Emmanuel d'Orléans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Emmanuel d’Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après

Le « duc de Vendôme et d'Alençon ».

Biographie
Titulature Prince d’Orléans, « duc de Vendôme et d'Alençon »
Premier prince du sang royal de France
Dynastie Maison d’Orléans
Nom de naissance Philippe Emmanuel Maximilien Marie Eudes d’Orléans
Naissance
Obernais (Italie)
Décès (à 59 ans)
Cannes (France)
Sépulture Nécropole royale de Dreux
Père Ferdinand d’Orléans, duc d’Alençon
Mère Sophie-Charlotte en Bavière
Conjoint Henriette de Belgique
Enfants Marie-Louise (en)
Sophie
Geneviève
Charles-Philippe, « duc de Nemours »
Religion Catholicisme romain

Emmanuel d’Orléans, « duc de Vendôme et d'Alençon », plus tard « premier prince du sang royal de France » pour les orléanistes, né le à Obermais, en Italie, mort le à Cannes, en France, est un membre de la famille royale belge, apparenté à la maison d’Orléans.

Famille[modifier | modifier le code]

Le « duc de Vendôme » est le fils du prince français Ferdinand d’Orléans (1844-1910), duc d’Alençon, et de son épouse la duchesse Sophie-Charlotte en Bavière (1847-1897)[1], sœur de l’impératrice Élisabeth d’Autriche, dite « Sissi », et de la reine Marie des Deux-Siciles, l’héroïne de Gaëte.

Le , Emmanuel épouse à Bruxelles la princesse Henriette de Belgique (1870-1948)[2], fille du prince Philippe de Belgique, comte de Flandre, et de son épouse la princesse Marie de Hohenzollern-Sigmaringen, ce qui fait du « duc de Vendôme » le beau-frère d’Albert Ier de Belgique. De même, Emmanuel et Henriette partagent des ancêtres communs : ils sont tout deux arrière-petits-enfants de Louis-Philippe et de la princesse Marie-Amélie de Naples et de Sicile, l’une par Louise-Marie d’Orléans, l’autre par le duc de Nemours.

De l’union du « duc » et de la « duchesse de Vendôme » naissent quatre enfants[3] :

  • Marie-Louise d’Orléans (en) (1896–1973), qui épouse en 1916 le prince Philippe des Deux-Siciles (en) (1845-1949), fils du comte de Caserte, prétendant aux trônes siciliens ; ils divorcent en 1925. Ils ont eu un fils :
    • Gaëtan de Bourbon-Deux-Siciles (1917-1984), marié à Olivia Yarrow, 2 enfants :
      • Adrien de Bourbon-Deux-Siciles (1948), marié à Linda Rose Idensohn, 2 enfants :
        • Philippe de Bourbon-Deux-Siciles (1977) ;
        • Michelle (1979) épouse de John Moss Gibbons avec qui elle a eu 2 filles (Emma, Sophie) ;
      • Grégoire de Bourbon-Deux-Siciles (1950), marié à Maureen Powell (divorcés), remarié à Carrie Ann Thornley, 2 enfants :
        • Christian de Bourbon-Deux-Siciles (1974), marié à Brigitte Dick ;
        • Raymond de Bourbon-Deux-Siciles (1978) ;
  • Sophie d’Orléans (1898-1928), qui meurt célibataire ;
  • Geneviève d’Orléans (1901-1983), qui se marie au marquis Antoine de Chaponay-Morance (1893-1956). Ils ont eu deux enfants :
    • Pierre-Emmanuel (1925-1943) mort au service de la France en mer dans le golfe du Mexique ;
    • Henryanne (1926), qui reste célibataire ;
  • Charles-Philippe d’Orléans (1905-1970), « duc de Nemours », qui épouse Marguerite Watson (1899-1993) et meurt sans descendance.

Avant d’épouser une princesse de Belgique, le « duc de Vendôme » aurait eu une liaison secrète, de 1891 à 1893, avec Louise de Maillé de La Tour Landry (1873-1953, mariée par sa famille en 1894 au comte Ferry de Ludre)[4], donnant naissance à un fils naturel prénommé Philippe (1893-1955), qui épouse, en 1928, l'aristocrate levantine Elisabeth Mirou Mah Nedjid Khanuhii[réf. à confirmer][5] (Elisabeth, prénom chrétien ; Mir ou Mah (Soleil et Lune), prénoms ottomans ; Nedjid, prénom paternel ; Khanuhii, patronyme familial).

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 18 janvier 1872 — août 1895 : Son Altesse royale le prince Emmanuel d'Orléans, « prince du sang royal de France »[6]
  • août 1895 — 29 juin 1910 : Son Altesse royale le « duc de Vendôme », « prince du sang royal de France »
  • 29 juin 1910 — 28 mars 1926 : Son Altesse royale le « duc de Vendôme et d'Alençon », « prince du sang royal de France »
  • 28 mars 1926 — 1er février 1931 : Son Altesse royale le « duc de Vendôme et d'Alençon », « premier prince du sang royal de France »[7]

Issu de la maison d’Orléans par son père le duc d’Alençon, Emmanuel d’Orléans est un prince d’Orléans né, qui jouit du prédicat d’altesse royale ; il est titré par le comte de Paris « duc de Vendôme »[2].

A la mort de son père, le duc d'Alençon (titre non héréditaire octroyé par le roi Louis-Philippe), il s'auto-arrogea ce titre en plus de celui de Vendôme. Sur son acte de décès, il sera d'ailleurs déclaré sous ses deux titres de courtoisie à la mairie de Cannes en 1931. Après la mort du « duc d’Orléans » en 1926, qui cause l’extinction de la branche aînée de la famille, le rameau issu du duc de Nemours, fils de Louis-Philippe, devient la première branche cadette de la maison d’Orléans. Le « duc de Vendôme » étant l'aîné de cette lignée, il est à partir du début des prétentions du « duc de Guise », le « premier prince du sang royal de France ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 474
  2. a et b Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 475
  3. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 475-476
  4. Généalogie de la Maison de Maillé de La Tour-Landry
  5. D’après le site royaltyguide.nl
  6. Philippe de Montjouvent - Le Comte de Paris et sa descendance - Annexes, explication sur l'histoire du titre de duc de Vendôme
  7. « Archives départementales des Alpes maritimes - Registre des décès de la ville de Cannes - Année 1931 - Vue n°23 - Acte n°83 », sur Archives départementales des Alpes maritimes,‎ (consulté le 24 juillet 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]