse de Castres, est obligée, de payer à celle de Toulouse une rente de cinq mille livres, mais trouve moyen de rogner cette pension ce qui est l'origine, entre les deux couvents, d'un conflit qui dure trente ans[10].

La dissolution[modifier | modifier le code]

Le , l'Assemblée constituante prononce l'abolition des vœux monastiques et la suppression des congrégations religieuses. La communauté opte pour la vie commune en 1790, mais l’élection d’un supérieur schismatique amène la dissolution en décembre 1791. Les bâtiments servent de prison pendant la Terreur, maison commune aux prêtres détenus du Tarn.

L'ensemble des bâtiments religieux sont rasés lors de la Révolution française, après avoir servi de prison, puis avoir été vendus à un particulier, et de nombreuses œuvres de l'abbaye sont dispersées dans les églises de Castres, comme des statues de marbre à la cathédrale Saint-Benoît[11]. Il ne demeure aujourd'hui que le mur d'enceinte, ainsi qu'un bassin. Outre un grand portail en pierre de taille de style Louis XIV, on peut trouver un certain nombre de tours à deux étages complétée d'escalier à vis. Un vivier est présent dans la courbe de l'Agout. La chartreuse a donné son nom à la zone d'activité de la chartreuse de Castres.

La chartreuse de Saïx est inscrite au titre de monument historique par arrêté du 24 janvier 1978[9].

Moines notables[modifier | modifier le code]

Prieurs[modifier | modifier le code]

  • 1545 : Jean de Libra, né à Montauban, il étudie à l'Université de Cahors, y occupe une chaire pendant quelques années, se fait moine à la Chartreuse de Cahors en 1533, prieur de Glandier, puis de Castres en 1545, à Glandier en 1557, visiteur commissaire des trois provinces italiennes et prieur de la chartreuse de Milan, revient d'Italie en 1563, nommé, pour la deuxième fois, prieur de Castres[12], visiteur d'Aquitaine, prieur de Cahors en 1570[7].
  • Jean de Boyer (†1684), natif de Murat, profès de Cahors, prieur de Bordeaux, commissaire général au Portugal, en Espagne, visiteur des chartreuses d'Italie, en Allemagne, convisiteur et visiteur de la province d'Aquitaine, prieur des Castres[13].
  • 1684 : Pierre Lion ou Lyon, né à Toulouse (†1690), profès de la chartreuse de Cahors le 29 juin 1648, vicaire de cette maison, prieur le 15 novembre 1663, transféré en 1684 au priorat de la chartreuse de Castres, puis prieur de celle de Toulouse.
  • 1678 : Joseph Torrilhon (†1706), originaire du Velay, profès de Toulouse, prieur de Castres en 1678, transféré au Puy en 1682, prieur de Bordeaux et convisiteur d’Aquitaine. En 1694, il passe prieur de Cahors et visiteur, redevient en 1701 prieur de Castres, déposé en 1705.

Galerie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la chartreuse de Saïx (Castres).svg

Suivant la tradition cartusienne, les chartreux adoptent les armes de leur fondateur :

De gueules aux trois bandes d'or, au chef d'azur chargé de trois canettes d'argent [14]



Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le 25 février 1616, l'abbaye Saint-Pierre de Moissac cède aux chartreux de Toulouse le prieuré de Saint-Pierre-des-Cuisines, en échange du prieuré de Villardonnel

Références[modifier | modifier le code]

  1. Boyer 1939, p. 53.
  2. Jean N. D. Escande, Escoussens sous la royauté ; suivi de Les bourgeois du château, Escoussens, chateau d'escoussens éditio, , 133 p. (ISBN 978-2-918426-01-1, lire en ligne)
  3. Lefebvre 1883, p. 276.
  4. Revue chrétienne, décembre 1912 sur Gallica
  5. Boyer 1939.
  6. « LE Village des Escoussens dans le Tarn », sur www.lauragais-patrimoine.fr (consulté le )
  7. a et b Auriol 1901.
  8. « La Chartreuse serait une liqueur castraise », sur ladepeche.fr (consulté le )
  9. a et b « Ancienne chartreuse de Saix », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  10. Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 24 novembre 1896 sur Gallica
  11. Pierre-Marie de la Morsanglière et Vincent Ferras, « VMF spécial Tarn », Vieilles maisons françaises (VMF),‎
  12. Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 31 août 1897 sur Gallica
  13. Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, avril 1936 sur Gallica
  14. Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 31 août 1897

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Canet, V ., « Notes sur l'histoire de la Chartreuse de Castres depuis 1359 jusqu'en 1660 », Procès verbaux de la Société littéraire de Castres, vol. VI, Castres, Juillet 1867, pp.135-156.
  • Lefebvre, F.A., Saint Bruno et l’Ordre des chartreux, t. 2, Paris, Librairie catholique internationale, , 682 p. (lire en ligne), p. 306.
  • Chatard, Amable, « Destruction de la chartreuse de Castres en l’an 1567 ». pp. Éd. CLlavel, Castres, Abeilhou, 1883, in-8, 30 p. (OCLC 457555237)
  • Auriol, Achille, « La Chartreuse de Castres au XVIe siècle, d'après un document inédit », Société archéologique du Midi de la France,‎ , (OCLC 461506912).
  • Auriol, Achille, « Fondation de la chartreuse de Toulouse », Revue des Pyrénées et de la France méridionale : organe de l'Association pyrénéenne et de l'Union des sociétés savantes du Midi,‎ , p. 433-453 (lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Rabaud, Camille, Notice historique sur la Chartreuse de Saïx et ses deux destructions : de sa fondation, 1361, à nos jours, Paris, Fischbacher, , 56 p., (OCLC 461587656).
  • Boyer, Charles, « Chartreuse de La Loubatière », Bulletin de la Société d'études scientifiques de l'Aude, t. 43,‎ , p. 46 (lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :