Sainte-Colombe-de-la-Commanderie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Sainte-Colombe-la-Commanderie.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Colombe.

Sainte-Colombe-de-la-Commanderie
Sainte-Colombe-de-la-Commanderie
Une place à Sainte-Colombe-de-la-Commanderie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret[1]
Canton Les Aspres
Intercommunalité Communauté de communes des Aspres
Maire
Mandat
Alphonse Puig
2014-2020
Code postal 66300
Code commune 66170
Démographie
Population
municipale
151 hab. (2016 en augmentation de 12,69 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 36′ 56″ nord, 2° 44′ 55″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 328 m
Superficie 4,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-de-la-Commanderie

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-de-la-Commanderie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-de-la-Commanderie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-de-la-Commanderie

Sainte-Colombe-de-la-Commanderie Écouter est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Sainte-Colombans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Sainte-Colombe-de-la-Commanderie fait partie de la région naturelle des Aspres, située entre la plaine du Roussillon, la région naturelle du Vallespir et celle du Conflent[2]. Elle est située immédiatement au sud-ouest de Thuir.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Colombe-de-la-Commanderie[2]
Thuir
Castelnou Sainte-Colombe-de-la-Commanderie[2] Llupia
(sur 25 m)
Terrats

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Santa Coloma de Tuïr ou Santa Coloma de la Comanda[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Santa Coloma apparaît en 974, lorsque le pape Benoît VI mentionne, dans son privilège en faveur du monastère de Sant Pere de Rodes, le nom de l'église de Santa Coloma y la villa conjuncta parmi les possessions de ce monastère, possession confirmée par les privilèges du roi Lothaire et du pape Jean XV.

Au début du XIe siècle, le vilar de Conjunta passe aux mains de Bernard, vicomte de Cerdagne, qui prétendait l’avoir en franc-alleu en même temps que la paroisse et l’église Sainte-Colombe. En 1018, cette possession fait l’objet d’un procès qui eut lieu dans l’église Saint-Thomas de Llupia, sous la présidence de Bernard Taillefer, comte de Besalú, et de son frère Guifré II, comte de Cerdagne. Il se conclut par une victoire du vicomte Sunifred, fils du vicomte Bernat, et par une défaite des alleutiers et des nobles des alentours qui avaient usurpé les dîmes, les prémices et les oblations.

En 1049, la Villa Conjuncta est citée comme limite de Montoriol d’Amunt et de Terrats. Au XIIe siècle, le village réintègre le domaine royal car le roi Alphonse II donne en 1180 divers droits sur le lieu de Conjuncta au prieuré Saint-Pierre de Castelnou.

À la fin du XIIIe siècle, Sainte-Colombe était inféodée à la famille de Palauda (originaire de Palalda, dans le Vallespir, mais établie dans les environs de Thuir et à Terrats). Jacques II de Majorque concède les justices civiles et criminelles à Bernat de Palauda, fils de Raymond. Ce dernier adresse une requête à Pierre le Cérémonieux en 1345 pour délimiter le territoire du château de Sainte-Colombe et du château de Castelnou.

Ce fut probablement de cette famille que les Chevaliers du Temple obtinrent peu après la seigneurie de Sainte-Colombe qui devint une dépendance de l’ancienne commanderie des Templiers du Mas Deu, elle est alors désignée sous le nom de Santa Coloma de la Comanda et plus tard Santa Coloma des Hospitaliers.

En 1312, les biens des Templiers confisqués en 1307 furent remis aux Hospitaliers. Les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem conservèrent la seigneurie jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Aspres.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 En cours Alphonse Puig[5],[6]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709 1720 1730
10 f7 f7 f6 f3 f4 f33 f8 f11 f
1767 1789 - - - - - - -
51 H9 f-------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note :

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 151 habitants[Note 1], en augmentation de 12,69 % par rapport à 2011 (Pyrénées-Orientales : +4,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
545681798071708276
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
507672666268757465
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
706655777560605058
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7360718783101115117119
2013 2016 - - - - - - -
146151-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 197 167 170 187 171 172 170 163
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 31 décembre[15].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 632 €[16].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et ses alentours

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Modification des limites territoriales des arrondissements », Préfet des Pyrénées-Orientales
  2. a et b Carte IGN sous Géoportail
  3. « Plan séisme » (consulté le 9 mai 2017)
  4. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  5. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  6. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  16. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).