Wikimédia France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir WMFR.
Wikimédia France
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But « Soutenir en France la diffusion libre de la connaissance »
Zone d’influence France
Fondation
Fondation (12 ans)
Identité
Siège 40, rue de Cléry 75002 Paris
Personnages clés Florence Devouard
Adrienne Charmet
Rémi Mathis
Président Samuel Le Goff
Affiliation internationale Wikimedia Foundation
Membres 274 (2017)
Site web wikimedia.fr

Wikimédia France — Association pour le libre partage de la connaissance (nom souvent abrégé en Wikimédia France) est une association loi de 1901 reconnue comme « chapitre » de la Wikimedia Foundation[1], utilisant la marque Wikimedia et fondée en 2004.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation (2004)[modifier | modifier le code]

Florence Devouard lors de l'assemblée générale constitutive de Wikimedia France, le 23 octobre 2004.

L'association est fondée le [2] à Paris, par la Wikimedia Foundation, et par plusieurs personnes physiques : Vasilije Budimlija, Bruno Burgund, Jean-Christophe Chazalette, Camille Constans, Florence Devouard, Philippe Élie, Yann Forget, Jean-François Gaffard, Romain Hérault, Samuel Hocevar[3], Jean-Michel Mas-Daudé, David Monniaux, Pierre-Étienne Nataf, François Obada, Denis Pansu, Jean-Baptiste Soufron, Luc Van Oostenryck, Frédéric Thuillier, Antoine Vigier et Nicolas Weeger[4].

Elle se fixe comme but de « soutenir en France la diffusion libre de la connaissance et notamment les projets hébergés par la Wikimedia Foundation »[5]

2004-2017[modifier | modifier le code]

Crise (2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, une crise éclate à Wikimédia France[6],[7],[8]. Le budget alloué par le Comité de distribution des fonds (Funds Dissemination Committee) de la Wikimedia Foundation à l'association est diminué de moitié[6]. Cet organe critique le fait que la directrice exécutive nommée en 2013, Nathalie Martin, ait notamment embauché en 2015 son conjoint[9], Cyrille Bertin, au titre de conseiller en charge des financements et de la participation, sans que ce lien soit rendu public à l'époque[6]. Le président de l'association, Émeric Vallespi, est aussi visé, étant accusé de mélange des genres avec son engagement politique à La République en marche[8].

Plusieurs figures de l'association, dont Pierre-Yves Beaudouin, ancien président[8], et Thierry Coudray, ancien trésorier et directeur exécutif, critiquent à divers titres la gestion de l'équipe dirigeante en place, le nouveau président Samuel Le Goff et le conseil d'administration dénonçant de leur côté une « action de déstabilisation et de dénigrement »[6]. Une assemblée générale extraordinaire a été prévue[6] le 9 septembre[8].

Projets et partenariats[modifier | modifier le code]

Les gouvernances respectives de Wikimédia France et de projets tels que Wikipédia en français par exemple — ou celle de tout autre projet hébergé par la Wikimedia Foundation — sont absolument distinctes ; néanmoins des confusions sont régulièrement faites, en particulier par les médias, qui usent parfois et à tort de l’appellation « Wikipédia France ». Cette confusion est également partiellement à l'origine de l'« affaire » de la station militaire de Pierre-sur-Haute en mars 2013.

Locaux de Wikimédia France en 2014.

Un des aspects du travail de l'association consiste à nouer des partenariats avec des acteurs culturels (musées, bibliothèques, etc.) de manière à partager avec les projets soutenus, la connaissance conservée par les institutions. À titre d'exemple :

L'association est l'organisatrice pour la France du concours Wiki Loves Monuments depuis sa création en 2011.

Wikimédia France a obtenu la labellisation IDEAS[17],[18].

Membres[modifier | modifier le code]

D'après ses rapports annuels, Wikimédia France compte 40 membres en 2006, 109 en 2007, 95 en 2008, 145 en 2009, 234 en 2010, 349 en 2012, 470 en 2013, puis 380 en 2015[19]. Ils ne sont plus que 274 à l'été 2017[6].

 
40
 
 
109
 
 
95
 
 
145
 
 
234
 
 
349
 
 
470
 
 
380
 
 
274
 

Présidents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chapitres Wikimedia (site de la Wikimedia Foundation). Un « chapitre » est une organisation indépendante créée pour soutenir et promouvoir les projets Wikimédia dans une région géographique donnée.
  2. Aline Hoff, « Sylvain Machefert nous parle de Wikimedia France », sur unixgarden.com,  : « Wikimédia France est une association de loi 1901 créée en 2004 à la suite de la création de la fondation américaine qui chapeaute un peu tous les projets. ».
  3. Jean-Marc Manach, « Samuel Hocevar : "Sur les logiciels libres, la prise de conscience se fait petit à petit" », Le Monde,  : « Membre fondateur de Wikimedia France (l'association des utilisateurs français de l'encyclopédie collaborative Wikipedia), ».
  4. « Wikipédia:Wikimédia France/Statuts fondateurs (Web Archive) »,
  5. « Présentation de Wikimedia France », sur wikimedia.fr.
  6. a, b, c, d, e et f Thierry Noisette, « Exclusions, menaces, budget recalé : c'est la crise chez Wikimédia France », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
  7. Christophe Payet, « C'est la crise chez Wikimédia », sur novaplanet.com, .
  8. a, b, c et d Damien Leloup et Morgane Tual, « Démissions, subvention amputée, gouvernance mise en cause : crise ouverte chez Wikimédia France », sur lemonde.fr, .
  9. Alexandre Ollivieri, « Son petit coin de XIXe siècle », sur ledauphine.com, .
  10. « Un accord avec la ville de Toulouse », Le Monde,  : « En octobre 2010, Wikimédia France a signé un accord avec la ville de Toulouse ».
  11. [PDF]« La BnF signe un partenariat avec Wikimédia France », sur bnf.fr, (communiqué de presse).
  12. « Le Château de Versailles se lie avec Wikimedia France pour alimenter Wikipedia », sur lepoint.fr, Le Point, .
  13. « Wikipédia au château de Versailles », Le Monde,  : « "La querelle des Anciens et des Modernes n'a plus lieu d'être", s'enthousiasme WikiMédia France. L'association qui promeut l'encyclopédie collaborative et le château ont signé un partenariat, mardi 15 février, afin d'alimenter et d'améliorer les contenus de l'information en ligne. ».
  14. Florence Evin, « Le château de Versailles invite Wikipédia dans ses murs », Le Monde, .
  15. J.M. (avec AFP), « Le Centre Pompidou et Wikimédia France partenaires pour améliorer Wikipédia », sur 20minutes.fr, .
  16. Martine Jacot, « 100 000 professeurs pour l'Afrique » afin de prévenir le recul du français, Le Monde,  : « le projet Afripédia, soutenu par Wikimédia France, l'Institut français et l'Agence universitaire de la francophonie pour favoriser un accès gratuit à la connaissance, en ligne et hors ligne. ».
  17. IDEAS, Association et Label, « Wikimédia France, Informations gouvernance, gestion financière, actions, donner » (consulté le 25 juillet 2017)
  18. « L'association – Wikimédia France », sur Wikimédia France (consulté le 25 juillet 2017)
  19. « Documents officiels », sur http://www.wikimedia.fr/, Wikimédia France (consulté le 6 février 2016).
  20. « Nicolas Weeger (Wikimédia France) », sur 01net.com, .
  21. « Wikipedia, une encyclopédie libertaire sur le Net », Le Monde,  : « Nicolas Weeger, alias Ryo, un des administrateurs des pages en français et par ailleurs président de l'association Wikimédia France. ».
  22. Philippe Gavi, « Monsieur Wikipédia, utopiste modéré », Revue medias, juin 2009 (no  21).
  23. Thierry Noisette, « La Quadrature du Net recrute Adrienne Charmet-Alix, venue de Wikimedia France », sur zdnet.fr,  : « elle a présidé de 2009 à 2011 l'association Wikimedia France ».
  24. « Conseil scientifique – Wikimédia France », sur Wikimédia France (consulté le 25 juillet 2017)
  25. Renouvellement partiel du Conseil d’administration de Wikimédia France le 11 octobre 2014.
  26. Yves Fossey, « Yvelines : qui portera les couleurs d’En Marche ! aux législatives ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  27. « Conseil d’administration », sur wikimedia.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :