Calmeilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Calmeilles
Rue en direction de la placeta dels Pedrissos.
Rue en direction de la placeta dels Pedrissos.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Canton Les Aspres
Intercommunalité Communauté de communes des Aspres
Maire
Mandat
Gérard Chinaud
2014-2020
Code postal 66400
Code commune 66032
Démographie
Gentilé Calmeillens, Calmeillennes
Population
municipale
63 hab. (2014)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 33′ 11″ nord, 2° 40′ 30″ est
Altitude Min. 256 m
Max. 784 m
Superficie 13,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Calmeilles

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Calmeilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calmeilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calmeilles

Calmeilles est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Calmeillens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Calmeilles fait partie de la région naturelle des Aspres, située entre la plaine du Roussillon, la région naturelle du Vallespir et celle du Conflent[1].

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Calmeilles[1]
Caixas Montauriol
Prunet-et-Belpuig Calmeilles[1] Oms
Saint-Marsal Taillet

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 322 hectares. L'altitude varie entre 256 et 784 mètres[2].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Calmella[4].

Les premières formes du nom de Calmeilles sont ipsas Calmezelas en 853 et Calmicella en 929[5]. On rencontre aussi Calmelas en 1720[6]. En 1801 au Bulletin des Lois, on trouve encore en concurrence les formes Calmeilla et Calmeilles[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

La commune de Calmeilles fait partie du canton de Céret depuis sa création en 1790[6].

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Aspres.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections présidentielles de 2012, lors du premier tour, cette commune a réalisé le score le plus élevé de France en faveur de Jean-Luc Mélenchon avec 60,61 % des voix exprimées[7].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 mars 2014 Brigitte Baux[8] DVG  
mars 2014 en cours Gérard Chinaud[9]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709 1720 1730
16 f 14 f 9 f 8 f 16 f 22 f 40 f 28 f 42 f
1767 1774 1789 - - - - - -
280 H 65 f 64 f - - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note :

  • 1774 : Calmelas et Belpux

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 63 habitants, en diminution de -1,56 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
254 268 320 384 326 352 365 361 318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
364 330 299 285 285 265 248 240 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237 232 244 169 157 143 116 90 50
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
47 45 46 37 41 42 57 65 63
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 219 191 217 215 205 201 196 197
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 1er dimanche d'août[18] ;
  • Fête communale : 25 avril[18] ;
  • Pèlerinage à la chapelle Nostra Senyora del Coll : 8 septembre[18].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Félix est mentionnée dès l'an 959 dans une donation à l'église d'Elne. L’édifice actuel, de style roman, date du XIIe siècle. Il s'agit d'une église à nef unique avec une abside semi-circulaire où l'on peut voir des arcatures lombardes, et quelques éléments sculptés. L'église renferme également une statue de la Vierge de style roman, datée du XIIe siècle, et connue sous le nom de Mare de Déu de la Salut.

La chapelle Nostra Senyora del Coll remonte, dans sa forme actuelle, au XVe siècle. Pillée plusieurs fois, la Vierge à l'enfant qu'elle abritait a été transférée à l'église Saint-Félix[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Notice Cassini de Calmeilles
  3. « Plan séisme »
  4. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  5. a et b Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  6. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  7. http://www.data.gouv.fr/Communaute/Forum/Resultats-valides-par-le-Conseil-Constitutionnel
  8. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  9. « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le 20 avril 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. a, b et c Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)