Famille Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.
Famille Schneider
Image illustrative de l'article Famille Schneider
Armes

Blasonnement D'azur, à la grappe de raisin d'or, feuillée et tigée de sinople.
Période XIXe siècle - XXIe siècle

La famille Schneider est une puissante dynastie de maîtres de forges qui reprirent au XIXe siècle les aciéries et forges du Creusot. Plusieurs d'entre eux furent ministres ou banquiers.

Le nom se prononce traditionnellement Schnedr ʃnɛdʀ (en allemand ˈʃnaɪ̯dɐ).

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux frères moselons sont à l'origine de la dynastie : Adolphe (1802-1845) et son frère cadet Eugène (1805-1875). Tous deux fils d'Antoine Schneider (1759-1828), ils sont les cousins germains du général et ministre Virgile Schneider (1779-1847). En 1836 au Creusot ils créèrent la société Schneider frères et Cie. (Schneider et Cie au décès d'Adolphe). Eugène aura pour successeurs son fils Henri (1840-1898), son petit-fils Eugène II (1868-1942) et son arrière-petit-fils Charles (1898-1960).

Personnalités de la famille[modifier | modifier le code]

Liens familiaux[modifier | modifier le code]

Par le jeu des mariages, plusieurs familles françaises, de l'aristocratie, de l'industrie, de la politique ou des arts, descendent des Schneider ou leur sont apparentées :

Aujourd'hui, deux femmes de lettres appartiennent à la famille Schneider : Elvire de Brissac et Dominique Schneidre[4], qui a modifié l'orthographe de son patronyme afin qu'il soit prononcé correctement. Dominique Schneidre et sa sœur Catherine Schneider sont les dernières personnes à porter le nom de cette dynastie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Saint Hilaire de Chaléons
  2. La généalogie des Schneider par Jean-Louis Beaucarnot
  3. Charles Schneider, né en 1898, a épousé l'artiste Lilian Louise Hélène Volpert, née en 1902, fille de Louise Bazile et petite-fille de Jules Bazile, dit Jules Guesde.
  4. Cf. Dominique Schneidre

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Beaucarnot, Les Schneider, une dynastie, Hachette Littérature, 1986
  • Elvire de Brissac, Ô dix-neuvième !, Grasset, prix Femina essai, 2001
  • Elvire de Brissac, Il était une fois les Schneider, Grasset, 2007
  • Dominique Schneidre, Les Schneider, Le Creusot, Fayard, 1995
  • Dominique Schneidre, Fortune de mère, Fayard, 2001
  • Les Schneider, Le Creusot, une famille, une entreprise, une ville, 1836-1960, catalogue de l'exposition
  • Lucien Gandrey, Jean Claude Mallard. Bateaux et Ponts métalliques construits aux Chantiers Schneider 1839-1972, 133 ans dans l’histoire industrielle de Chalon-sur-Saône. Co-édition Université pour Tous de Bourgogne, Centre de Chalon sur Saône  et  Académie François Bourdon, Le Creusot. 2009, 226 pages. (ISBN 2-9522239-6-3) (notice BnF no FRBNF42604784)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]