Wikimédia France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Wikimédia France
upright=Article à illustrer Organisation
Image dans Infobox.
Locaux de Wikimedia France, rue de Cléry à Paris, en 2014
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
WMFrVoir et modifier les données sur Wikidata
Zone d'activité
Type
Forme juridique
Objet social
Soutenir la diffusion libre de la connaissance et notamment les projets hébergés par la Wikimedia FoundationVoir et modifier les données sur Wikidata
Domaines d'activité
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Membres
418 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
Fondateurs
Samuel Hocevar, Florence Devouard, David Monniaux (d), Jean-Christophe Chazalette (d), Yann Forget (d), Jean-Baptiste SoufronVoir et modifier les données sur Wikidata
Président
Pierre-Yves Beaudouin (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
SIRET
TVA européenne
OpenCorporates
data.gouv.fr

Wikimédia France – Association pour le libre partage de la connaissance, communément appelée simplement Wikimédia France, est une association loi de 1901, c'est-à-dire une association à but non lucratif, fondée en 2004 qui a pour but de soutenir la diffusion libre de la connaissance, principalement via des projets hébergés par la Wikimedia Foundation, surtout active en France. Elle est reconnue comme « chapitre national » pour la France par la Wikimedia Foundation, dont elle utilise la marque Wikimédia.

Historique[modifier | modifier le code]

De la fondation à 2017[modifier | modifier le code]

Florence Devouard lors de l'assemblée générale constitutive de Wikimedia France, le 23 octobre 2004.

L'association est fondée le [1] à Paris, par la Wikimedia Foundation, et par 20 personnes physiques, dont Florence Devouard et Samuel Hocevar[2]. La publication au Journal officiel date du [3].

Elle se fixe comme but de « soutenir la diffusion libre de la connaissance et notamment les projets hébergés par la Wikimedia Foundation »[4].

En 2004, elle est reconnue comme « chapitre » de la Wikimedia Foundation[5].

Le conseil scientifique en 2016.

L'association installe ses locaux rue Jean-et-Marie-Moinon (2011)[réf. souhaitée], avenue Ledru-Rollin (2012)[6], puis, 40, rue de Cléry, à Paris (2014)[7].

La première wikiconvention francophone se tient à Paris en août 2016 et réunit 160 participants[8].

Crise (2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, une crise éclate à Wikimédia France[9],[10],[11]. Le budget alloué par le Comité de distribution des fonds (« Funds Dissemination Committee » ou FDC) de la Wikimedia Foundation à l'association est diminué de moitié, recevant 343 000 euros sur les 686 000 euros demandés[9]. Le FDC s'inquiète de la récente révision de l'organigramme où neuf salariés sont placés sous l'autorité d'un secrétaire général et qu'aucune justification ne soit apportée quant à la nécessité d'avoir deux cadres pour un si petit nombre de salariés[9] ; par ailleurs, des adhérents critiquent le fait que la directrice exécutive, Nathalie Martin, nommée en 2013, ait notamment embauché en 2015 son conjoint, Cyrille Bertin, au titre de conseiller chargé des financements et de la participation, sans que ce lien soit rendu public à l'époque[9]. Étant donné que l'association comporte deux cadres depuis cinq ans, le conseil d'administration et la direction salariée n'apportent aucune crédibilité à cette justification et attribuent cette baisse à l'action du président de la Wikimedia Foundation, Christophe Henner[9]. Le président de l'association, Émeric Vallespi, est suspecté par certains de « mélange des genres » avec son engagement politique à La République en marche[11].

Plusieurs figures de l'association, dont Pierre-Yves Beaudouin, ancien président, et Thierry Coudray, ancien trésorier et ancien directeur exécutif, critiquent à divers titres l'équipe dirigeante en place[11]. Le nouveau président Samuel Le Goff et le conseil d'administration dénoncent de leur côté une « action de déstabilisation et de dénigrement »[9]. La crise provoque le départ de Nathalie Martin, qui l'explique par un climat allégué de harcèlement incessant à son encontre, organisé par quelques personnes[12]. Après le recueil de soixante-dix signatures des membres, une assemblée générale extraordinaire[9] se tient le [11]. Le conseil d'administration est en partie renouvelé et Pierre-Yves Beaudouin est élu à sa tête[13].

En octobre, Rémi Mathis démissionne de l'association et de son conseil scientifique, ainsi que Frédéric Martel, Laurent Le Bon et Cédric Villani[14]. Il dénonce l'inaction de la Wikimedia Foundation face au harcèlement sexiste subi selon lui par Nathalie Martin et Marie-Alice Mathis, vice-présidente[14],[15],[16]. Le lendemain de ces déclarations, les journaux précisent que la plainte existe bel et bien[16],[17]. D'autres membres contestent ces allégations, à l'instar de Florence Devouard, qui avance qu'il serait « manipulé » par Nathalie Martin[17].

Depuis 2017[modifier | modifier le code]

L'assemblée générale et le conseil d'administration qui en est issu se trouvent à l'automne 2017 face à « une gouvernance à réinventer »[18]. L'assemblée générale du 23 février 2019 adopte de nouveaux statuts[19] et un nouveau règlement intérieur[20] destinés à répondre à cette problématique.

La convention francophone se tient à Strasbourg du 19 au 21 octobre 2017[8], en 2018 à Grenoble et à Bruxelles du 7 au 9 septembre 2019[21].

À la fin de l'année 2017, l'avocat de l'association et de la Quadrature du Net dépose une question prioritaire de constitutionnalité à propos du droit à l'image des domaines nationaux, à laquelle le conseil d’État répond en février 2018 par une conformité du texte à la Constitution[22].

En 2019, l'association obtient pour la deuxième fois le label IDEAS[23]. La dernière convention avant la crise sanitaire réunit 150 bénévoles[24].

La crise sanitaire de la COVID 19 bouleverse les activités de l'association en présentiel. L'association dépose fin mai 2020 une porte étroite visant certains aspects de la Loi contre les contenus haineux sur internet dite loi Avia[25]. L'action menée également par des sénateurs de l'opposition aboutit à la reconnaissance de l'anti-constitutionnalité d'une partie des dispositions de la loi, qui est promulguée, expurgée des dispositions sanctionnées, par le président de la République le 24 juin 2020. Par un arrêté du 24 juillet 2020, le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports renouvelle à l'association son « agrément national au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public »[26].

Du fait des conditions sanitaires, l'assemblée générale du 28 novembre 2020 se tient à distance et le compte des adhérents se monte à 372 à cette date[27].

Actions menées par l'association[modifier | modifier le code]

Moyens de l'action[modifier | modifier le code]

L'association, pour mener la politique qu'elle se fixe, dispose en janvier 2021 d'une équipe de 10 salariés et de deux services civiques. Le budget global se monte à cette date à 1,2 M d'€[28].

Projets et partenariats[modifier | modifier le code]

Les gouvernances respectives de Wikimédia France et de projets tels que Wikipédia en français par exemple — ou celle de tout autre projet hébergé par la Wikimedia Foundation — sont absolument distinctes ; néanmoins des confusions sont régulièrement faites, en particulier par les médias, qui usent parfois et à tort de l’appellation « Wikipédia France ». Cette confusion est également partiellement à l'origine de l'« affaire » de la station militaire de Pierre-sur-Haute en .

Un des aspects du travail de l'association consiste à nouer des partenariats avec des acteurs culturels (musées, bibliothèques, etc.) de manière à partager avec les projets soutenus, la connaissance conservée par les institutions. À titre d'exemple :

L'association est l'organisatrice pour la France du concours Wiki Loves Monuments depuis sa création en 2011.

Membres[modifier | modifier le code]

D'après ses rapports annuels, Wikimédia France compte 40 membres en 2006, 109 en 2007, 95 en 2008, 145 en 2009, 234 en 2010, 349 en 2012, 470 en 2013, puis 380 en 2015[38]. À l'été 2017, ce nombre passe à 274[9]. Pour l'année 2019 418 adhésions sont comptabilisées[39].

2006
 
40
 
2007
 
109
 
2008
 
95
 
2009
 
145
 
2010
 
234
 
2012
 
349
 
2013
 
470
 
2015
 
380
 
2017
 
274
 
2018
 
317
 
2019
 
418
 
2020[40]
 
372
 

Direction[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]


Directeurs exécutifs[modifier | modifier le code]

  • Thierry Coudray (2012-2013)
  • Nathalie Martin (2013-2017)
  • Note : depuis 2017, le poste de directeur exécutif est volontairement vacant.[réf. souhaitée]

Organisation[modifier | modifier le code]

Groupes thématiques[modifier | modifier le code]

Groupes locaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aline Hoff, « Sylvain Machefert nous parle de Wikimedia France », sur unixgarden.com,  : « Wikimédia France est une association de loi 1901 créée en 2004 à la suite de la création de la fondation américaine qui chapeaute un peu tous les projets. ».
  2. Jean-Marc Manach, « Samuel Hocevar : "Sur les logiciels libres, la prise de conscience se fait petit à petit" », Le Monde,  : « Membre fondateur de Wikimedia France (l'association des utilisateurs français de l'encyclopédie collaborative Wikipedia), ».
  3. « Wikimédia France : quel avenir pour la fondation aux multiples visages ? », sur clubic.com (consulté le 6 mai 2021).
  4. « Statuts de l’association Wikimedia France », sur wikimedia.fr.
  5. Chapitres Wikimedia (site de la Wikimedia Foundation). Un « chapitre » est une organisation indépendante créée pour soutenir et promouvoir les projets Wikimédia dans une région géographique donnée.
  6. « Cartes de vœux Wikimédia France – Wikimédia France », Wikimédia France,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2017).
  7. « Wikimédia France a fêté ses 10 ans dans ses nouveaux locaux – Wikimédia France », Wikimédia France,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2017).
  8. a et b Strasbourg accueillera la wikiconvention francophone du 19 au 21 octobre, labo.societenumerique.gouv.fr, 20 septembre 2017.
  9. a b c d e f g et h Thierry Noisette, « Exclusions, menaces, budget recalé : c'est la crise chez Wikimédia France », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
  10. Christophe Payet, « C'est la crise chez Wikimédia », sur novaplanet.com, .
  11. a b c et d Damien Leloup et Morgane Tual, « Démissions, subvention amputée, gouvernance mise en cause : crise ouverte chez Wikimédia France », sur lemonde.fr, .
  12. Damien Leloup, « Vers une sortie de crise à Wikimédia France », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017).
  13. « Conseil d’administration », sur wikimedia.fr.
  14. a et b Nelly Lesage, « Les grands noms du conseil scientifique de Wikimédia France démissionnent », Numerama,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017).
  15. « Un membre de Wikimédia France quitte l'association, dénonçant des pratiques de harcèlement », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2017).
  16. a et b « L'ex-président de Wikimedia France dénonce des « violences » et du « sexisme » au sein de la structure — il quitte son conseil scientifique », Business Insider France,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017).
  17. a et b Marine Benoit, « Wikimédia France est plus que jamais dans la tourmente après des accusations de sexisme et harcèlement sexuel », Mashable avec France 24,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017).
  18. Crise chez Wikimédia France : une gouvernance à réinventer, Alexandre Hoquet, latribune.fr, 8 septembre 2017
  19. Statuts de l'association, wikimedia.fr
  20. Règlement intérieur, wikimedia.fr
  21. Compte-rendu de congrès la wikiconvention francophone 2019
  22. Décision n° 2017-687 QPC du 2 février 2018 Association Wikimédia France et autre [Droit à l'image des domaines nationaux], conseil-constitutionnel.fr
  23. Wikimedia France obtient pour la 2ème fois le label IDEAS , carenews.com, 17 décembre 2019
  24. Retour sur 2019, wikimedia.fr, 31 décembre 2019
  25. Loi Avia : les critiques de Wikimédia France adressées au Conseil constitutionnel : Porte étroite mais arguments larges, Marc Rees, nextinpact.com, 28 mai 2020
  26. Arrêté du 24 juillet 2020 accordant l'agrément national au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public à l'association « Wikimédia France - Association pour le libre partage de la connaissance », legifrance.gouv.fr, JORF n°0219 du 8 septembre 2020
  27. « Wikimédia France : quel avenir pour la fondation aux multiples visages ? », sur clubic.com (consulté le 6 mai 2021).
  28. « Wikimédia France : quel avenir pour la fondation aux multiples visages ? », sur clubic.com (consulté le 6 mai 2021).
  29. « Un accord avec la ville de Toulouse », Le Monde,  : « En octobre 2010, Wikimédia France a signé un accord avec la ville de Toulouse ».
  30. [PDF]« La BnF signe un partenariat avec Wikimédia France », sur bnf.fr, (communiqué de presse).
  31. « Le Château de Versailles se lie avec Wikimedia France pour alimenter Wikipedia », sur lepoint.fr, Le Point, .
  32. « Wikipédia au château de Versailles », Le Monde,  : « "La querelle des Anciens et des Modernes n'a plus lieu d'être", s'enthousiasme WikiMédia France. L'association qui promeut l'encyclopédie collaborative et le château ont signé un partenariat, mardi 15 février, afin d'alimenter et d'améliorer les contenus de l'information en ligne. ».
  33. Florence Evin, « Le château de Versailles invite Wikipédia dans ses murs », Le Monde, .
  34. J.M. (avec AFP), « Le Centre Pompidou et Wikimédia France partenaires pour améliorer Wikipédia », sur 20minutes.fr, .
  35. « Les Archives départementales de l’Hérault partenaires des projets Wikimedia », sur pierresvives.herault.fr, .
  36. Martine Jacot, « « 100 000 professeurs pour l'Afrique » afin de prévenir le recul du français », Le Monde,  : « le projet Afripédia, soutenu par Wikimédia France, l'Institut français et l'Agence universitaire de la francophonie pour favoriser un accès gratuit à la connaissance, en ligne et hors ligne. ».
  37. Rémy Gerbet, « Wikimédia France et les langues de France, à la reconquête d’un territoire oublié », sur Blog de Wikimédia France,
  38. « Documents officiels », sur http://www.wikimedia.fr/, Wikimédia France (consulté le 6 février 2016).
  39. « Gouvernance », sur http://www.wikimedia.fr/, Wikimédia France (consulté le 23 janvier 2020).
  40. « Wikimédia France : quel avenir pour la fondation aux multiples visages ? », sur clubic.com (consulté le 6 mai 2021).
  41. « Nicolas Weeger (Wikimédia France) », sur 01net.com, .
  42. « Wikipedia, une encyclopédie libertaire sur le Net », Le Monde,  : « Nicolas Weeger, alias Ryo, un des administrateurs des pages en français et par ailleurs président de l'association Wikimédia France. ».
  43. « Retours radiophoniques sur innovations », sur InternetActu.net (consulté le 8 septembre 2020).
  44. Masse critique par Frédéric Martel le samedi 14 octobre 2006
  45. Philippe Gavi, « Monsieur Wikipédia, utopiste modéré », Revue medias, juin 2009 (no  21).
  46. Thierry Noisette, « La Quadrature du Net recrute Adrienne Charmet-Alix, venue de Wikimedia France », sur zdnet.fr,  : « elle a présidé de 2009 à 2011 l'association Wikimedia France ».
  47. « Conseil scientifique – Wikimédia France », sur Wikimédia France (consulté le 25 juillet 2017)
  48. Renouvellement partiel du Conseil d’administration de Wikimédia France le 11 octobre 2014.
  49. Yves Fossey, « Yvelines : qui portera les couleurs d’En Marche ! aux législatives ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2017).
  50. « Conseil d’administration », sur wikimedia.fr.
  51. « Wikimédia France/Gouvernance/Direction », sur wikimedia.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]