Henri Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le réalisateur, voir Henri Schneider (réalisateur).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Schneider.

Henri Adolphe Eugène Schneider est un industriel et homme politique français, né au Creusot (Saône-et-Loire) le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Adolphe Eugène Schneider est le fils du maître de forges Eugène I Schneider, ministre de l'Agriculture et du Commerce en 1851, et le petit-fils de Gilles Lemoine des Mares.

Après des études secondaires à Paris, il entre au sein de Schneider et Cie, l’entreprise familiale. Il y fait une rapide ascension : secrétaire général (1860) ; sous-directeur de l’usine du Creusot (1865);  directeur (1866); co-gérant  avec son père (1867). Seul à la tête de l'entreprise durant l'exil d'Eugène Schneider en 1870-71 il lui succède à son décès en 1875. Au plan professionnel il s'attache au développement de fabrications mécaniques de haute qualité notamment dans l’armement. Il se fait connaître par ses initiatives paternalistes inspirées par le catholicisme social et fonde notamment l'hopital du Creusot appelé « Hôtel-Dieu ». Dès 1877, il avait institué un système de retraites pour son personnel et s'attachait particulièrement à développer les institutions sociales ouvrières.

Il est également administrateur de la Compagnie des chemins de fer d'Orléans et régent de la Banque de France de 1866 à 1898.

Il est maire du Creusot de 1871 à 1896, conseiller général du canton du Creusot de 1876 à 1898 et député boulangiste de Saône-et-Loire de 1889 à 1898. Sollicité par une lettre personnelle du général Georges Boulanger, Henri Schneider accepte de porter la livrée « révisionniste » ; mais il précise, dans sa proclamation électorale, qu'il veut avant tout « l'ordre, la paix, la liberté ».

Il décède à Paris, dans son hôtel particulier, au 137 rue du Faubourg-Saint-Honoré.

Il est inhumé dans le caveau familial des Schneider dans l'église Saint-Charles au Creusot.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Marié deux fois, il est le père de sept enfants :

Enfants avec Marie Julie Zélie Asselin (1847-1869) :

Portrait de sa seconde épouse, née Eudoxie Asselin.

Enfants avec Louise Pauline Eudoxie Asselin (1853-1942), sœur de Zélie :

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Au Creusot, une statue en bronze sur un socle en pierre (de Émile Peynot) le représente assis sur une chaise une carte dépliée sur ses genoux. Le devant du socle est décoré par deux futs de canons croisés reposant sur des lauriers, à l'arrière du socle se trouve un creuset crachant des flammes, desquelles émerge la silhouette du Creusot. Différents personnages en pierre complètent le socle, à droite, appuyé sur le soubassement du monument, un forgeron en tenue de travail (tenaille, sabots, tablier de cuir, masque relevé) symbolise le travail et la sécurité accordés par le patron. À gauche, un vieil ouvrier en uniforme de la maison de retraite Saint-Henri discute avec un jeune écolier. Ils représentent tous les deux la prise sociale. Cette statue fut inaugurée le sur la place devant l'hôpital du Creusot.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Beaucarnot, Les Schneider, une dynastie, Hachette Littérature, 1986
  • Elvire de Brissac, Ô dix-neuvième !, Grasset, prix Femina essai, 2001
  • Elvire de Brissac, Il était une fois les Schneider, Grasset, 2007
  • Dominique Schneidre, Les Schneider, Le Creusot, Fayard, 1995
  • Dominique Schneidre, Fortune de mère, Fayard, 2001
  • André Laffly, Le Creusot Les Schneider L'usine dans la ville 1850-1898, 2017, Académie François Bourdon
  • Les Schneider, Le Creusot, une famille, une entreprise, une ville, 1836-1960, catalogue de l'exposition
  • Microsoft Encarta collection 2003
  • « Henri Schneider », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Agnès D'Angio, « La branche travaux publics de Schneider et Cie : Naissance et développement (1895-1949) », Histoire, économie et société, Paris, CDU SEDES, 2e trimestre 1995, « Entreprises et entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics (XVIIIe-XXe siècles) », p. 331-343, lire en ligne.
  • Claude Beaudsem, « De l'expansion internationale à la multinationale Schneider en Russie (1896-1914) », Histoire, économie et société, Paris, CDU SEDES, 4e trimestre 1985, p. 575-602, lire en ligne.
  • Claude Beaudsem, « Les Schneider marchands de canons (1870-1914) », Histoire, économie et société, Paris, CDU SEDES, 1er trimestre 1995, p. 107-131, [www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1995_num_14_1_1763 lire en ligne].
  • Claude Beaudsem, « L'innovation des établissements Schneider (1837-1960) », Histoire, économie et société, Paris, CDU SEDES, 3e trimestre 1995, p. 501-518, lire en ligne.
  • Daijiro Fujimurasem, « Schneider et Cie et son plan d'organisation administrative de 1913 : analyse et interprétation », Histoire, économie et société, Paris, CDU SEDES, 2e trimestre 1991, p. 269-276, lire en ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]