Pierre Kosciusko-Morizet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Kosciusko-Morizet
Photo PKM - Credit Philip Conrad.jpg
Pierre Kosciusko-Morizet en 2015.
Fonctions
Président du conseil d'administration
Association des services Internet communautaires
Président du conseil d'administration
Association pour le commerce et les services en ligne (d)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Entrepreneur, participant à un forum internationalVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Fratrie
Autres informations
Membre de
Distinctions

Pierre Thaddée Jacques Hubert Kosciusko-Morizet, né le à Orléans, est un entrepreneur et business angel français, cocréateur et ancien président du site de ventes en ligne PriceMinister (Devenu en 2018 Rakuten France).

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Pierre Kosciusko-Morizet est né le à Orléans, de François Kosciusko-Morizet[1] (1940-2015), ingénieur des ponts et chaussées, homme politique et maire de Sèvres, et de Bénédicte Treuille (1945-2015), professeure de physique à l'IUT d'Orsay[2],[JA 1]. Il est le frère cadet de Nathalie Kosciusko-Morizet (1973), femme politique, députée et ministre ; il est aussi le neveu de Jacques-Antoine Kosciusko-Morizet (1943), entrepreneur et directeur au Crédit lyonnais ; il est également le petit-fils de Jacques Kosciusko-Morizet (1913-1994), résistant, professeur d'université, diplomate (ambassadeur de France aux États-Unis de 1972 à 1977) et homme politique (maire de Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines) de 1977 à 1994) ; il est enfin l'arrière-petit-fils d'André Morizet (1876-1942), homme politique (un des membres fondateurs du Parti communiste français), sénateur (de la Seine de 1927 à 1942), conseiller général (de ce même département) et maire (de Boulogne-Billancourt de 1919 à 1922 et de 1923 à 1942).

Sa famille paternelle a des origines juives polonaises dont l'ancêtre, Abraham Salomon Kościuszko (1821-1917), est arrivé en France sous Louis-Philippe[3],[4],[5],[7]. Sa famille maternelle est issue des comtes Treuille, de noblesse pontificale[8],[9], industriels de Châtellerault.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1998, alors qu'il est étudiant à HEC, il lance sa première entreprise, Visualis SA[10].

Diplômé d'HEC en 1999, il devient manager au sein du département marketing et finance de Capital One[11]. En , il crée PriceMinister.com avec Pierre Krings et le site est lancé en janvier 2001[10].

En 2007, alors professeur de création d'entreprises à HEC entrepreneurs, il propose à son élève Jonathan Benhamou l'idée de PeopleDoc (en). Il en est le premier investisseur et board member[12].

En 2008, Pierre Kosciusko-Morizet cofonde la société d'investissements Kernel Investissements avec Pierre Krings[13]. Kernel investissements a investi dans des sociétés telles que Doctolib[14], Yellow Korner[15], LaBonneBox[16], Restoflash[17], Comet Meetings[18], Blade[19]

En , PriceMinister.com est racheté par le japonais Rakuten ; Pierre Kosciusko-Morizet reste le PDG de la société puis le directeur général Europe de l'ensemble du Groupe Rakuten jusqu'en .

Pierre Kosciusko-Morizet est cofondateur et président du comité stratégique du fonds d'investissement des entrepreneurs de l'Internet ISAI[20].

En 2015, il était l'un des invités du West Web Festival organisé chaque année à Carhaix-Plouguer lors du festival des Vieilles Charrues.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage de Julien Arnaud, NKM. L'indomptable
  1. p. 79.
  • Autres sources
  1. « M. Jacques Kosciusko-Morizet est nommé délégué au commerce extérieur », sur lemonde.fr, .
  2. Who's Who in France, édition 2008, p. 1250-1251.
  3. Jean-Louis Beaucarnot, Le Tout politique, ed. L'Archipel, 2011 (ISBN 978-2-8098-0566-6), p. 157 : « La tradition familiale veut aujourd’hui que les Koscziusko établis en France descendent [du] frère aîné [de Tadeusz Kościuszko (1746-1817)], prénommé Józef et qui avait hérité du manoir familial. Ils sont en réalité arrivés en France sous Louis-Philippe, avec Abraham Salomon Kościuszko, né en 1821 à Suwałki, en Pologne (alors annexée par la Russie), tout près de la frontière lituanienne. Cet ancêtre avéré n’était qu’un très modeste marchand juif, et sa femme, Janette Marx — juive de Lorraine, sans parenté avec Karl — était « marchande à la toilette », autrement dit revendeuse de vêtements d’occasion. »
  4. Marion Mourgue, Nathalie Kosciusko-Morizet, l'Affranchie, Pygmalion, 2014, p. 116.
  5. (en) JTA, « Nathalie Kosciusko-Morizet, whose ancestors were Jewish but who was raised Catholic, knocked unconscious while handing out flyers », sur The Times of Israel, (consulté le ).
  6. Jean-Louis Beaucarnot, Le Tout politique, éditions de l'Archipel, 2011 (ISBN 978-2-80980-566-6), p. 157 : « les Kosciusko établis en France sont arrivés en France sous Louis-Philippe, avec Abraham Salomon Kościuszko, né en 1821 à Suwałki, en Pologne (alors russe), tout près de la frontière actuelle avec la Lituanie. »).
  7. Les premiers ascendants prouvés de sa famille paternelle sont Abraham Salomon Kościuszko (1821-1917), né à Suwałki dans la partie de la Pologne alors sous administration russe, tout près de l’actuelle frontière lituanienne, marchand de profession et arrivé en France au cours de la monarchie de Juillet, et son épouse, Jeannette Marx[6]
  8. Marion Mourgue, NKM. L'affranchie, Paris, Éditions Flammarion, coll. « Histoire secrète », 2014, 320 p.
  9. Jean-Pierre Thiollet, Hallier, L'Edernel jeune homme, Neva éditions, 2016, p. 270 (ISBN 978-2-35055-217-0).
  10. a et b https://www.journaldunet.com/web-tech/start-up/grandeurs-et-miseres-des-stars-du-net/pierre-kosciusko-morizet.shtml
  11. Capital One Sur le site capitalone.com
  12. « La start-up PeopleDoc lève 28 millions de dollars », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Pierre Kosciusko-Morizet, pionnier du commerce électronique en France », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Jean-Marc Sylvestre, « Doctolib, la start-up au succès insolent dont l’assurance maladie pourrait utilement s’inspirer », Atlantico,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Photo d'art : comment Yellow Korner s'est exporté dans le monde », sur www.lesechosdelafranchise.com (consulté le )
  16. « La Bonne Box », sur www.usine-digitale.fr (consulté le )
  17. « Titres-restaurant : Resto Flash lève 1,25 million d'euros », sur business.lesechos.fr, (consulté le )
  18. « Comet meetings - Une équipe dédiée pour organiser votre séminaire et événement professionnel à Paris », sur comet-meetings.com (consulté le )
  19. Sylvain Rolland, « Startups : le français Blade lève 51 millions d'euros pour l'ordinateur du futur », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. ISAI Sur le site isai.fr
  21. « Pierre Kosciusko-Morizet, un pionnier de l'e-commerce », Journal du Net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (fr) « Les acteurs du web 2.0 se regroupent et donnent naissance à l’Association des Services Internet Communautaires », sur www.lasic.fr (consulté le )
  23. « Past Classes | French-American Foundation », sur frenchamerican.org (consulté le )
  24. « Version électronique authentifiée publiée au JO n° 0264 du 15/11/2011 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • PriceMinister - Toutes les entreprises ont été petites un jour, Les carnets de l’info, 2010 (ISBN 978-2916628165)
  • Web 2.0 et au-delà, Economica, 2010 (préface) (ISBN 978-2717858648)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]