Fourques (Pyrénées-Orientales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourques.
Fourques
L'église Saint-Martin de Fourques.
L'église Saint-Martin de Fourques.
Blason de Fourques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret[1]
Canton Les Aspres
Intercommunalité Communauté de communes des Aspres
Maire
Mandat
Jean-Luc Pujol
2014-2020
Code postal 66300
Code commune 66084
Démographie
Gentilé Fourcatins(es)
Population
municipale
1 197 hab. (2014)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 34′ 57″ nord, 2° 46′ 50″ est
Altitude Min. 99 m – Max. 184 m
Superficie 9,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Fourques

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Fourques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourques
Liens
Site web http://www.fourques66.fr/

Fourques est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Fourcatins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Fourques fait partie de la région naturelle des Aspres, située entre la plaine du Roussillon, la région naturelle du Vallespir et celle du Conflent[2].

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fourques[2]
Terrats Trouillas
Montauriol Fourques[2] Passa
Tordères

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Forques[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Romains ont installé la première villa : Villa Forcas (fourches), au croisement de routes.

Plus tard, en l'an 800, lors du passage de Charlemagne, une chapelle Sant Vicens est construite dont les ruines existent encore. La ville ayant appartenu aux abbayes d'Arles sur Tech, puis à Saint Martin du Canigou, lors de la création du royaume de Catalogne, Fourques est doté d'une enceinte (1188), appelée aujourd'hui « château ». De nos jours, la proximité de la plaine, et la hausse du prix des terrains près des villes, a fortement augmenté le nombre d'habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Canton[modifier | modifier le code]

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Aspres.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Fourques comprend, en plus du maire, deux adjoints et douze conseillers municipaux[5].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2008 Maurice Peytavi DVD  
mars 2008 en cours Jean-Luc Pujol[6],[7] NC Conseiller régional

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709 1720
6 f 30 f 29 f 41 f 38 f 23 f 40 f 64 f 65 f
1730 1755 1767 1774 1789 - - - -
55 f 84 f 339 H 55 f 80 f - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note : 1515 : pour Fourques et Tordères.

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 197 habitants, en augmentation de 9,41 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
397 384 442 487 539 542 604 641 603
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538 468 491 494 557 598 561 651 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
640 624 626 668 602 670 619 539 578
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
663 687 642 670 673 761 916 1 094 1 197
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 70 76 76 84 84 81 78 78
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fourques dispose d'une école élémentaire publique avec un effectif de 127 élèves en 2014[16] répartis sur cinq classes, puis 139 élèves en 2015[17].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 11 novembre[18] ;
  • Fête communale : 20 janvier[18].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 464 €[19].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

De tradition viticole, de nombreux domaines créent leurs vins aujourd'hui exportés dans le monde entier.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fourques Blason De sinople aux trois fourches d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aymat Catafau, les celleres et la naissance du village en Roussillon, Presse universitaire de Perpignan, 1998, EAN13 : 9782354121969

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Modification des limites territoriales des arrondissements », Préfet des Pyrénées-Orientales
  2. a et b Carte IGN sous Géoportail
  3. « Plan séisme »
  4. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  5. Site de la mairie, section Conseil municipal
  6. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  7. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école de Fourques
  17. « Rentrée : des tensions dans les villages catalans », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
  18. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  19. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).